BreizhVOD. La langue bretonne a désormais son Netflix

A LA UNE

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Les amateurs de films et de documentaires en breton vont être ravis : une nouvelle version de la plateforme de vidéo à la demande BreizhVOD est disponible.

BreizhVOD, le Netflix breton ?

Avec ces longues journées de confinement, pourquoi ne pas découvrir des productions audiovisuelles en langue bretonne ? C’est ce que propose l’association Dizale, basée à Quimper, via sa plateforme BreizhVOD. Sur ce site de vidéo à la demande, il est possible de visionner des films et séries doublés en breton. Et quantités d’autres productions puisque BreizhVOD propose tous types d’œuvres audiovisuelles en langue bretonne, de l’animation en passant par les documentaires. Outre les vidéos doublées, il est aussi possible d’accéder à des œuvres directement produites en breton. On retrouve entre autres les œuvres produites ou doublées par Dizale, Gwengolo Filmoù, JPL Films, Kalanna, Lionel Buannic Krouiñ, Lyo Productions, Plurielle Productions ou encore Tita. La liste est non exhaustive…

Quant à la plateforme, après six mois de refonte, la troisième version depuis le lancement initial en 2012 est désormais accessible depuis un mois.

Parmi les nouveautés à recenser, l’interface, disponible en breton, anglais et français, se rapproche de celle de Netflix et les vidéos sont aussi proposées en HD. De plus, un filtrage des productions en fonction des sous-titres disponibles, de son niveau en breton ou de son âge a également été mis en place.

Dizale à la conquête des abonnés

Derrière BreizhVOD, il y a donc Dizale, dont nous avions interviewé le président Samuel Julien en 2015. Lequel nous ayant alors expliqué que l’association avait vu le jour en 1998 avec André Lavanant. Le but était de favoriser l’émergence d’un vrai pôle audiovisuel en langue bretonne avec comme projet une future télévision en langue bretonne. Après le lancement de la chaîne TV Breizh, Dizale s’est vu confiée par la suite la gestion du doublage en langue bretonne. D’autres services ont ensuite vu le jour comme des offres de sous-titrage, des productions, de l’édition DVD puis un service de Video On Demand avec BreizhVOD.

En ce qui concerne les formules d’abonnements proposés, ceux-ci sont à souscrire au mois au tarif de 5,99 €. Ou pour une durée d’un an à 49,99 €. BreizhVOD compte actuellement près de 250 abonnés. Enfin, idée cadeau à l’approche de Noël : il est aussi possible d’offrir un abonnement à la plateforme dont le catalogue propose déjà plus de 500 heures de contenu.

Crédit photo : Facebook BreizhVOD
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Allemagne : Un homme fonce en voiture sur des passants à Trèves – Plusieurs morts et 15 blessés, l’auteur arrêté

Des passants ont été percutés par un individu armé de sa voiture dans une zone piétonne à Trèves, dans...

Guillaume Bigot : Pourquoi il faut virer le parti de l’étranger

Toute aristocratie connaît trois âges successifs, comme l'avait vu Chateaubriand :"l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici