Belfast (Irlande du Nord). Règlement de compte entre dissidents républicains : un homme assassiné

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un homme a été abattu lors d’une attaque à l’arme à feu dans le nord de Belfast (du côté de Cliftonville, bastion catholique et républicain) mardi soir. Il s’agit d’un ancien membre du mouvement armé Óglaigh na hÉireann, mouvement dissident de l’IRA.

Il semblerait que le fait que la victime, Danny McClean, la cinquantaine, ait intégré pendant 5 ans l’armée britannique, puisse être une des causes de son assassinat, par son ancien groupe d’appartenance. L’homme de 54 ans avait été exclu il y a deux ans du mouvement sur la base d’allégations faisant état de son statut d’informateur. Un autre ancien membre de l’organisation, accusé des mêmes faits, Kieran Wylie, a été abattu dans sa maison de West Belfast en mai dernier selon le Belfast Telegraph.

Óglaigh na hÉireann, qui compterait une centaine de membres rien qu’à Belfast, avait appelé à un cessez-le-feu en 2018, accuse ces hommes de potentielle trahison, ce qu’ils avaient nié avant leur assassinat.

Danny McClean été sous libération conditionnelle. La police l’a averti pour la première fois qu’il était menacé en février 2019 lorsque des graffitis sont apparus dans l’ouest de Belfast, le désignant comme une balance, après que les dirigeants du mouvement armé aient appris son passé dans l’armée britannique. Son dossier militaire, obtenu par des chefs dissidents, montre qu’il a rejoint l’Armée en 1991 avant d’être transféré au Royal Irish Regiment (RIR) en 1994. Il est resté avec le régiment jusqu’en décembre 1996.

À l’époque, McClean vivait dans le village balnéaire de Killough, juste à l’extérieur de Downpatrick. Il s’est ensuite installé dans la région de Lagmore, à l’ouest de Belfast, où il s’est lié d’amitié avec des militants républicains tout en travaillant comme chauffeur de taxi. Après avoir été arrêté en juin 2014 à la suite d’une opération d’écoute du MI5 permettant de détecter des attaques à venir, il a passé 16 mois dans l’aile réservé aux dissidents de la prison de Maghaberry.

McClean a ensuite été condamné pour avoir recueilli des informations susceptibles d’être utiles à des terroristes.

Bien que désapprouvé par les dissidents les plus radicaux, il n’est pas rare de trouver des républicains ayant un passé militaire britannique. Le tireur de l’IRA et membre de la « Nutting Squad » (contre espionnage au sein de l’IRA), John Joe Magee, décédé en 2002, était un ancien membre du Special Boat Service. Plus récemment, Gabriel Mackle, qui a été emprisonné pendant huit ans en 2014 pour possession d’explosifs de l’IRA, est un ancien soldat du RIR.

Le dissident Ciaran Maxwell, né à Larne, purge actuellement une peine de 18 ans de prison pour avoir volé des armes dans sa base de la Royal Marine en Angleterre. Après l’arrestation en 2016 de l’ancien caporal, qui fabriquait des bombes pour les dissidents, la police en Irlande du Nord et en Angleterre a trouvé 43 armes à feu.

Le maire adjoint de Belfast, Paul McCusker, a condamné la fusillade. « C’est une nouvelle horrible pour la famille et la communauté. Les responsables de cette fusillade n’ont absolument rien à offrir à notre communauté. Les résidents devraient être autorisés à vivre leur vie sans la menace de la violence. La communauté ne soutient pas ces actions. Il n’y a pas de place pour la violence dans nos rues.»

Carál Ní Chuilín, du Sinn Féin Nord Belfast, a qualifié la fusillade de « choquante » et a demandé que des témoins parlent à la police, qui lance elle même un appel à témoins.

Entre cet assassinat, les menaces loyalistes visant les employés des ports de Belfast et de Larne sur fond de Brexit, mais aussi les patrouilles récentes menées par un groupe proche de l’UVF dans l’est de Belfast dans une affaire manifeste de règlement de compte entre loyalistes, la situation en Irlande du Nord semble sous tension.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

Articles liés

Irlande du Nord. La contestation unioniste reprend, quelques incidents lundi soir

Une forte présence policière a été observée lundi soir dans toute l'Irlande du Nord à l'occasion d'une reprise des manifestations loyalistes contre la frontière...

Irlande du Nord. Les loyalistes planifient des parades en signe de désobéissance civile

Les loyalistes prévoient de vastes actes de "désobéissance civile" dans toute l'Irlande du Nord au cours de la semaine prochaine. Les protestations devraient prendre...

Irlande du Nord. Des habitants admettent vivre dans la peur après les violences

En Irlande du Nord, Allison Morris, journaliste au Belfast Telegraph, a discuté avec des personnes vivant de part et d'autre du mur de la...

Irlande du Nord. Quand les enfants perdus d’Ulster sombrent dans la violence

Nous vous proposons ci-dessous la traduction d'un article en langue anglaise signé JENNY MCCARTNEY au sujet des tensions et des violences en Irlande du...