République française. Que faire d’un autochtone qui n’épouse ni les valeurs républicaines, ni la société inclusive ? [L’Agora]

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Que faire d’un autochtone qui n’épouse ni les valeurs républicaines, ni la société inclusive ? De ma Bretagne sur laquelle mes ancêtres vivent depuis des siècles et des siècles, je m’interroge. Car contrairement à toute la « diversité » qui tient à exprimer quotidiennement sa différence en France, je ne possède ni carte d’identité d’un autre pays, ni grand père au bled, ni la moindre racine au fin fond du Pakistan.

Je suis donc cantonné à rester vivre chez moi au pays, en Bretagne, sans partager des valeurs dont nos dirigeants nous font comprendre qu’elles sont aujourd’hui quasi impératives sous peine, pour certains, de déchéance de nationalité ou d’expulsion, pour d’autres de persécutions juridiques, judiciaires, morales et politiques.

Les « valeurs républicaines » si elles étaient un livre auraient la même place chez moi que les livres de BHL : dans l’armoire dédiée à faire passer le temps lorsqu’une fois par jour, nous nous isolons dans une petite pièce à désodoriser après notre passage.

Je ne partage pas la volonté d’égalité (qui en France est en plus dévoyée en égalitarisme). Je ne me sens pas égal avec le Professeur Raoult lorsqu’il me parle d’étude des virus. Je n’ai pas envie de l’être d’ailleurs, estimant qu’il a, dans son domaine de prédilection, une compétence et une science dont je n’ai pas la nécessité dans le mien. Je ne me sens pas plus l’égal d’Aya Nakamura, et de ses borborygmes, alors que j’essaie justement d’apprendre à mes enfants à peine scolarisés à bien parler, bien lire, bien écrire, bien compter.

Je suis contre le fait de mettre tous les enfants dans une même école, de ne plus les noter, de refuser des les évaluer ou de les faire concourir, afin qu’au final, ils se retrouvent victimes d’un nivellement égalitaire par le bas, Nakamura ayant la même valeur que le Professeur Raoult aux yeux de la République française.

Ma fraternité, je la choisis. Au sein de ma famille, de mon clan, de ma communauté, de mes semblables et de ceux avec qui j’ai envie de partager. Mais je ne la ressens pas par contre avec des individus qui n’ont comme point commun que de parler la même langue (quand elle n’est pas massacrée), ou pire encore, la même carte d’identité, quasiment plus facile à avoir aujourd’hui que le baccalauréat, c’est dire le niveau…Je n’éprouve pas la moindre « fraternité républicaine » avec ces messieurs de la haute qui, de scandales en magouilles, de mépris du peuple en compromissions pluridécennales, se sont comportés comme tout, sauf comme des chefs, comme des guides.

Aucune fraternité non plus avec un système « Républicain » à qui nous avons confié notre sécurité (en échange du fait que l’on ne porte pas d’armes dans la rue), notre santé (par le financement collectif et proportionnel de la sécurité sociale) et qui nous laisse crever pour un regard de travers dans les rues des métropoles, tout en nous empêchant petit à petit de nous soigner correctement, notamment dans la ruralité.

De cette devise « Républicaine », je ne partage finalement que l’idéal de Liberté, qui, avouons-le, est tout de même un bel oxymore de République française. Car où est la liberté en France, à l’heure où les députés votent toujours plus de pouvoir pour les Préfets de la République, toujours plus de contrôles pour les familles voulant instruire leurs enfants en dehors de l’école, toujours plus de procédures administratives et financières pour les entrepreneurs qui entendent créer et développer leurs projets ?

Où est cette notion de liberté lorsqu’aujourd’hui votre propriété privée peut être souillée et squattée par des individus qui, aux Etats-Unis, n’oseraient pas le faire sachant pouvoir se retrouver rapidement une balle entre les deux yeux, au nom de la sanctuarisation du domicile ? Où est cette notion de liberté, en République française, lorsque les citoyens du pays sont dépossédés du droit de choisir qui ils accueillent et qui ils n’accueillent pas dans leur maison commune au nom de traités internationaux qu’ils n’ont jamais signé ? Quelle liberté encore, lorsque l’on vous impose un masque alors que vous marchez en plein air, lorsqu’un Etat mène durant des mois une campagne de terreur de la population à grands renforts de médias aux ordres (économiques et politiques), de morale permanente, de menaces, au nom d’un virus bien présent mais qui tue relativement peu et majoritairement des personnes dont l’espérance de vie était très courte en raison de leur état de santé avant leur contamination ?

