Angers. Sous la menace, L’Alvarium met fin à son occupation non conforme

A LA UNE

Armée. « Oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » : L’avertissement des militaires d’active aux autorités...

« Si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

A Angers, le bâtiment occupé par l’Alvarium depuis deux ans est désormais vide, après la décision de justice rendue lundi.

Cela faisait près de deux ans que les militants de l’Alvarium occupaient le bâtiment du 17 rue Thiers, mis à disposition de sans-abris français. Après l’officialisation forcée de cette action sociale, les propriétaires de l’immeuble, Alter Cités, une entreprise appartenant à majorité à la ville et la métropole d’Angers, a engagé une procédure éclaire devant le tribunal judiciaire d’Angers, afin de faire évacuer les lieux.

Trois semaines de procédure éclair

Objectif pour la mairie : détruire le bâtiment et construire des logements sociaux et des appartements à vendre. Un double mouvement « d’africanisation et de gentrification » auquel s’oppose l’Alvarium bien décidé à continuer son action au sein de l’immeuble. Après deux reports de la décision, le 16 et le 21 septembre dernier, le juge s’est prononcé le 28 septembre dernier, ordonnant les occupants de quitter les lieux « d’ici le 1er octobre » et a condamné, l’Alvarium et trois de ses militants à une amende de 2.500 euros, en plus du remboursement des frais d’huissiers.

Adepte de l’action concrète plutôt que de la communication à outrance, les militants qui montaient la garde depuis l’officialisation, le 8 septembre dernier, ont donc quitté les lieux, mardi 29 septembre. Si cela ne signifie pas la fin du combat à l’accent social revendiqué par le mouvement angevin, c’est une page qui se tourne pour l’Alvarium, satisfait malgré tout, de son initiative.

Une douzaine de sans-abris accueillis en deux ans

Au total, une douzaine de sans domicile fixes ont été accueillis en l’espace de deux ans. Certains venant quelques nuits par semaine, d’autre durant plusieurs mois. Le bâtiment abandonné depuis plusieurs années avait été entièrement rénové et entretenu par les militants qui se faisaient un point d’honneur d’accueillir leur hôte dans un espace le plus digne possible.

Le 21 septembre dernier, à la sortie du procès au tribunal judiciaire d’Angers, Breizh-Info était allé à la rencontre de Jean-Eudes Gannat, président et membre fondateur de l’Alvarium. L’occasion de visiter les lieux et de tirer un premier bilan de cette occupation, qui restera à jamais « non conforme ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cybersécurité. Quelles menaces pour les réseaux de distribution électrique ?

Les cyberattaques menacent aussi les réseaux de distribution électrique et les entreprises stratégiques du secteur de l'énergie. Avec de...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

« Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies ». Le 16 avril 1935 naissait Dominique Venner

Le 16 avril 1935 naissait Dominique Venner. Ecrivain et historien, il a publié une cinquantaine d’ouvrages et dirigé comme éditeur plusieurs collections historiques et...

Le combat identitaire par la musique

Le journal Présent sort un hors-série consacré au combat identitaire par la musique. Vous en trouverez la présentation ci-dessous. Jacques Chailley disait que « la...

Paris. Retour sur le succès de la manifestation de Génération identitaire

La défense de l'identité, et le combat culturel, en Bretagne comme à Paris. Alors que des milliers de personnes défilaient pour défendre Diwan et la...

Tensions à Ploërmel après l’agression d’un jeune breton par un allogène [La vidéo]

La ville de Ploërmel, dans le Morbihan, connait quelques tensions depuis plusieurs jours, suite à l'agression gratuite et filmée courant janvier d'un jeune breton...