Autriche. Sebastian Kurz annonce que l’islam politique va devenir un délit dans le pays

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

L’Autriche durcit le ton vis-à-vis des djihadistes. Le chancelier Sebastian Kurz a annoncé une série de mesures strictes pour mettre un terme au terrorisme islamiste.

La réponse de l’Autriche aux djihadistes

Suite à l’attaque menée à Vienne, capitale de l’Autriche, le 2 novembre dernier, ayant fait quatre morts, 23 blessés et revendiquée par Daesh le lendemain, les autorités autrichiennes viennent d’annoncer une série de mesures destinées à éviter un nouveau drame causé par des terroristes islamistes.

Le chancelier Sebastian Kurz a communiqué sur le sujet mercredi 11 novembre à la sortie du Conseil des ministres. Il est notamment question de mettre en place la détention préventive ou une surveillance électronique pour les djihadistes présents sur le territoire autrichien. L’homme, dont l’hostilité à l’immigration extra-européenne ne date pas d’hier, a déclaré : « Tant qu’elles ne sont pas déradicalisées et même si elles ont purgé leur peine, nous créerons la possibilité d’enfermer ces personnes pour protéger la population ». Pour l’heure, les critères motivant le choix entre la détention préventive et la surveillance électronique n’ont pas été précisés.

Une fermeté qui tranche avec la situation en France, où les tergiversations sur fond d’« atteintes aux libertés individuelles » durent depuis des années.

Déchéance de la nationalité et perquisitions

Parmi les autres dispositions annoncées, le renforcement de l’arsenal juridique permettant d’appliquer la déchéance de nationalité autrichienne aux personnes condamnées pour terrorisme et détenant le passeport d’un pays tiers. En outre, le gouvernement de Sebastian Kurz a aussi indiqué qu’il comptait retirer les aides sociales et le permis de conduire aux individus reconnus coupables de terrorisme. Il envisage également de créer un fichier afin de recenser les détenteurs d’armes.

Autre différence notable avec la France, les Verts autrichiens, faisant partie de la coalition gouvernementale et détenant notamment le ministère de la Justice, ont accepté la proposition du chancelier concernant la simplification des dissolutions d’associations et les fermetures de mosquées radicales.

Les autorités prévoient aussi de créer un registre d’imams ainsi qu’une plateforme de signalement en ligne afin de relever les contenus djihadistes.

L’islam politique va devenir un délit en Autriche

Ces mesures ne pourront toutefois entrer en vigueur en Autriche qu’à l’issue du débat parlementaire qui commencera début décembre. Actuellement, le pays compterait quelques 150 djihadistes ayant participé aux opérations de l’État islamique au Moyen-Orient sur son sol.

Enfin, Sebastian Kurz a précisé que l’islam politique serait bientôt considéré comme un délit par les autorités autrichiennes :

« Dans la lutte contre l’islam politique, nous créerons une infraction pénale appelée « islam politique » afin de pouvoir agir contre ceux qui ne sont pas eux-mêmes des terroristes, mais qui en créent le terreau. »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes : les brocantes reprennent après un nouveau mauvais coup du gouvernement

Et de trois confinements ! Considérées comme non essentielles, les activités de l’antiquité-brocante ont droit à chaque confinement… à...

Laxisme judiciaire. Suspecté de meurtre à Nantes, l’individu est placé… sous bracelet électronique

Le laxisme judiciaire et la gestion des mis en cause pour délits graves voire pour crimes, laissent parfois songeur....

Articles liés

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa culture, son art et son...

L’affaire Patrick Buisson. Sommes-nous devenus des néoconservateurs américains à passeport français ?

Ci-dessous retrouvez un excellent papier de François Bousquet pour le site Eléments, au sujet de la dernière sortie de Patrick Buisson. Deux phrases maladroites de...

Patrick Buisson sur l’Islam : « J’ai plus de respect pour une femme voilée que pour une lolita en string »

Invité de l'émission Apolline de Malherbe, le rendez-vous, sur BFM TV Patrick Buisson évoque l’islam et le sens du sacré qu’il attribue aux musulmans....

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...