La Ligue de Défense des Conducteurs appuie la demande du député Dino Cinieri de supprimer le malus CO2

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

La voiture que vous achetez en 2020 émet 138 g de CO2 par kilomètre ? Le malus vous coûtera 50 €. Vous achetez strictement le même véhicule l’année prochaine ? Ce sera 210 €. Soit 320 % d’augmentation, si l’on en croit le Projet de loi de finances (PLF) 2021.

Un malus que le député Dino Cinieri voudrait voir supprimé, puisqu’il a déposé un amendement (n°I-131) dans ce sens, demandant la suppression pure et simple de l’article 14 du Projet de loi des finances 2021, relatif à la « Refonte des taxes sur les véhicules à moteur ». Ce qui reviendrait donc à mettre le COaux oubliettes.

Une initiative appuyée par la Ligue de Défense des Conducteurs qui communique à ce sujet.

Si l’on en croit le Projet de loi de finances 2021, limiter les émissions automobiles de CO2 passe exclusivement par la case malus, avec une grille de tarifs qui pèse toujours plus lourd dans le budget des acheteurs de voitures neuves. Une tactique des taxes tristement familière, qui ne résout rien, ne propose rien, et qui concerne un dispositif contreproductif. 

Pourquoi augmenter le barème du malus, alors que les constructeurs automobiles atteindront les objectifs d’émissions de CO2 fixés par l’Europe, quoi qu’il arrive ?

Pourquoi continuer à diaboliser le diesel, alors que cette motorisation est aujourd’hui aussi vertueuse que l’essence, tout en émettant moins de CO2 ?

Pourquoi ne pas pérenniser à long terme les avantages du GPL, carburant qui émet moins de polluants et moins de CO2 et surtout, dont la technologie est financièrement abordable ?

Pourquoi ne pas créer un environnement plus favorable au développement de l’E85, carburant fabriqué en France à partir du surplus de production de betteraves sucrières, permettant lui aussi de diminuer les émissions de CO2 ?

Toutes ces questions, la Ligue de Défense des Conducteurs souhaite les adresser au gouvernement, alors que dans son Projet de loi des finances 2021, la pression fiscale se concentre sur les émissions de CO2, avec un barème de malus toujours plus sévère… Exemple : alors qu’en 2020, une voiture neuve émettant 138 g de COpar kilomètre est touchée par un malus de 50 €, la taxe grimpera à 210 € en 2021, soit 320 % d’augmentation.

Si la Ligue de Défense des Conducteurs convient évidemment de la nécessité, pour l’automobile, de limiter son impact sur la planète et sur la santé, elle n’en souligne pas moins les défaillances du malus soi-disant écologique, dont l’efficacité sur l’amélioration de la qualité de l’air vient d’ailleurs d’être mise à mal par une enquête réalisée par la Cour des comptes, publiée fin septembre.

Pire, ce dispositif se révèle totalement contreproductif. En effet, les technologies pour réduire fortement la consommation, donc les émissions de CO2, coûtent cher. Il faut compter en moyenne 2 000 € de plus pour un véhicule à technologie hybride (par rapport à un modèle thermique), 8 000 € de plus pour un hybride rechargeable et 12 000 € de plus pour un 100 % électrique, toujours comparé à son équivalent thermique. Dissuadées par ces prix élevés, mais aussi par le malus CO2, les familles modestes et celles de la classe moyenne finiront par renoncer à un achat neuf. Non seulement, c’est l’inverse de l’effet recherché, mais en plus, cela sclérose les ventes de véhicules neufs, alors que nos constructeurs ont plutôt besoin d’un marché dynamique pour préserver les emplois et rentabiliser les énormes investissements consentis pour baisser les émissions de CO2*. 

Pour toutes ces raisons, la Ligue de Défense des Conducteurs rejoint l’initiative du député de la Loire Dino Cinieri qui, le 2 octobre 2020, a déposé un amendement (n°I-131) dans ce sens, demandant la suppression pure et simple de l’article 14 du Projet de loi des finances 2021, relatif à la « Refonte des taxes sur les véhicules à moteur ». Ce qui reviendrait donc à mettre le COaux oubliettes.

La commission des finances de l’Assemblée nationale a débuté l’examen du projet de loi de finances 2021 ce 6 octobre. Voir ici les attendues importantes.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

2 Commentaires

  1. le climat change comme il a toujours changé aux cours des millénaires. Ce n’est pas l’activité humaine qui détruira la Terre. Les Verts ne sont que les adorateurs d’une pureté originelle supposée. Dangereux car en réalité ils se dressent contre la Vie.
    Chaque génération trouvera par la raison les moyens de régler ses problèmes sans jeter d’anathèmes.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Automobile. Sur les 6 premiers mois de l’année, le marché de l’occasion affiche une hausse record

En Juin, le marché du véhicule d'occasion enregistre d'excellent résultats avec 547 997 unités, en retrait par rapport à juin 2020 de -6.4%, mois exceptionnel qui avait suivi le...

Automobile. Obligatoire à partir de 2022 sur les véhicules neufs, à quoi servira la « boîte noire » ?

À partir de 2022, les véhicules neufs vendus en Europe seront dotés d'une « boîte noire ». À quoi servira précisément ce nouveau dispositif...

Interdiction des signalements des contrôles de vitesse sur les applications dédiés : « Le décret en trop » pour la Ligue de Défense des...

Paru au Journal officiel le 20 avril, un nouveau décret interdira aux applis de type Waze ou Coyote de signaler les contrôles de vitesse,...

Automobile. Le point sur le marché du véhicule d’occasion

En mars, malgré les nouvelles mesures de confinement, le marché de l'occasion confirme la bonne tendance enregistrée en début d'année avec un volume de 587...