La complicité financière avec les mafias de l’immigration, « un geste solidaire » ?

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

« Loire-Atlantique. Ce geste solidaire qui enflamme les débats » titrait Ouest France, dans son édition du 9 février, au sujet du vote de la subvention, une nouvelle fois accordée à l’ONG SOS Méditerranée.

Une riche ONG qui va chercher des migrants laissés en mer au large des côtes nord africaines par les mafias de l’immigration qui ont trouvé un bon filon, et qui les ramène sur les côtes européennes sans que les populations autochtones n’aient été consultées.

Pour la gauche de Loire-Atlantique, aucun doute, il faut prendre dans les poches du contribuable, et beaucoup d’argent (200 000€, après 500 000€ l’an passé) pour financer cette ONG qui fait de l’immigration son business, sous prétexte de sauvetage d’êtres humains – qui pourtant pourraient être il faut le rappeler sauvés et ramenés sur les côtes nord africaines, ce que ne fait pas l’ONG qui les amène plus loin, en Europe.

Comme l’ont fait remarqué des élus de droite durant le débat, houleux, au conseil départemental, il n y a pas de bilan concernant toutes les aides données à l’ONG, et de surcroit, le conseil départemental outrepasse ses compétences sur la question de l’immigration.

Mais les gauchistes du conseil départemental de Loire-Atlantique sont persuadés d’avoir le monopole du coeur et de l’humanité (toujours facile lorsque c’est fait en plus avec l’argent des autres) : par 33 voix pour, 29 contre, ce sont donc 200 000 euros qui vont être pris de nouveau dans les poches du contribuable de Loire Atlantique, pour permettre à une association de débarquer des migrants en Europe.

Avant d’en retrouver un jour certains dans le centre-ville de Nantes, puis dans des squats, puis dans des établissements dédiés aux demandeurs d’asile, puis en tant qu’apprentis chez un boulanger en grève de la faim pour qu’ils puissent rester, puis dans des écoles où les associations se mobiliseront pour y maintenir les enfants….tout cela jusqu’à l’obtention de papiers. Le scénario est parfaitement connu et rôdé.

Ou comment un faux « geste solidaire » aura pour conséquence une vraie colonisation de fait…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

3 Commentaires

  1. La notion de « sauvetage » est complètement dévoyée dans cette affaire. La « mise en danger » et le sauvetage sont concertés, coordonnés et complémentaires. C’est-à-dire que le danger réel est peu important (et surtout lié au transbordement d’un bateau à l’autre !) et donc que le sauvetage n’en est pas vraiment un. Dans la plupart des cas, il n’y a prise de risque que parce que le sauvetage est presque certain. Les ONG poussent les migrants à se mettre en danger en leur promettant de les sortir de là. Si les collectivités locales bretonnes veulent aider au secours en mer, qu’elles financent la SNSM. Si elles veulent aider à sauver des vies africaines, qu’elles financent des oeuvres médicales sur le continent.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Michel Geoffroy : « Nos concitoyens ont parfaitement conscience que l’assimilation ne fonctionne plus et que l’immigration tourne à la catastrophe » [Interview]

Michel Geoffroy, que les lecteurs de Breizh-info.com connaissent bien, vient de publier un ouvrage important intitulé Immigration de masse, l'assimilation impossible, aux éditions La...

En Belgique, Coronavirus ou pas, les demandes d’asile augmentent

Le nombre de demandes d’asile est à nouveau en hausse en Belgique malgré la crise sanitaire. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés...

Patrick Stéfanini. « La majorité des attentats ces 5 années passées ont été commis par des immigrés »

Patrick Stéfanini, auteur de "Immigration. Ces réalités qu’on nous cache" aux éditions Robert Laffon était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur...

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière à la frontière franco-espagnole et...