Pour la messe : les manifestations se multiplient à travers toute la France

A LA UNE

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Lancé à Nantes dimanche dernier à 10h30 (700 manifestants), le mouvement Pour la messe, qui voit les catholiques se rassembler devant les cathédrales et les lieux publics pour réclamer le rétablissement des messes publiques, interdites par le gouvernement sous couvert de lutte contre le Covid depuis le 3 novembre dernier, prend de l’ampleur, avec de nouvelles manifestations déclarées un peu partout en France cette semaine. Après Lyon et Versailles, puis Orléans, des manifestations ont été déclarées à Bordeaux, Strasbourg, Rennes, en région parisienne, Moulins, Strasbourg…

A Orléans, une soixantaine de fidèles se sont rassemblés ce lundi soir devant la cathédrale, alors que les organisateurs de Nantes, Versailles et Lyon annonçaient recommencer dimanche prochain, aux mêmes heures, mêmes lieux (10h30 pour Nantes place Saint-Pierre, 17h Versailles devant la cathédrale, etc.). Un rassemblement a été annoncé ce vendredi à 18h30 sur le parvis de Notre-Dame de Paris et toujours vendredi, à 20 h à Moulins sur Allier (03).

Des manifestations ont aussi été déposées et déclarées à Rennes (samedi 16h Cathédrale et dimanche 17h St Melaine), Saint-Malo (dimanche 15h30 devant la cathédrale), Bordeaux (11h place Pey Berland dimanche), Bois-Colombes (16 h dimanche devant la mairie), Strasbourg (devant la cathédrale 11h), Rambouillet (devant l’église Sainte-Bernadette 16h30).

Mais aussi Vannes, devant la Cathédrale St Pierre, dimanche 15 novembre à 11H. Sainte Anne d’Auray, parvis de la Basilique, dimanche 15 novembre à 14H30.St Malo, devant la Cathédrale St Vincent, dimanche 15 novembre à 15H30. A nouveau Rennes, devant Notre Dame en St Melaine, dimanche 15 novembre à 17H

Face à la mollesse de l’épiscopat, des fidèles (et des prêtres) déterminés à se battre pour la messe

A travers la réaffirmation de la détermination des catholiques à avoir accès aux sacrements – mais aussi de la dimension éminemment communautaire de la messe, l’on constate aussi une rupture d’une part croissante des fidèles avec un discours très prudent de la très grande majorité des évêques français, même si cinq d’entre eux (Bayonne, Toulon, Fort de France, Avignon, Montauban) ont soutenu un recours contre l’interdiction des messes en novembre, parallèlement à celui des instituts traditionnels, et que contraint et forcé par d’autres évêchés dont les finances sont à marée basse, le chef de la CEF, Mgr de Moulins-Beaufort, s’est résout à attaquer l’interdiction des messes devant le Conseil d’État.

Pendant le premier confinement d’ailleurs, les évêques avaient devancé dans la plupart des églises les demandes de l’Etat, retiré l’eau bénite, déployé du rubalise partout et arrêté les messes… et ce bien que l’arrêt des quêtes et des cérémonies a mis sur la paille une part non-négligeable des diocèses, surtout ceux qui étaient déjà fragiles – une dizaine d’entre eux ont reçu des prêts garantis par l’Etat avant que celui-ci ne s’aperçoive que c’était illégal au vu de la loi de 1905.

Le second confinement est bien moins accepté que le premier dans la société, et les catholiques ne font pas exception ; on le voit aussi à l’indignation que suscite l’arrêt des messes au sein du clergé, même les prêtres des paroisses diocésaines, contraints d’abandonner une seconde fois leurs fidèles dans la même année.

A voir la distance prise par la majorité des évêques par rapport à leurs fidèles qui se rassemblent et rappellent leur attachement à la messe et aux sacrements, certains se demandent si les évêques représentent encore leurs fidèles, et si les fidèles ne méritent pas d’autres évêques, moins nombreux peut-être, moins lisses et politiques sûrement,  mais plus déterminés et tout simplement, des évêques plus chrétiens ?

Notre-Dame de Chrétienté : « Jésus Christ n’est pas facultatif »

Organisatrice du pèlerinage de Chartres – le plus important de France et l’un des plus jeunes, près de 15.000 pèlerins qui marchent de Paris à Chartres pour la Pentecôte – l’association Notre-Dame de Chrétienté a lancé un appel pour multiplier les manifestations Pour la messe :

 « Chers pèlerins. Un grand mouvement se lève en France pour rappeler que nous ne sommes pas que des consommateurs : nous sommes âme et corps !Selon la loi actuelle, il est aujourd’hui possible de faire ses courses, mais pas de participer à ce qui est le cœur et le sommet de la vie du chrétien : la Messe et l’Eucharistie.

