« Préférence nationale au logement ». Des jeunes identitaires d’Angers (L’Alvarium) occupent un immeuble

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Des membres de l’Alvarium, association de jeunes identitaires d’Angers, occupent depuis 2018 un bâtiment d’Alter cités, rue Thiers, à Angers. Un bâtiment inoccupé, dans lequel ils ont effectué des travaux depuis plusieurs mois donc, et dont ils ont officialisé l’occupation la semaine dernière.

Le journal Ouest France, qui s’est fait écho de l’occupation, a par ailleurs menti en expliquant que des individus auraient été agressés par les jeunes revendiquant cette occupation, puisqu’en réalité, ce sont bien deux individus, qui ont tenté de s’en prendre aux jeunes de l’Alvarium, en tentant d’arracher leur banderole et en les apostrophant, avant que ces derniers ne les éconduisent.

Le journal évoque des « banderoles profondément haineuses ». En réalité, faute de haine, on peut y lire « La France aux Français » ou des revendications pour la préférence nationale au logement, l’accès à la propriété pour tous ou encore..pour l’expulsion de l’immigré qui a violé une jeune étudiante récemment à Angers.

On notera par ailleurs le ton militant des trois habituels journalistes d’Ouest France qui n’ont jamais eu de cesse d’écrire en mal sur l’Alvarium, qui en appelle presque explicitement aux autorités – eux qui n’ont jamais écrit le moindre article négatif à propos de multiples squats tenus par la mouvance d’extrême gauche dans la même ville  :  « Du côté de la municipalité, on assure découvrir la situation. Pourtant, Alter cités (entreprise publique locale), propriétaire du bâtiment, est présidée par le maire d’Angers, Christophe Béchu. Qui ignorerait donc qu’un huissier a été mandaté. Comment cela est-il envisageable ? Ce mercredi, dans la soirée, nous n’avions pas d’éléments pour y répondre… »

Voici le communiqué diffusé par l’Alvarium la semaine dernière et qui explique les raisons de cette occupation non conforme et de cette opération :

Depuis Novembre 2018, nous avons pris le contrôle de l’immeuble situé au 17 rue Thiers à Angers. Durant 2 ans, nous avons effectué des travaux (l’intérieur était plus qu’insalubre) et utilisé celui-ci pour loger des SDF, des personnes en attente de relogement et des jeunes précaires. Nous avons également pu organiser des activités sociales comme le Noël des malchanceux, ou héberger des gens de passage. Discrètement, à notre échelle, nous avons agi dans la continuité de notre mission de service auprès des français les plus démunis. Et nous continuerons à agir tant que nous serons dans cet immeuble.

Aujourd’hui nous sommes contraints de rendre publique notre action suite au passage d’un huissier venu nous signaler notre obligation de partir. Alors qu’on vient de nous couper l’eau, notre immeuble est menacé de destruction dans le mois qui vient. La mairie a entamé dans le quartiers d’immenses travaux visant à construire un mélange d’appartements classiques et de logements sociaux dont chacun sait que les attributions font l’objet d’une véritable préférence étrangère. Nous refusons ce double mouvement inquiétant de gentrification et d’africanisation de notre ville. Nous ne voulons pas qu’Angers devienne une mégapole envahie et hors de prix comme Nantes ou Bordeaux. Ni spéculation immobilière, ni clientélisme ; nous réclamons la fin de ce projet mené par Abraham Immobilier à la demande de la municipalité. D’une manière plus générale, nous réclamons la mise en place d’un prêt social sans intérêt pour les couples mariés primo-accédants à la propriété, la préférence européenne dans l’attribution des logements sociaux, la fin de l’usure permanente dans notre société et l’encadrement des loyers et du Airbnb à Angers pour bloquer la spéculation immobilière. Mesures défendues également par notre porte-parole Jean-Eudes Gannat comme candidat à la députation dans la 3ème circonscription du Maine-et-Loire.

Avant que médias et politiques ne poussent leurs traditionnels cris d’orfraie, nous tenons à clarifier certaines choses. Depuis 2 ans les squats de l’extrême-gauche angevine font l’objet d’une clémence médiatique et juridique totale, malgré un trafic de drogue connu des autorités, et l’hébergement de clandestins présents illégalement sur notre territoire. Les plaintes du voisinage sont même tues par les journaux locaux dont certains journalistes fréquentent le squat. Pour notre part, nous n’avons causé aucun débordement ni aucune dégradation, et nous avons rendu les lieux plus propres et rénovés que lors de notre arrivée. Dans ces conditions, une répression brutale de notre initiative ne ferait que confirmer -en plus du soutien financier de la mairie à l’Etincelle- le parti-pris du Système pour l’anarchie, la drogue et l’immigration illégale.

Reste à voir désormais comment vont réagir les autorités, qui, comme nous l’évoquons plus haut, n’ont jusqu’ici jamais démontré d’une volonté de fer de démanteler divers squats de la ville d’Angers tenus par la mouvance d’extrême gauche.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Les Parisiens face à l’insécurité : micro-trottoir

Prévention ou répression ? Voilà la question que l'Institut pour la Justice a posé aux habitants des 18 et...

Vaccins : bientôt la levée des brevets ?

Au sommaire de cette dernière édition de la semaine : la levée des brevets protégeant les vaccins anti-Covid. Le président...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Covid-19. La vitamine D préconisée contre les formes graves

Se faire prescrire de la vitamine D pour éviter de contracter une forme grave du Covid-19, c'est ce que préconisent 73 experts qui lancent...

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de Rochefort-du-Gard. Le premier qui occupe l'étage...

Bondy : un propriétaire déloge des squatteurs de chez lui – il est placé en garde à vue

Ce pavillon, c'est celui de Fernando, le fruit de toute une vie de travail. Il y a une semaine alors qu'une agence s'occupe de...

Nantes. Encore deux squats de migrants

Une centaine de migrants cornaqués par des associations d’extrême-gauche, dont l’Autre Cantine, ont trouvé refuge dans d’anciens bureaux d’Orange, à l’angle des rues Daubenton...