Nantes. Création du collectif pour l’enseignement en breton dans les écoles publiques de Loire-Atlantique (Cebep 44)

A LA UNE

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière...

Éric Roussel : « François Mitterrand n’a jamais renié ses engagements passés » [Interview]

« François Mitterrand, de l'intime au politique » sortira en version poche, dans la collection Tempus (Perrin) ce 22...

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Le mardi 23 février a été officiellement lancé le collectif pour l’enseignement en breton dans les écoles publiques de Loire-Atlantique (Cebep 44).

Evoquant la « forte demande sociale » pour le bilinguisme à l’école publique, le collectif a décidé d’envoyer un code de l’éducation, par voie postale, au recteur de l’Académie de Nantes et au directeur des services de l’éducation nationale (Dasen) pour réclamer de l’aide pour le développement de l’enseignement bilingue.

Au terme de cette action d’Agit-Prop, un diplôme symbolique venant récompenser les municipalités engagées, en Loire-Atlantique, en faveur de la langue bretonne, a été délivré aux concernés en l’occurence Nantes, Saint-Herblain, Saint-Nazaire, Orvault, Donges, Indre et Saint-Brevin-les-Pins.

Le breton : environ 207 000 locuteurs

  •  5,5% de la population parle breton, soit environ 213 000 personnes dans les 5 départements de la Bretagne historique (environ 10 000 en Loire-Atlantique)
    L’âge moyen des locuteurs est de 70 ans : il  a augmenté de 7 ans 1/2 depuis l’enquête de 2007.
  • 3,5% de la population déclare comprendre très bien ou assez bien le breton sans le parler.
  • 31% maîtrise quelques mots ou expressions.
  • Au total, 40% de la population possède des connaissances en langue bretonne.

Le gallo : 191 000 locuteurs

  • 5% de la population parle gallo, soit environ 196 000 personnes.
  • 4% de la population déclare comprendre très bien ou assez bien le gallo sans le parler.
  • 15% maîtrise quelques mots ou expressions.
  • Au total, 24% de la population possède des connaissances en gallo. 

 27% de la population entend parler breton et/ou gallo au moins une fois  par mois.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Montreuil-sur-Ille (35). Un blessé grave après une bagarre au couteau

A Montreuil-sur-Ille, petite commune au nord de Rennes, une violente bagarre a éclaté mardi soir, sur le parking du...

Chute du prix de l’or : mais pourquoi les valeurs refuges baissent autant ?

L’or, censé être un actif anti-fragile, se porte bien quand la situation économique se dégrade. Et lorsque la situation...

2 Commentaires

  1. A en croire l’affiche du CEBEP44, les petits noirs forment un tiers des élèves des cours de breton. La langue est sauvée !

    • Au moins y a-t-il, fait rare, un faciès asiatique.

      Ne mettre que des têtes blondes et c’est l’opprobre nazie qui serait cachée à la face de cette initiative.

Il n'est plus possible de commenter cet article.