Brest. Entre violences des migrants et recours à la police, le bastion de gauche de la place Guérin va devoir choisir

A LA UNE

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

La place Guérin, bastion militant d’extrême gauche à Brest, est confrontée, comme de nombreux quartiers de la ville à une insécurité croissante sur fond d’immigration extra-européenne. « Dieu se rit de ceux qui maudissent les conséquences dont ils chérissent les causes » dit l’adage…

À Brest, le navire de l’immigration au bord du naufrage ?

Avec une insécurité remplissant sans discontinuer ou presque les rubriques « faits divers », la coupe n’est plus très loin d’être pleine à Brest. Si, sur Breizh Info, nous traitons sans filtre depuis de nombreuses années désormais les innombrables actes de violences, vols, agressions et trafics en tout genre qui se déroulent dans la ville, cette actualité anxiogène a longtemps été recouverte d’un voile pudique, tant par la presse locale que par la municipalité socialiste en place.

Mais, depuis quelques mois, entre les voitures brûlées à répétition et les fusillades sur fond de règlement de comptes entre quartiers, médias et responsables politiques sont bien obligés de prendre en compte ces faits. Ainsi le quotidien Le Télégramme a-t-il publié le 9 septembre un article sur une réalité qu’il n’est plus possible de masquer. En l’occurrence, il s’agit de la tension croissante ressentie par les habitants du quartier de la place Guérin.

Un quartier qui, précisons-le d’emblée, connu de longue date pour ses forts penchants à gauche, est aussi le bastion d’un collectif d’habitants baptisé « Avenir », lequel se veut « militant »…

Seulement voilà, le « vivre ensemble » local semble désormais mis à mal par des nouvelles populations visiblement peu sensibles au code de l’autogestion. L’article en question nous précise ainsi qu’il s’agit de « garçons pour la plupart arrivés récemment à Brest, souvent mineurs isolés sans papiers ni repères » et qui, ces derniers temps, auraient « la fâcheuse tendance de faire parler d’eux dans le mauvais sens ». Ce qui expliquerait alors les tensions régulières entre ces individus et des « dealers historiques » mais aussi des membres de bandes rivales en provenance d’autres quartiers de Brest.

Entre violence et racisme, la gauche brestoise sur une ligne de crête

Tandis que ces migrants prétendus mineurs déambulent aux alentours de la place Guérin en occupant leur journée entre agressions, bagarres générales, dégradations en tout genre et rodéos urbains, le tout en consommant à haute dose alcool et stupéfiants, certains habitants de ce bastion d’extrême gauche se désolent de la situation tandis que ces scènes se prolongent généralement « jusqu’à 4 h, 5 h ou 6 h du matin » selon un témoin.

Ce dernier, encensant un quartier ayant « toujours su s’autoréguler » et dans lequel régnait il y a encore quelques temps « une ambiance de village » se veut dorénavant « perplexe » sur la situation de la place Guérin. Non loin de là, le bar « Les Fauvettes », établissement connu à Brest, a fait l’objet d’un cambriolage au début du mois de septembre. Deux hommes d’origine marocaine ont été interpellés et placés en garde à vue.

Conséquence logique de cette insécurité en lien avec l’immigration extra-européenne, d’autres habitants des alentours de la place Guérin déplorent quant à eux « des discours nauséabonds » qui « commencent à se faire entendre » sur fond de « montée du racisme ». D’autres encore évoquant le fait que « certains en sont carrément à envisager de monter une milice… ».

Quant à une éventuelle intervention policière pour mettre fin aux agissements de ces bandes d’immigrés délinquants, c’est ici que la situation devient tout autant intenable que schizophrène pour les militants de gauche locaux : « certains qui ne veulent pas de flics dans le quartier – comme les Antifas de l’Avenir mais ils ne sont pas les seuls – laissent pourrir la situation ».

Du côté de la mairie, les choses pourraient là encore prêter à rire si elles ne risquaient de tourner au tragique. Yohann Nédélec, adjoint au maire de Brest en charge de la tranquillité urbaine, interrogé sur l’insécurité régnant place Guérin après avoir rencontré des habitants du quartier, indique que les services de la ville « travaillent à une construction de projet d’occupation de cet espace public, avec du commerce mais en s’appuyant aussi sur la médiathèque, l’école… Un travail qui répond à une demande forte des habitants ». « Le but étant de rendre à cette place son visage festif et culturel… », ajoute-t-il.

Pour l’heure, c’est surtout son visage multiculturel, avec tout ce que cela implique, que la place Guérin donne à voir. Les libertaires locaux adeptes d’expériences sociales devraient être ravis…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

1 COMMENTAIRE

  1. « les services de la ville « travaillent à une construction de projet d’occupation de cet espace public, avec du commerce mais en s’appuyant aussi sur la médiathèque, l’école… Un travail qui répond à une demande forte des habitants ». « Le but étant de rendre à cette place son visage festif et culturel… », « …………….Bref, le blablabla habituel des bobos-gauchos-socialos!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Comment on formate un peuple ? Le 67 ème numéro de Réfléchir & Agir vient de sortir

Comment on formate un peuple ? C'est la question que se pose (et à laquelle tente de répondre) la...

Pourquoi tant de haine ? #30. Hommage à Emmanuel Ratier, avec Xavier Poussard

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation. Pour ce...

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes

En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...

Sécheresse. Un été 2020 historiquement sec… pour la 3e année consécutive

L'été 2020 a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959. Un record qui est repoussé pour la troisième année consécutive. Été le plus sec...

Covid-19. Rien d’alarmant depuis 15 jours sur la planète

L’analyse des nombres de décès déclarés par les États montre que l’épidémie n’a pas pris d’ampleur significative sur la planète  cours des quinze derniers...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -