Pays basque. Sous la pression populaire, l’Éducation nationale autorise finalement l’enseignement immersif

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

La mobilisation des parents d’élèves, des élus et des acteurs de la défense de la langue basque a finalement payé : l’ouverture de la classe immersive 100 % en langue basque de Saint-Pierre-d’Irube a été acceptée par la rectrice d’académie.

La mobilisation fait reculer l’Éducation nationale

C’est une belle nouvelle pour Saint-Pierre-d’Irube, au Pays basque français. L’Éducation nationale est revenue sur sa décision concernant la classe immersive de l’école Basté-Quieta. Cette dernière devrait en effet ouvrir dans un délai « très rapide ». Dans le même temps, les autres projets d’expérimentation 100 % en langue basque seront acceptés.
Ce revirement a eu lieu à la suite d’une réunion qui s’est tenue le 13 octobre dernier à Paris, au ministère de l’Éducation nationale, où s’était rendue une délégation d’élus basques remontés sur le sujet et exigeant une réponse rapide. Celle-ci n’a donc pas tardé à leur parvenir puisque, le 15 octobre, à l’issue de l’assemblée générale de l’Office Public de la Langue Basque (OPLB), la décision de la rectrice de l’académie de Bordeaux d’ouvrir prochainement la classe 100 % en langue basque de l’école publique de Saint-Pierre-d’Irube était annoncée.
La décision revue de l’académie de Nouvelle-Aquitaine n’est pas le fruit du hasard et intervient après des mois de mobilisations en terre basque. Nous avions notamment évoqué durant l’été dernier la pétition lancée par les parents d’élèves mais aussi la volonté unanime des élus locaux de sauver le basque par l’enseignement immersif.

« Un consensus social de tout le Pays basque »

Du côté de l’OPLB, le président fraîchement élu Antton Curutcharry a indiqué concernant cette ouverture que « l’expérimentation a été validée, les modalités restent à préciser ». Même enthousiasme chez le sénateur Max Brisson : « Il va falloir coconstruire une méthodologie et sécuriser le système. Nous sommes prêts à travailler si c’est au profit de la production de locuteurs complets », le but étant de se donner les moyens de « parvenir à créer des parcours d’enseignement bilingues cohérents et complets ».
Pour sa part, la rectrice d’académie de Nouvelle-Aquitaine, Anne Bisagni-Faure, a justifié sa décision en expliquant que « l’objectif est de poursuivre le développement de l’enseignement en langue basque » car l’Éducation nationale souhaite « éviter d’être à nouveau confrontée à des difficultés ». De plus, elle a assuré que plus aucun projet d’expérimentation immersive dans le public ne serait refusé.
Ce recul de la part de l’État vient aussi de sa prise de conscience de l’ampleur du « consensus social de tout le Pays basque » selon les mots de la conseillère départementale des Pyrénées-Atlantiques Bénédicte Luberriaga, au sujet de l’importance de l’enseignement immersif pour sauver la langue.

À Saint-Pierre-d’Irube, le maire Alain Iriart a déclaré que tous les moyens étaient mis en œuvre pour permettre l’ouverture de la classe 100 % en langue basque dès la rentrée des vacances de la Toussaint.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Il y a 127 ans le drapeau basque était hissé pour la première fois

Tout les bretons connaissent l'Ikurriña, le drapeau basque aux trois couleurs : rouge, vert, blanc. Mais peu d'entre eux savent que, comme le Gwenn ha...

Pays Basque : Manifestation d’agriculteurs en tracteurs contre la spéculation immobilière

En Bretagne comme au Pays Basque, la spéculation immobilière est devenue le cancer des territoires à forte identité. Depuis plusieurs mois, le site d'Arbonne, dans...

Euskal Herria : Saint-Palais evit ar breved en euskareg

Evel bep bloaz da vare ar bak hag ar breved ez eus trouz en Ipparalde, al lodenn norzh eus Bro-Euskadi. Darn eus ar skolajidi...

Bro-Euskadi : Hendaye gounezet gant an abertzale !

D'an dro gentañ o doa graet berzh an abertzale e Bro-Euskadi dija met d'an eil tro o deus cheñchet penn d'ar vazh : Aet eo...