Italie. SOS Méditerranée débarque à nouveau des migrants africains subsahariens en Sicile

SOS Méditteranée

Plus de 100 migrants clandestins ont été débarqués en Italie par le navire de SOS Méditerranée, l’Ocean Viking. L’immense majorité provient d’Afrique noire tandis que l’équipage de l’ONG a indiqué avoir recensé 51 « mineurs non accompagnés » parmi eux.

SOS Méditerranée fait de nouveau pression sur l’Italie

L’histoire se répète à l’infini. Après avoir repêché des migrants devant les côtes libyennes quelques jours auparavant, le navire Ocean Viking, affrété par l’ONG pro-migrants SOS Méditerranée, a finalement obtenu l’accord des autorités italiennes avant de débarquer 116 clandestins dans le port sicilien d’Augusta le 23 mars. Avant cette autorisation concédée par l’Italie, SOS Méditerranée a affirmé avoir réalisé quatre demandes pour l’attribution d’un port sûr en quatre jours. Une technique de chantage émotionnel qui s’est montré fructueuse une fois de plus.

Il faut aussi préciser que le « sauvetage » des migrants en question par l’ONG s’est déroulé à 34 milles nautiques (63 kilomètres) des côtes libyennes. Un retour en Libye semblait donc, d’un point de vue géographique, largement plus judicieux…

En parallèle, tandis que la moitié de l’Italie renouait avec des mesures de confinement à partir du 15 mars dernier en raison d’une forte hausse des cas de contaminations, l’Ocean Viking a accosté en Sicile avec six migrants positifs au Covid-19 à son bord.

Ocean Viking : la plupart des migrants en provenance d’Afrique Subsaharienne

Quant au profil des clandestins débarqués le 23 mars, SOS Méditerranée a indiqué que, sur les 116 migrants, 10 (repêchés le 18 mars) étaient de nationalité libyenne. Les 106 autres, embarqués le 21 mars, provenaient du Burkina Faso, du Cameroun, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire, du Liberia, du Mali et de la Sierra Leone.

Sur l’ensemble, 51 étaient par ailleurs présentés comme étant des « mineurs non accompagnés ». Une « minorité » qu’il convient d’appréhender avec circonspection, compte tenu notamment d’un récent rapport parlementaire français.

Durant les mois de janvier février 2021, l’Ocean Viking avait déjà débarqué 796 migrants en Europe.

Par ailleurs, toujours dans le port d’Augusta, le navire Sea Watch 3, affrété par l’ONG allemande Sea Watch, a été immobilisé par les garde-côtes italiens, comme l’a indiqué l’organisation le 22 mars. Il avait débarqué quelques jours auparavant 363 migrants repêchés devant les côtes libyennes. Les garde-côtes italiens ont de leur côté publié un communiqué précisant que le navire était en violation des règlements sur la sécurité de la navigation, la prévention des incendies à bord, la protection de l’environnement et la formation de l’équipage.

Crédit photo : Flickr (CC BY-NC 2.0/Brainbitch) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

3 réponses

  1. Parmi les « mineures non accompagnées , combien de futures prostituées qu’on va retrouver dans nos hotels borgnes ? , ONG proxénétes …!

  2. Ce sont des envahisseurs et à une certaine époque, ces bateaux auraient été purement et simplement coulés !!

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !