Tour de France 2021 : Brest pour le grand départ, EELV Rennes se met le monde du cyclisme à dos

A LA UNE

Si les banlieues s’embrasaient, l’armée parviendrait-elle à les pacifier ?

Selon d'anciennes déclarations d'Éric Zemmour datant de 2016, l'armée aurait finalisé le plan ronces pour réoccuper le territoire national en cas...

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

Après le report du Grand Départ de Copenhague à 2022 fin août, Brest a été choisie pour lancer l’édition 2021 de la Grande Boucle. La ville bretonne avait déjà accueilli la 1re étape en 2008. Il y aura d’ailleurs 4 étapes qui se dérouleront en Bretagne administrative, ce qui devrait ravir toute la Bretagne du cyclisme.

Un monde du cyclisme qui n’a pas apprécié le lobbying intensif de EELV (le parti politique qui se revendique « écologiste ») à Rennes, qui a oeuvré pour que la capitale de la Bretagne ne soit pas ville départ. Bernard Hinault, le régional de l’étape, s’est d’ailleurs chargé d’expédier les bobos, et notamment la très rouge gauchiste Valérie Faucheux, dans les cordes. Cette dernière, conseillère municipale d’une métropole qui, par définition, pollue plus par sa concentration de population que n’importe quelle course cycliste, s’inquiétait en effet des déchets produits à chaque étape par le Tour de France.

« Les 700 000 euros qu’il faut dépenser pour accueillir cette épreuve c’est l’équivalent d’une année de rallonge du budget de la CCAS et les retombées économiques n’ont jamais été prouvées, » avait par ailleurs indiqué Valérie Faucheux, l’adjointe aux mobilités de Nathalie Appéré.

Le blaireau s’est fendu d’une sortie remarquée (remarquable ?). « Ça me met un peu en colère parce qu’on ne peut pas dire que le cyclisme est quelque chose d’arriéré. Elle parle d’événement du passé. C’est peut-être elle qui est du passé. Elle est écologiste, non ? Il faudrait qu’elle regarde ce qu’elle met à ses pieds. Elle pollue peut-être plus la terre, plus que n’importe quelle personne à vélo. Ça me met un peu en colère parce qu’on ne peut pas dire que le cyclisme est quelque chose d’arriéré. Elle ferait mieux de réfléchir avant d’ouvrir sa gueule » fustige Bernard Hinault auprès de Ouest-France

N’en déplaise à Madame Faucheux et aux ayatollahs de la nouvelle religion écologiste (qui n’aborde jamais le principal, c’est à dire la démographie, mais également la concentration de population qui s’agglutine dans des métropoles gérées depuis des décennies par les mêmes familles de copains politiques), le tour de France aura bien lieu en 2021, passera 4 journées en Bretagne, et fera le bonheur de petits et grands sur le bord de la route (mais aussi des communes qui accueilleront les départs et arrivées).

YV

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

À quelque chose malheur peut être bon [L’Agora]

Par le général (2S) Henri ROURE Cette période, contrôlée par un État masquant ses rédhibitoires faiblesses en imposant une chape...

La Turquie dans l’OTAN, entre utilité et hostilités

Qui peut oublier cette scène surréaliste d’une fin de dîner de l’OTAN en mai 2015 à Antaliya, où à...