Pays basque. Sous la pression populaire, l’Éducation nationale autorise finalement l’enseignement immersif

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

La mobilisation des parents d’élèves, des élus et des acteurs de la défense de la langue basque a finalement payé : l’ouverture de la classe immersive 100 % en langue basque de Saint-Pierre-d’Irube a été acceptée par la rectrice d’académie.

La mobilisation fait reculer l’Éducation nationale

C’est une belle nouvelle pour Saint-Pierre-d’Irube, au Pays basque français. L’Éducation nationale est revenue sur sa décision concernant la classe immersive de l’école Basté-Quieta. Cette dernière devrait en effet ouvrir dans un délai « très rapide ». Dans le même temps, les autres projets d’expérimentation 100 % en langue basque seront acceptés.
Ce revirement a eu lieu à la suite d’une réunion qui s’est tenue le 13 octobre dernier à Paris, au ministère de l’Éducation nationale, où s’était rendue une délégation d’élus basques remontés sur le sujet et exigeant une réponse rapide. Celle-ci n’a donc pas tardé à leur parvenir puisque, le 15 octobre, à l’issue de l’assemblée générale de l’Office Public de la Langue Basque (OPLB), la décision de la rectrice de l’académie de Bordeaux d’ouvrir prochainement la classe 100 % en langue basque de l’école publique de Saint-Pierre-d’Irube était annoncée.
La décision revue de l’académie de Nouvelle-Aquitaine n’est pas le fruit du hasard et intervient après des mois de mobilisations en terre basque. Nous avions notamment évoqué durant l’été dernier la pétition lancée par les parents d’élèves mais aussi la volonté unanime des élus locaux de sauver le basque par l’enseignement immersif.

« Un consensus social de tout le Pays basque »

Du côté de l’OPLB, le président fraîchement élu Antton Curutcharry a indiqué concernant cette ouverture que « l’expérimentation a été validée, les modalités restent à préciser ». Même enthousiasme chez le sénateur Max Brisson : « Il va falloir coconstruire une méthodologie et sécuriser le système. Nous sommes prêts à travailler si c’est au profit de la production de locuteurs complets », le but étant de se donner les moyens de « parvenir à créer des parcours d’enseignement bilingues cohérents et complets ».
Pour sa part, la rectrice d’académie de Nouvelle-Aquitaine, Anne Bisagni-Faure, a justifié sa décision en expliquant que « l’objectif est de poursuivre le développement de l’enseignement en langue basque » car l’Éducation nationale souhaite « éviter d’être à nouveau confrontée à des difficultés ». De plus, elle a assuré que plus aucun projet d’expérimentation immersive dans le public ne serait refusé.
Ce recul de la part de l’État vient aussi de sa prise de conscience de l’ampleur du « consensus social de tout le Pays basque » selon les mots de la conseillère départementale des Pyrénées-Atlantiques Bénédicte Luberriaga, au sujet de l’importance de l’enseignement immersif pour sauver la langue.

À Saint-Pierre-d’Irube, le maire Alain Iriart a déclaré que tous les moyens étaient mis en œuvre pour permettre l’ouverture de la classe 100 % en langue basque dès la rentrée des vacances de la Toussaint.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...