Non vraiment, cette devise qui orne les frontons de toutes les mairies de France, « liberté, égalité, fraternité » ne me parle pas. Parce qu’elle est hypocrite (doit-on rappeler le fleuve de sang français que la République a fait couler depuis 1789 ?), mensongère et qu’elle entend faire de la terre qu’ont forgé mes ancêtres non plus une nation enracinée, mais une idée, un concept, un agrégat de valeurs « universelles ».

Des valeurs qui, lorsqu’elles ne sont pas arrosées de zeste républicain, le sont d’un zeste plus moderne, dit inclusif. Ecriture inclusive dans la presse, dans les collectivités. Discrimination positive au sein d’un service public qui vous prélève pourtant sans discrimination chaque année une redevance pour vous cracher au visage.

Partout, à la télévision, dans la publicité, la promotion, la victimisation, l’encensement inexpliqué, ici des gros, là des petits, là des jaunes, là des unijambistes, et puis des noirs, et puis des gays, et puis des transsexuels, et puis des nains, et puis des loutres cendrées façon moutarde….chacun son unicité, sa spécificité,  son enrichissement culturel…

Et au final, l’atomisation d’une société dont la solidité était historique, culturelle, linguistique, ethnique et philosophique, au profit d’une société des enfants rois, des tribus, des déviances institutionnalisées et des maladies érigées au rang de nouveaux modèles sociétaux.

Alors effectivement, il y a un petit problème Houston. Hormis reprogrammation dans un camp de rééducation spécialisé (ne rions pas trop vite si l’on se souvient de ce dont l’on riait il y a encore quelques années et qui se réalise…) ou hormis élimination, je ne changerai pas. Et pire encore, je ferai tout mon possible pour permettre l’émergence sur notre territoire et dans le futur d’une société qui ne se conjugue ni avec la République française, ni avec la société dite « inclusive ».

Que le match commence !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : pixabay [cc]
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Arménie. Guerre en Artsakh, aide d’urgence, visites aux familles … un volontaire raconte !

Bertrand vient d'achever sa mission de 8 mois en Arménie pour SOS Chrétiens d'Orient. Avec son retour en France, c'est...

Voile. Spi Ouest-France Destination Morbihan : Les inscriptions sont de nouveau ouvertes !

Il devait initialement se disputer lors du week-end Pascal, mais comme l’an dernier, a été décalé à l’automne pour...

13 Commentaires

  1. Enfin un article de quelqu’un de normal.

    Évidemment qu’il y a des gens qui sont contre la liberté, l’égalité et la fraternité.

    Qui ne serait pas contre ?

    Les gens on toujours fait ce qu’ils ont voulu et rien d’autre.

    Cette prétention que la liberté humaine aura été inventée en 1789 par des tarés français m’a toujours semblé hallucinant et relevant de l’asile psychiatrique ferme.

    Cela va sans dire, mais ça va mieux quand Dir l’écrit.

  2. Que dire de plus ? je suis mi bretonne mi corse et je me reconnais entièrement dans ce texte tellement bien dit et bien écrit en plus !!!! MERCI ! De plus je ne suis pas républicaine du tout !!!!! il y a trop de sang à mon goût.

  3. D’accord à 100 %. Je suis très attaché à la France, la vrai, la millénaire, celle pour laquelle mes ancêtres ont travaillé, ont lutté, ou sont mort; mais pas du tout aux valeurs républicaine. D’ailleurs, avec la République des Khmers rouges, la République de Corée du Nord, la République populaire de Chine, la République démocratique du Congo, je ne partage rien du tout.
    Bravo à Breizh-info de donner la parole aux français, alors que la plus part des médias ne s’intéressent qu’à ceux qui ne sont là que pour les allocs.

