Espagne. Après une récession de 11 % en 2020, la gauche veut tester la semaine de quatre jours de travail

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

L’Espagne veut lancer une expérimentation : des employés travailleront un jour de moins par semaine, soit 32 heures, tout en conservant leur salaire.

La semaine de 32 heures à l’essai en Espagne

Travailler moins pour gagner autant dans un pays qui a connu une rétractation de son PIB de 11 % en 2020, tel est l’ambition du gouvernement espagnol qui, après avoir accepté cette idée formulée par le parti de gauche Más País, lance une expérimentation d’une réduction du temps de travail sans perte de salaire.

Le « projet pilote » va se dérouler à grande échelle puisque ce sont 200 entreprises employant au total entre 3 000 et 6 000 salariés qui vont essayer ce nouveau dispositif consistant à ne travailler que 32 heures par semaine, sur quatre jours au lieu de cinq.

Pour mesurer l’efficacité de cet aménagement horaire en termes de productivité mais aussi de ses impacts sur le bien-être des salariés, des syndicats, des chefs d’entreprises ainsi que des universitaires seront regroupés au sein d’un groupe d’observateurs.

De son côté, Íñigo Errejón, à la tête du parti Más País, a déclaré que « l’Espagne est l’un des pays où les salariés travaillent le plus en Europe en termes de nombre d’heures, mais nous ne faisons pas partie des pays les plus productifs. Je maintiens que travailler plus d’heures ne signifie pas travailler mieux ».

Réduction du temps de travail : points de vue opposés

Le projet, bien que n’étant pour l’heure qu’un simple test et nécessitant encore plusieurs étapes avant sa mise en œuvre, divise en Espagne. Si la gauche espagnole voit dans cette réduction du temps de travail la possibilité d’accroître le bien-être des salariés tout en conservant les niveaux de productivité, d’autres voix font entendre un raisonnement différent. À l’instar de Ricardo Mur, le président de la CEOE (Confédération espagnole des organisations des entreprises), l’équivalent du MEDEF français, qui estime que « sortir de cette crise requiert plus de travail, pas moins ». Un point de vue partagé par une partie de la droite espagnole, qualifiant cette semaine de 32 heures de « folie ».

D’autant plus que l’expérimentation, devant s’étaler sur trois ans, serait pris en charge par l’État espagnol à hauteur de 50 millions d’euros. De quoi financer la mise en place du dispositif au sein des entreprises « cobayes »,  avec une prise en charge à 100 % la première année, 50 % la deuxième et 22 % la troisième.

Par ailleurs, les entreprises participant au « projet pilote » ne doivent pas avoir recours aux heures supplémentaires pour compenser la journée de travail en moins et ont aussi pour obligation de ne pas réduire le salaire de leurs employés. Parmi les inconnues de cette expérimentation, reste à savoir si un passage à la semaine de quatre jours entrainera une hausse de la productivité des salariés et si cette hausse suffira à compenser l’augmentation mécanique du coût horaire du travail.

Une réunion comprenant les différents acteurs concernés et devant se tenir dans quelques semaines afin de fixer concrètement les modalités de l’expérience permettra de connaître précisément les modalités de la semaine de 32 heures espagnole.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Fernando Jimenez Briz) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Les Parisiens face à l’insécurité : micro-trottoir

Prévention ou répression ? Voilà la question que l'Institut pour la Justice a posé aux habitants des 18 et...

Vaccins : bientôt la levée des brevets ?

Au sommaire de cette dernière édition de la semaine : la levée des brevets protégeant les vaccins anti-Covid. Le président...

Articles liés

Insolite. En Espagne, un atelier d’impression d’armes 3D démantelé

Un trafic d'armes démantelé par la police espagnole, une information plutôt banale à première vue. Sauf que l'arsenal en question, saisi aux Canaries, a...

Plas an asturianeg e Parlamant an Asturies : kavet ez bet un diskoulm !

Penaos ober gant an div yezh, asturianeg ha kastilhaneg, e parlamant an Asturies ? Kavet ez eus bet un diskoulm gant ar... PSOE ! Adal bremañ,...

1% eus al lec’hiennoù stadel spagnol troet e katalaneg nemetken

An ONG Plataforma per la Llenga a zo o paouez embann hec'h enklask bloaz diwar-benn plas ar yezh el lec'hiennoù stad. 400 lec'hienn internet...

Espagne. Les milliers de touristes français venus s’alcooliser exaspèrent des Espagnols limités dans leurs déplacements

Des milliers de Français se rendent à Madrid depuis plusieurs semaines afin de profiter des bars et restaurants encore ouverts malgré la pandémie. Dans...