C’est profondément inacceptable.

Notre-Dame de Chrétienté rappelle depuis sa création que la vie est harmonie entre le spirituel et le naturel. Nous appelons donc tous les pèlerins de Chartres à participer aux nombreuses initiatives lancées dans notre pays.

‘Jésus-Christ n’est pas facultatif‘ ! »

Un site et un kit pour organiser les rassemblements pour la messe

L’association Pour la Messe propose un kit pour permettre aux fidèles, en province, de déclarer et de mener à bien une manifestation. Modèle de déclaration en préfecture, proposition de déroulement (avec lecture de l’évangile du jour, litanies des saints et Salve Regina), conseils pour la communication et la prise d’images, éléments de langage, rien ne manque.

Le collectif, qui a aussi porté une pétition qui a rassemblé plus de 100.000 signatures contre l’interdiction des cultes publics, a aussi un site internet dont la foire aux questions permet de savoir si un prêtre peut célébrer une messe (en privé, rien ne l’interdit, le prêtre doit avoir une attestation de déplacement professionnel), si un fidèle peut aller prier (c’est autorisé, avec comme raison « motif familial impérieux », comme l’a précisé le Conseil d’État le  7 novembre dernier), si on peut se rassembler pour prier dans des lieux publics etc.

Lancé par des jeunes fidèles de région parisienne et de Nantes, bien organisé, le mouvement pour la Messe soulève l’absurdité d’un « confinement » qui autorise à s’écraser dans des queues interminables pour aller au marché de Talensac le dimanche mais qui interdit les messes, qui autorise à nourrir le corps (tabac, commerces alimentaires) mais proscrit la nourriture spirituelle, sous forme de livres ou de messe. Face à l’absurde érigé en principe de gouvernement, les Nantais ont donné une réponse qui a de l’avenir : se réunir, investir l’espace public et prier. Pour ce jeune fidèle, rencontré devant la cathédrale de Nantes « la foi n’est pas facultative, surtout en temps d’épidémie. »

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya Diallo

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya...

La parole est à la police ! Avec Cyril Hemardinquer

Secrétaire national du syndicat de police FPIP, Cyril Hemardinquer a servi dans la police judiciaire. Il revient sur l'affaire...

9 Commentaires

  1. Bonjour je m’appelle Antoinette Deschamps, j’ai un témoignage a vous apportez Sur tous les forums, on ne parle que de prêt entre particulier mais attention car il y a trop de faux prêteurs. On m’a parlé d’un prêteur normé Dominique Aristide qui m’a accordé un prêt sans problème. Au début je pensais qu’il était comme les autres faux prêteurs mais ce monsieur est exceptionnel, honnête et sérieux. Avec lui j’ai eu mon prêt de 16.000€ en moins de 72 heures après ma demande. Alors veuillez prendre contact avec lui si vous avez besoin d’un prêt auprès d’une personne honnête et sérieux voici son mail: [email protected]

  2. On se croirait revenus en 1789 ou en 1905!
    Les Catholiques n’ennuient pas les Musulmans ni les athées radicaux, véritables bigots de la laïcité ni les Francs Maçons ni la Libre Pensée ; on ne les moque pas, on ne les hait point; on ne saccage pas leurs locaux comme on saccage nos églises.
    Les mosquées sont gardées par Vigi Pirate ; pas nous! De qui ont ils peur? Ne renversons pas les rôles

    Les Catholiques sont jetés en pâture comme les Juifs l’ont été ; on sait comment ça a fini.

    Notre extermination n’a t elle pas commencé dans l’église de Nice?

  3. Bravo pour toutes ces initiatives de ‘manif’ pour que la liberté de culte puisse retrouver sa place dans notre pays. C’est un merci un peu amère, parce que on voit, dans ces initiatives des laïcs, souvent des jeunes, mais on voit pas ou peu de soutien de la part des clers. C’esy un grand malheur !
    Mais ..
    merci encore, bravo !

  4. Oui, merci pour votre mouvement qui est toujours aussi actif que du temps où mes enfants en faisaient partie. Le Christianisme n’est pas mort et il viendra à bout de ce monde sans Foi ! Ou pouvons nous aller demain à Marseille pour prier devant une église ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici