Séparatisme. Découvrez l’avant projet de loi liberticide qui doit être présenté le 5 décembre

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Le texte sur le séparatisme appelé « « confortant les principes républicains » est actuellement examiné par le Conseil d’État et comprend 57 articles. Il passera en conseil des ministres le 9 décembre avant d’être présenté au Parlement dans la foulée.

On vous propose de découvrir le texte dans son intégralité, ci-dessous.

Pas un mot sur l’immigration et sa restriction, ce qui confirme bien que ce texte n’est, en réalité, par fait pour lutter contre l’islamisme. A noter que quelques jours après la parution de ce projet de loi, voici que plusieurs médias (aux ordres ?) sortent des enquêtes visant…des établissements hors contrats…catholiques.

Découvrez ici la note de présentation

Projet de Loi Confortant Les Principes Republicains by Breizh Info on Scribd

Quelques articles majeurs :

L’article 2 crée un nouveau référé applicable en cas de dysfonctionnement d’un service public local. S’il estime qu’une décision d’une collectivité territoriale serait « de nature à porter gravement atteinte au principe de neutralité des services publics », un préfet pourra ainsi saisir la justice administrative par la procédure du référé-suspension.

L’article 3 vise à durcir les règles du FIJAIT (fichier des infractions terroristes), notamment pour y inscrire les personnes condamnées pour apologie du terrorisme.

L’article 4 punira de cinq ans de prison le fait d’user de menaces, de violence et d’intimidation contre un agent public afin d’obtenir une exemption ou une application différenciée des règles pour des motifs tirés de convictions ou de croyances.

L’article 6 contraindra les associations qui demandent une subvention à s’engager, par un « contrat d’engagement républicain », à respecter les valeurs de la République. Un non-respect pourra entraîner le remboursement de la subvention.

L’article 8 rénove les règles de dissolution d’association, permettant notamment de leur imputer les agissements de certains de leurs membres.

Les articles 9 à 12 renforcent le contrôle sur les fonds de dotation et les associations, notamment celles qui défiscalisent des dons.

L’article 16 punira d’un an de prison l’établissement d’un certificat de virginité.

L’article 17 vise à contraindre les officiers d’état civil à saisir la justice en cas de doute sur le consentement des futurs mariés.

L’article 18 pose le principe de la scolarisation obligatoire de 3 à 16 ans. Les exceptions permettant l’instruction à domicile seront strictement limitées aux motifs tenant à la seule situation de l’enfant ou de sa famille.

Les contrôles sur l’instruction à domicile et les établissements hors contrat seront renforcés. Par ailleurs, chaque enfant se verra attribuer un identifiant national unique (art. 20).

L’article 25 crée un nouveau délit de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations relatives à sa vie privée ou professionnelle dans le but de l’exposer à un risque d’atteinte à son intégrité ou à ses biens.

Désormais, il faudra bien suivre les recommandations du Conseil d’Etat, puis le vote des députés qui soutiendront cette nouvelle loi liberticide notamment concernant la liberté d’instruction pour ses enfants. Puis enfin les recours, il y en aura assurément, devant le conseil constitutionnel. Une grande bataille juridique s’annonce.

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

2 Commentaires

  1. l’islam peut dormir tranquille
    l’islam insidieux , souterrain , l’islam « modéré « qui avance à petit pas….
    de la poudre aux yeux électoraliste

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Loi Molac et langues régionales. La liste des signataires du recours devant le Conseil Constitutionnel

Le 8 avril 2021, une majorité de députés du Parlement français adoptaient une proposition de loi relative à la « protection » et la « promotion » des langues régionales...

Loi antiterroriste. Les renseignements auront-ils accès à nos historiques ?

A défaut de lutter réellement contre l'islamisme, à la racine, les autorités entendent surveiller, fliquer toujours un peu plus l'intégralité de la population. Quelques...

Séparatisme : la charge des chrétiens !

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l’éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro c’est ici) Dans une tribune publiée...

Séparatisme ou Islamisme ?

Le séparatisme est, comme le terrorisme, un concept que le pouvoir exécutif utilise pour ne pas nommer le problème : l'Islamisme et la partition...