Brest. Entre violences des migrants et recours à la police, le bastion de gauche de la place Guérin va devoir choisir

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

La place Guérin, bastion militant d’extrême gauche à Brest, est confrontée, comme de nombreux quartiers de la ville à une insécurité croissante sur fond d’immigration extra-européenne. « Dieu se rit de ceux qui maudissent les conséquences dont ils chérissent les causes » dit l’adage…

À Brest, le navire de l’immigration au bord du naufrage ?

Avec une insécurité remplissant sans discontinuer ou presque les rubriques « faits divers », la coupe n’est plus très loin d’être pleine à Brest. Si, sur Breizh Info, nous traitons sans filtre depuis de nombreuses années désormais les innombrables actes de violences, vols, agressions et trafics en tout genre qui se déroulent dans la ville, cette actualité anxiogène a longtemps été recouverte d’un voile pudique, tant par la presse locale que par la municipalité socialiste en place.

Mais, depuis quelques mois, entre les voitures brûlées à répétition et les fusillades sur fond de règlement de comptes entre quartiers, médias et responsables politiques sont bien obligés de prendre en compte ces faits. Ainsi le quotidien Le Télégramme a-t-il publié le 9 septembre un article sur une réalité qu’il n’est plus possible de masquer. En l’occurrence, il s’agit de la tension croissante ressentie par les habitants du quartier de la place Guérin.

Un quartier qui, précisons-le d’emblée, connu de longue date pour ses forts penchants à gauche, est aussi le bastion d’un collectif d’habitants baptisé « Avenir », lequel se veut « militant »…

Seulement voilà, le « vivre ensemble » local semble désormais mis à mal par des nouvelles populations visiblement peu sensibles au code de l’autogestion. L’article en question nous précise ainsi qu’il s’agit de « garçons pour la plupart arrivés récemment à Brest, souvent mineurs isolés sans papiers ni repères » et qui, ces derniers temps, auraient « la fâcheuse tendance de faire parler d’eux dans le mauvais sens ». Ce qui expliquerait alors les tensions régulières entre ces individus et des « dealers historiques » mais aussi des membres de bandes rivales en provenance d’autres quartiers de Brest.

Entre violence et racisme, la gauche brestoise sur une ligne de crête

Tandis que ces migrants prétendus mineurs déambulent aux alentours de la place Guérin en occupant leur journée entre agressions, bagarres générales, dégradations en tout genre et rodéos urbains, le tout en consommant à haute dose alcool et stupéfiants, certains habitants de ce bastion d’extrême gauche se désolent de la situation tandis que ces scènes se prolongent généralement « jusqu’à 4 h, 5 h ou 6 h du matin » selon un témoin.

Ce dernier, encensant un quartier ayant « toujours su s’autoréguler » et dans lequel régnait il y a encore quelques temps « une ambiance de village » se veut dorénavant « perplexe » sur la situation de la place Guérin. Non loin de là, le bar « Les Fauvettes », établissement connu à Brest, a fait l’objet d’un cambriolage au début du mois de septembre. Deux hommes d’origine marocaine ont été interpellés et placés en garde à vue.

Conséquence logique de cette insécurité en lien avec l’immigration extra-européenne, d’autres habitants des alentours de la place Guérin déplorent quant à eux « des discours nauséabonds » qui « commencent à se faire entendre » sur fond de « montée du racisme ». D’autres encore évoquant le fait que « certains en sont carrément à envisager de monter une milice… ».

Quant à une éventuelle intervention policière pour mettre fin aux agissements de ces bandes d’immigrés délinquants, c’est ici que la situation devient tout autant intenable que schizophrène pour les militants de gauche locaux : « certains qui ne veulent pas de flics dans le quartier – comme les Antifas de l’Avenir mais ils ne sont pas les seuls – laissent pourrir la situation ».

Du côté de la mairie, les choses pourraient là encore prêter à rire si elles ne risquaient de tourner au tragique. Yohann Nédélec, adjoint au maire de Brest en charge de la tranquillité urbaine, interrogé sur l’insécurité régnant place Guérin après avoir rencontré des habitants du quartier, indique que les services de la ville « travaillent à une construction de projet d’occupation de cet espace public, avec du commerce mais en s’appuyant aussi sur la médiathèque, l’école… Un travail qui répond à une demande forte des habitants ». « Le but étant de rendre à cette place son visage festif et culturel… », ajoute-t-il.

Pour l’heure, c’est surtout son visage multiculturel, avec tout ce que cela implique, que la place Guérin donne à voir. Les libertaires locaux adeptes d’expériences sociales devraient être ravis…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

1 COMMENTAIRE

  1. « les services de la ville « travaillent à une construction de projet d’occupation de cet espace public, avec du commerce mais en s’appuyant aussi sur la médiathèque, l’école… Un travail qui répond à une demande forte des habitants ». « Le but étant de rendre à cette place son visage festif et culturel… », « …………….Bref, le blablabla habituel des bobos-gauchos-socialos!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pour Mathieu Kassovitz, le caillassage de pompiers par des racailles est un « moyen d’expression d’une frustration » [Vidéo]

Invité sur le plateau de LCI pour parler d'insécurité, le réalisateur Mathieu Kassovitz a fait une nouvelle fois preuve de complaisance vis-à-vis de la...

Confinement : le coup fatal de Macron ? Le JT de TV Libertés évoque l’insécurité en Bretagne

L’Ile-de-France retient son souffle. Après avoir retardé l’échéance, le gouvernement devrait annoncer de nouvelles restrictions pour la région parisienne. Des restrictions qui ne seront pas...

Y-a-t-il de l’insécurité à RENNES ? Un Micro-trottoir interroge des rennais

+12% de crimes et délits en Ille-et-Vilaine en 2020. Qu'en pensent les premiers concernés ? L'Institut pour la Justice est allé à la rencontre...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle on pouvait lire « Paris garde...