Danemark. Immigration : objectif « zéro demandeur d’asile » pour le Premier ministre

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Le Danemark compte serrer davantage la vis en matière de politique migratoire avec pour objectif de ne plus accorder aucune demande d’asile. Une ambition qui s’inscrit dans un contexte de défiance de plus en plus forte face à l’immigration extra-européenne.

Plus aucune demande d’asile acceptée au Danemark ?

Tandis que certaines collectivités territoriales françaises se mobilisent ces jours-ci pour favoriser l’arrivée de migrants en Europe via un soutien à l’ONG SOS Méditerranée, le ton est résolument différent au Danemark.

Devant le Parlement danois le 22 janvier dernier, le Premier ministre social-démocrate Mette Frederiksen a affirmé que son but était désormais de réduire à néant l’acceptation de demandes d’asile par les autorités nationales. « C’est notre objectif. Bien sûr, nous ne pouvons pas le promettre », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Nous ne pouvons pas promettre zéro demandeur d’asile, mais nous pouvons créer une vision, comme nous l’avions fait avant les élections, selon laquelle nous voulons un nouveau système d’asile et faire ce que nous pouvons pour le mettre en œuvre ».

Par ailleurs, sur l’année 2020, le Danemark n’aurait reçu « que » 1547 demandes d’asile. Il ‘agit du nombre le plus faible depuis le début des enregistrements dans leur forme actuelle en 1998 dans le pays. À titre de comparaison, tandis que la crise migratoire battait son plein à l’époque, le Danemark avait vu 21 316 personnes demander l’asile sur son territoire en 2015. Soit plus de 10 fois le nombre de 2020.

Si la pandémie de Covid-19 a eu une incidence sur cette nette baisse des demandes, la politique de fermeté mise en place par le Danemark concernant les demandeurs d’asile explique également cette inflexion. Une ligne relevant du bon sens selon le Premier ministre danois : « Nous devons veiller à ce que pas trop de réfugiés viennent dans notre pays, sinon notre cohésion sociale ne pourrait pas tenir. Elle est déjà menacée ».

Des sociaux-démocrates Danois fermes sur l’immigration

Un durcissement de ligne de la part de l’exécutif qui correspond à une défiance croissante de la population vis-à-vis des clandestins extra-européens. Aussi, en octobre 2019, un sondage indiquait que plus d’un quart des Danois souhaitaient alors que les immigrés de confession musulmane quittent le pays. La question du coût social de l’immigration était aussi brûlante puisque 39 % des interrogés se disaient prêts à expulser des immigrés lorsque ceux-ci n’ont pas d’emploi.

Bien que situés au centre-gauche de l’échiquier politique danois, les sociaux-démocrates conduits par Mette Frederiksen n’ont rien de commun avec leurs alter egos français. En septembre 2019, la Première ministre déclarait déjà que « la charia n’a pas sa place au Danemark ».

Plus tôt, en 2017, à la tête des sociaux-démocrates, elle avait présenté un projet prévoyant de renvoyer les migrants « non occidentaux » dans des camps africains, centres de tri pour migrants. Enfin, au mois d’octobre 2020, Mette Frederiksen n’hésitait pas à pointer la responsabilité d’une partie des immigrés d’origine extra-européenne dans la criminalité au Danemark.

Sur la question de l’immigration extra-européenne au Danemark, où le Grand Remplacement est là-bas aussi une menace réelle, Polémia avait publié un bilan chiffré de la situation en 2019, à lire ci-dessous :

Grand Remplacement en Europe. Le Danemark tente de réagir

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

Articles liés

Danemark. Des règles de naturalisation durcies pour les immigrés condamnés ?

Confronté lui aussi à la pression migratoire et à l'insécurité, le Danemark souhaite serrer davantage la vis en durcissant les règles de naturalisation, notamment...

Danemark. Le gouvernement veut limiter la part des extra-européens à 30 % dans les « ghettos »

Pour mettre fin à l'insécurité et au séparatisme musulman dans certains « ghettos » au Danemark, le gouvernement propose de légiférer afin de limiter...

Harcèlement de rue, deal à Brest. Des bandes majoritairement extra-européennes colonisent la place de la Liberté

C'est le journal France Bleu qui alerte sur la situation, avec un titre plutôt doux : des attroupements "pas très rassurants" se dérouleraient place...

L’Association Saint Benoît Labre, révélatrice du dérapage de l’immigration en Loire-Atlantique

L’Association Saint Benoît Labre doit publier ses comptes au J.O., comme toute association bénéficiant de plus de 153 000 euros de subventions publiques. Elle...