  4. Merci M. Dir pour ce très beau billet d’humeur. Je pense qu’il fera résonner une corde sensible, peut-être à la limite de la douleur, chez beaucoup de gens. La simplicité et le bon sens de vos réflexions touchent à la profondeur de ce que les amoureux de leur pays partagent et qui les unit. Votre message est aux antipodes de ces idélologies, abstraites par nature et un tantinet totalisantes dans leurs méthodes, qui nous affligent.

    Merci pour votre courage. Car dans la nasse médiatico-juridique, où nous ont inexorablement piégés les minorités agissantes qui ont désormais assis leur emprise sur la quasi totalité des pouvoirs et contre-pouvoirs, du courage, il en faut une mesure peu commune pour oser exprimer une opinion différente de leur « politiquement correct ». Bon, ces deux mots accolés en oxymore, comme une évidence, ont beaucoup fait pour pervertir l’entendement, car depuis quelques decennies, ni « politicien », ni « politique » ne rhyment vraiment avec « corrects ». Sinon, je pense que nous n’en serions pas aujourd’hui à jouer ainsi avec les allumettes si près du point d’éclair…

    Merci aussi à Breizh-Info de pouvoir offrir encore une tribune libre. Encore, car de nos jours la liberté se raréfie tant, vous le soulignez si justement, que le prix à en payer peut faire reculer les plus déterminés. C’est d’ailleurs un autre des charmes de cette nasse qui se resserre.

    Enfin, même un peu bravache, la chute de votre billet, est belle aussi et ne manque pas de panache. « Que le match commence !» . Mais ne nous leurrons pas. Il ne s’agit pas là d’un match comme on l’entend généralement par chez nous. Ni rugby ou foot, ni lutte bretonne ou savate française, mais plutôt combat de MMA, dans la grande cage, pour que nul n’échappe, arbitré par les exécuteurs des œuvres de nos crapules intellectuelles qui chassent en meutes et veulent nous asservir plus complètement encore ou, à défaut, nous éteindre sous le boisseau.

  5. Je suis complètement d’accord avec l’auteur de cet article. Vive la France ! la république à la poubelle.

  6. Je suis complètement d’accord avec l’auteur de cet article. Je ne me reconnais pas dans la république dont l’unique but est de détruire la France, sa culture, son patrimoine.

  7. Quel vent de fraicheur dans son exactitude : Je n’ai jamais été républicain et ce même pendant mon enfance , où nous admirions nos Rois et nos Empereurs et ne suis pas prés de le devenir en voyant la voyoucratie alliée à la ploutocratie nous conduire à la ruine et à la disparition !

  8. En commençant la lecture du texte ci-dessus, je me disais que j’allais avoir affaire à un citoyen lucide, capable d’exprimer ce que tous les patriotes, d’où qu’ils viennent, sentent et aimeraient dire. Puis j’ai vu la signature et j’ai reconnu Julien Dir, que je ne connais pas personnellement mais pour qui j’ai le plus profond respect, tant pour son intelligence, son savoir que pour sa clairvoyance. J’ajoute : son courage, car il en faut aujourd’hui dans un pays, sur un continent, dans un monde où l’intolérance aggressive est devenue la règle, où les dissidents – de plus en plus nombreux – sont détruits financièrement, socialement, psychologiquement et finalement mis en prison (cf. Hervé Ryssen, martyr d’un monde d’avant que personnellement je ne veux pas voir mourir). Je serai toujours du côté d’un Julien Dir et moi non plus je ne veux pas d’une république totalitaire et inclusive.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Que la République française foute la paix aux écoles hors contrat ! [L’Agora]

Sous couvert du projet de loi « confortant les principes républicains » et parce que nos responsables politiques sont trop lâches pour mener la guerre frontalement...

Coronavirus. La République française, en sortir, c’est s’en sortir ! [L’Agora]

La France est un cauchemar éveillé. Déjà que depuis des décennies c’est catastrophique, mais depuis cette crise du « coronavirus », ce pays, cette République, ne...

Mémoire des peuples : le dernier survivant d’un peuple autochtone d’Amazonie filmé dans une incroyable vidéo

La FUNAI, agence gouvernementale brésilienne pour la protection des peuples autochtones, a publié de nouvelles et incroyables images filmées du dernier survivant d’un peuple...