Soumission, « Devoir de mémoire » et Covid-19. Ne nous parlez plus jamais de Résistance ! [L’Agora]

A LA UNE

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le...

Le 8 mai prochain, vous verrez comme tous les ans vos élus dans toutes les villes et villages de France, accompagnés comme souvent de citoyens plutôt grisonnants, célébrer la victoire des Alliés sur l’Axe et la fin de la Seconde guerre mondiale.

Et ces derniers d’évoquer, masques sur le visage (en plein air) les hauts faits d’armes – y compris quand certains sont contestés historiquement – de la Résistance française à l’Occupant allemand, en des termes toujours profonds, émus, et dithyrambiques. Et d’en appeler, devant le monument aux morts du village ou de la ville concernée, au sacro saint « devoir de mémoire », à ne jamais oublier tous ceux qui sont « morts pour la France », etc.

Selon l’étiquette politique des élus présents à cette cérémonie, on retrouvera des discours teintés de gaullisme, d’autres de communisme, mais avec tous en commun « le chant des Partisans », et le mot « Résistance », dont il est tout de même temps de rappeler à ces élus qu’ils galvaudent allègrement.

Car depuis plus d’un an et le début de la crise du Covid-19; il faut tout de même bien se rendre compte que les « Résistants » ne se comptent pas par millions dans ce pays occupé par le covidisme.

Quel rapport entre le Covid-19 et l’occupation de la France par l’Allemagne il y a quelques décennies ? Aucun matériellement, si ce n’est une comparaison en matière de schéma mental, qui pourrait également s’appliquer aux Européens de l’Est lorsqu’envahis et conquis durant des décennies par l’Union Soviétique, mais aussi à de nombreux autres exemples historiques plus anciens concernant l’occupation d’un pays ou l’établissement d’un régime autoritaire en son sein, et la soumission, presque naturelle, d’une partie largement majoritaire de la population.

Un schéma mental qui est profondément humain d’ailleurs, mais qui devrait rendre humbles tous ceux qui n’ont de cesse de se gargariser ou de vouloir éduquer sur des faits d’armes réels qu’ils n’auraient jamais eu ne serait-ce que l’intention de commettre dans un contexte précis.

Car comment pouvez-vous imaginer une seule seconde que votre élu municipal qui vous clame du Jean Moulin et de L’armée des ombres à chaque cérémonie puisse être un descendant de ces engagés ? Avec son masque sur la tête, son gel à portée de main, son couvre-feu strictement appliqué dans la commune quand ce n’est pas du confinement, ses remarques adressées aux réfractaires, le tout dans une atmosphère collective de dénonciation et de méfiance généralisée, il n’a pas vraiment « la tronche » à aller prendre le maquis il y a quelques décennies (ni plus globalement, à être un acteur important de l’histoire d’ailleurs…). Pas plus que ce porte-drapeau de la Fédération locale des anciens combattants, qui n’a souvent pas plus combattu que vous et moi, et qui entend vous faire la leçon d’indignation parce que vous ne respectez pas les consignes de la Préfecture locale….

Face à un régime autoritaire, face à une tyrannie, il est tout à fait humain, et les exemples sont pléthores dans l’Histoire que plus de 90% des individus se soumettent. Ces masses n’ont, de tout temps, jamais influé de quelque sorte sur les changements ayant parcouru les pays ou les civilisations. Elles ont mêmes très souvent profondément épousé, soutenu et défendu mordicus le pouvoir en place, avant que celui-ci ne finisse pas se disloquer. Car toutes les tyrannies ont un début…et une fin. Il n y a aucun exemple dans notre Histoire d’une tyrannie qui s’étende durant des siècles sans finir par être renversée.

Persuadés qu’ils sont que leur système républicain à broyer les peuples serait universel et à durée éternelle, nos chers dirigeants en oublient qu’ils ne sont qu’une petite goutte d’eau dans l’Histoire. Qui s’évaporera un jour ou l’autre, et qui laissera place à d’autres gouttes d’eau, plus ou moins grosses.

Dans tous les cas, il est temps d’arrêter d’écouter et de suivre, ces élus, ces « anciens », ces « présidents » de tel ou tel comité pour la mémoire du fait d’arme majeur de votre secteur, qui vous évoquent aujourd’hui la mémoire d’hier en se faisant passer pour les héritiers de personnages dont ils sont les parfaits contraires. Lâches, soumis, obéissants, mais méchamment zélés avec ceux qui entendent contester la tyrannie sanitaire actuelle et l’enfermement quasi planétaire imposé depuis un an par des élites qui rejouent l’effet domino, ils finiront non pas dans les grandes pages des livres d’Histoire du XXIIème ou du XXVème siècle, mais dans les poubelles.

