Vasectomie par soumission : l’acte ultime du vrai mâle déconstruit

Une vague de vasectomies sans précédent parcourt actuellement l’Occident : aux États-Unis, selon les États, une hausse entre 200 et 400% a été enregistrée, et il y en a eu en France en 2021 dix fois plus rapport à la décennie précédente. Mais plus que le chiffre en lui même, ce qui interroge, c’est le profil des hommes qui s’y soumettent et surtout leurs motivations.

Les freins en matière d’avortement (outre-Atlantique), la crise économique ou les politiques liberticides anti-covid partout ailleurs ont eu un effet démultiplicateur. Mais ces facteurs n’expliquent pas tout : l’esprit du temps, l’idéologie, pousse une nouvelle « clientèle » à franchir le seuil des cliniques : celle de trentenaires sans enfants.

Commençons par rappeler que la vasectomie est irréversible, car si une opération de vasovasectomie (renversement de vasectomie) existe, le résultat n’est en aucun cas garanti et l’opéré peut rester définitivement stérile. Et comme toutes les méthodes de contraception, elle n’est pas totalement infaillible, puisqu’on estime à 3% les cas de femmes fécondées suite à une vasectomie.

S’il on ne peut que se réjouir d’une participation masculine quant à la contraception, et que de moins en moins de femmes aient recours la pilule hormonale dont les effets néfastes sont de plus en plus évidents, le jeune âge et les raisons qu’ils invoquent quant à leur refus de progéniture ont de quoi laisser pantois. Car la vasectomie fashion, celle des influencers et des exhibitionnistes de réseaux sociaux persuadés d’être cools en publiant leurs histoires de bourses désactivées, c’est la vasectomie activiste.

Il y a la version green : je ne veux pas d’enfants pour sauver la planète. De jeunes hommes en pleine force de l’âge renonce à la reproduction pour réduire leur empreinte carbone. Une bonne façon de mettre un terme à la terrible androcène, le fléau planétaire décrit par Sandrine Rousseau selon laquelle les mâles seraient à l’origine de la dévastation de l’environnement (les mâles blancs, soyons clairs, surtout s’ils font des barbecues le dimanche). Pour la mouvance écoféministe, l’opération est simple : moins d’hommes sur Terre = moins de pollueurs, les hominidés blancs sont donc invités à se faire castrer… tout en étant sommés accueillir sur leurs terres pollueuses les populations subsahariennes au taux de natalité dépassant 5 enfants par femme. Il fallait oser ! Mais l’Occidental, malade d’ethnomasochisme – cette « psychopathologie collective provoquée par un long travail de propagande en faveur d’une prétendue culpabilité fondamentale des peuples européens face aux autres dont ils seraient les oppresseurs » (1) –  entend payer sa dette : rien de mieux donc que de couper le problème à la base !

La vasectomie égalitaire est tout aussi juteuse : plus que pour prévenir une grossesse non-désirée, je me soumets à la procédure pour combattre le sexisme, pour prendre ma part de charge mentale. Se soumettre, voilà le terme à retenir. La démarche – drastique et irréversible – est faite par soumission. Oui, c’est pour prouver qu’ils sont déconstruits qu’ils se défont de leur virilité. Ils font allégeance aux diktats féministes ambiants, ils montrent pâte blanche, s’enorgueillissent de leur soumission. Eunuques par soumission à Big Mother et par homologation sociale.

Si sur le plan biologique l’opération ne rend pas moins viril, elle est ici sortie de son cadre sanitaire et contraceptif pour entrer dans celui du symbolique : la dépossession masculine. Car sur le plan symbolique, la virilité passe aussi par la conscience de sa propre faculté à pouvoir donner un enfant, à générer, à assurer un futur à la communauté.

Ils auront beau tenter de convaincre en invoquant Sainte Science que cela n’a aucune conséquence sur leur sexualité et leur virilité, mais dans le même temps, ils se vantent d’être des hommes féministes et déconstruits, se défaisant volontairement de cette même virilité.

Ignares, ils font du vir, la principale vertu masculine, un simple synonyme de violence gratuite, de force brute. Sans bases culturelles, sans éducation, sans culte des ancêtres, on les a convaincus dans les universités et sur les réseaux sociaux, que la virilité est LA source du mal. Quand elle est exactement le contraire : « l‘idéal viril consiste à pousser les hommes à se montrer courageux, audacieux, protecteurs, opiniâtres, solides, entreprenants, francs et très intéressés au bien commun, celui de leur communauté. » (2) C’est pourquoi les progressistes jouissent à se montrer dociles, obéissants, lâches et soumis.

Or, leur allégeance au féminisme ne sera jamais assez suffisante, ils ne seront jamais assez déconstruits : puisqu’ils demeurent des hommes blancs. Enfin… il restera toujours l’émasculation.

Audrey D’Aguanno

(1) Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons, L’Aencre, 2001

(2) Julien Rochedy, L’amour et la guerre, répondre aux féministes, éditions Hétairies, 2021

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

10 réponses

  1. Jusqu’où cette Société va-t-elle se saborder ? Wokisme et tous ces autres maux de Société en «ismes » sont les signes d’une fin de civilisation qui se rapproche, Société tellement gâtée qui a épuisé tous les bonheurs ordinaires, après avoir goûté à tous les artificiels, le manque de guerres qui ont toujours ponctué L’Humanité en arrive à son autodestruction et donc la disparition de la civilisation occidentale, blanche bien sûr , coupable de tous les maux de la terre.