Jamais dans l’histoire récente, nous n’aurons assisté à un tel moment de soumission, d’acceptation des consignes et des contraintes les plus extravagantes, des brimades les plus insupportables. Empêcher le peuple de vivre, le masquer, le bâillonner, lui enlever tout désirer d’enfanter, pour lui permettre ensuite, dans quelques années, de crever à petit feu dans des EHPAD moisis après avoir été accompagnés par des populations jeunes venues d’ailleurs, tel est le sinistre programme qui se dessine actuellement.

Il n’y a aucun complot, simplement une convergence des lâchetés, des opportunismes et des renonciations.

Messieurs les soumis et les carpettes, conservez au moins un peu de dignité. Ne nous parlez plus jamais de Résistance, svp !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Nantes. La pandémie impacte le commerce du centre-ville

La fermeture de la maison de la presse Agora, place de l'Ecluse, mi-avril, rappelle s'il en était besoin qu'une...

Le président irlandais, M. Higgins, demande la fin de l’enseignement séparé en Irlande du Nord

Le président irlandais Michael D Higgins a déclaré que l'éducation séparée en Irlande du Nord ne peut plus être...

5 Commentaires

  1. Dans son bouquin sur la « grande réinitialisation » Schwab voit une relation entre l’épidémie de peste du XIVe siècle (pardon, du 14e) et la fin d’une « ère de soumission » qui, quatre siècles plus tard aurait mené à l’ère des Lumières. Cette épidémie aurait également permis aux travailleurs d’obtenir des augmentations de salaires et des réductions du temps de travail (pas avec la loi Le Chapelier). Toutefois, il nous prévient que ce ne sera pas le cas avec la pandémie de covid du fait des nouvelles technologies qui « changent la donne » (contrairement au métier Jacquard ou à l’électricité ?).
    D’autre part, il nous dit que les conséquences de la pandémie ne seront pas comparables à celles du 11 septembre, ce que j’aurais trouvé tout seul.

  2. Par un étrange paradoxe, les sectateurs dithyrambiques des « résistants d’autrefois », sont en même temps les collabos de l’islamisation et de la congoïsation de notre pays. Des apologistes de pseudo-résistants qui ne sont nullement « morts pour la France » mais pour leur sacro-saint république. Car la France était présente non dans les attentats terroristes FTP, mais à visage découvert, au sein de la 2éme division blindée Leclerc et de la division Charlemagne. La société délabrée, avachie, envahie dans laquelle nous vivons est le pur produit de la politique des vainqueurs de 1945, auxquels l’Etat français (battu en 1940) ne s’identifie que par escroquerie. Les seuls vainqueurs étant la ploutocratie anglo-saxonne et le bolchevisme.

  3. Ce que je ne sais pas dire aussi bien mais que je pense bien sincèrement, quand à la résistance il serait grand temps qu’elle s’organise: soeur Anne ne voyez vous rien venir?

  4. Aux lecteurs de Breizh Info
    La réponse d’un président d’association d’anciens combattants aux libres propos ci-dessus. Elle est courte mais factuelle. Vous pouvez lire ci-dessous le discours que j’ai tenu la 8 mai dernier, lors du premier confinement, devant notre monument aux morts en présence de notre maire. Nul ne portait de masque…de toute façon il n’y en avait pas. Contrairement aux critiques formulées par l’auteur des libres propos, j’encourage les français à se rendre en nombre autour des monuments, ce serait un bel exemple de résistance.

    Discours du 8 mai 2020
    Le courage face à la peur.
    Nous sommes ici aujourd’hui, en petit comité, la présence de nos concitoyens étant interdite, pour commémorer les 75 ans de la chute de l’Allemagne nazie qui fit régner la terreur sur la majeure partie de l’Europe.
    Ce faisant, nous honorons plus particulièrement la mémoire de tous ceux qui se sont battus et qui ont fait le sacrifice de leur vie pour que l’occupant soit vaincu.
    Les soldats et les victimes civiles de la bataille de France en 40, les résistants et les combattants de la France libre, les soldats et les victimes civiles des combats pour la libération de notre patrie, les combattants des poches de l’atlantique, de la campagne d’Allemagne. Près de 600 000 morts civils et militaires confondus, plus que les Etats-Unis qui se sont battus en Europe et dans le Pacifique. La France a payé le prix du sang.
    Ces morts côtoient sur nos monuments ceux de la grande guerre et des guerres d’Indochine et d’Algérie, des opérations extérieures qui se poursuivent aujourd’hui.
    Ces noms nous parlent. Ils nous disent le courage qui fut le leur. Le courage dont ils ont fait preuve pour vaincre leur peur et faire leur devoir.
    Parmi nous aujourd’hui, à bientôt 98 ans, H. porte avec une fierté légitime, le drapeau qui rappelle le courage de ses camarades des Forces Françaises de l’Intérieur et à travers eux celui de tous les combattants.
    A l’image d’H., les survivants de ces combats nous rappellent avec force, que face au danger on ne doit pas céder à la peur, jamais. On doit l’affronter.

Il n'est plus possible de commenter cet article.