  2. Il faut voir le bon coté des choses, en se stérilisant de leur propre gré cette bande d’abrutis contribuent indirectement à relever le QI général de l’homme blanc. J’aimerais tout de même connaitre le pourcentage de candidats en fonction de l’ethnie et de la couleur de peau. Il y a encore des pays ou des régions où la virilité est synonyme d’honneur et où les femmes (normales) comme vous considèrent les hommes, certes avec tous leurs défauts, comme leur soutient indispensable. Ce n’est surement pas le cas des féministes 2.0 (zéro sur toute la ligne) à la Sandrine Rousseau.

  3. Et bien ! Que de raccourcis et d’inculture ici.
    Premièrement, sachez que la majorité des gens qui pratiquent la vasectomie sont en moyenne des personnes avec un QI au-dessus de la moyenne, car ils réfléchissent.
    Sachez également que la baisse du QI est en partie due à ces personnes qui ne réfléchissent pas aux conséquences qu’apporte un enfant sur le plan économique de la famille et que la majorité des enfants se retrouvent dans des familles avec peu d’éducation et qui n’ont pas forcément les moyens de leur donner l’éducation nécessaire pour performer dans la société. Ce qui fait que ces enfants n’ont pas un grand bagage intellectuel et tirent tout le monde vers le bas, c’est pour cela que la moyenne du QI est passée de 100 à 80 ces dix dernières années.

    Deuxièmement, ces enfants qui ne sont pas performants vont en grande majorité coûter de l’argent à la société et finir par la détruire. Car oui, les aides sociales ne sont pas des aides gratuites que vous recevez. Cet argent vient de quelque part et il vient en général des gens qui travaillent. Donc, si à un moment donné tout le monde est pauvre et que la moitié ne travaille pas, les aides sociales il n’y en aura plus pour personne, c’est pas magique.

    Troisièmement, cette pseudo-aude à la faculté de procréer, il faut arrêter, c’est parce qu’on sait le faire qu’il faut le faire. C’est pas parce qu’on a la bombe nucléaire qu’on l’utilise. Il faut réfléchir avant, se poser des questions. Est-ce que j’ai les moyens d’élever un, deux, trois enfants, est-ce que je peux leur donner tout ce dont ils auront besoin. L’enfant, quand vous le fabriquez, lui il n’a rien demandé, vous imposez une vie à un être vivant qui ne choisit pas où il va vivre. Si vous avez peu de moyens, vous décidez dès le départ de son avenir. Certes, il pourrait s’en sortir, faire des études, mais il faudrait que la nature lui ait déjà donné des facultés intellectuelles hors norme. Un enfant normal dans un environnement non stimulant sera un enfant qui sera moyen voire en dessous et deviendra un nouveau citoyen à entretenir à coup d’aides sociales.

    Quatrièmement, vous parlez de la perte de virilité des hommes qui ont subi une vasectomie. Je ne vois pas en quoi le fait de ne plus faire d’enfants est un frein à la virilité. Déjà, si vous ne savez pas que la personne que vous avez en face de vous, un brun, musclée avec un air mystérieux, a eu une vasectomie, vous ne pourriez pas le deviner et ça ne vous empêcherait pas de le trouver sexy et virile. Donc, cette intervention n’altère en rien la libido, elle ne fait que transformer le liquide qui en sort en un liquide transparent dépourvu de spermatozoïdes.

    Enfin, cette envie stupide de vouloir à tout prix créer ses propres enfants, pour les liens du sang et je ne sais quelles autres traditions venues d’un autre temps. Sachez que à l’époque des rois, les enfants étaient considérés comme des objets de prestige et de pouvoir, mais aujourd’hui, nous vivons dans une société qui doit faire face à des problèmes économiques et environnementaux importants. Il est donc important de réfléchir aux conséquences de nos actions avant de prendre une décision.

    En somme, il est important de réfléchir aux conséquences à long terme avant de prendre une telle décision, mais il est également important de respecter les décisions des autres individus sans jugement et sans stigmatisation. Pour ma part j’ai un QI plus que supérieure à la moyenne, je suis membre de la Mensa et je ne souhaite pas donner un de mes enfants à cette société qui est entrain de devenir complètement stupide et méchante.

    1. Votre texte serait amusant, mais il se termine par une explication sur le fond : vous estimez votre QI comme étant supérieur à la moyenne.
      Mais pour quoi donc vous prenez-vous ?
      vouliez vous démontrez que votre débilité est largement supérieure à la moyenne ?

      1. je vous remercie d’avoir mis vos couilles sur la table
        quand on s’interesse à l’histoire ,on assiste souvent à ce phénoméne de silo, des gens ayant avalés un savoir académique et bénéficiant grace à cela un statut social s’emballe pour des idéologies messianiques.
        ex:https://www.lequotidiendumedecin.fr/loisirs/ce-que-les-medecins-francais-savaient-du-systeme-nazi-avant-1940
        avec le totalitarisme communisme tout une tranche des intellectuels ont destabilisés des pays et n’ont pas reconnus les dérives en cours et maintiennent le déni encore aujourd’hui
        je constate ce même phénoméne à l’heure actuelle, n’êtes vous pas victime d’un messianisme qui voudrait sacrifier des droits et des libertés d’individus pour un projet supérieur pour le bonheur du plus grand nombre?
        prenez du recul ,ex un cylindre en perpective ça peut être un rectangle et un rond en même temps
        mathias desmet a écrit un livre sur la psychologie du totalitarisme au mois de juin ça peut vous interesser

  4. Excellente analyse faisant preuve d’une grande culture avec une orthographe qui laisse un peu à désirer. Bravo à l’auteur ( pardon de ne pas dire l’autrice )

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS