Le blocage du canal de Suez provoque un vent de panique sur le commerce international

A LA UNE

Depuis la nuit de mardi à mercredi, un imposant porte-conteneurs, l’Ever-Given, construit en 2018 et en route entre la Chine et le port de Rotterdam, s’est échoué en travers du canal de Suez qu’il bloque complètement. Son déséchouement prenant un certain temps, le commerce mondial est agité d’un vent de panique alors qu’une de ses grandes artères est bloquée, comme par un caillot.

Long de 399 mètres, large de 59 mètres et portant 22.000 containers pour un poids de 220.000 T, plein à craquer, l’Ever Given est toujours ensablé ce 26 mars. Il était parti le 4 mars dernier de Ningbo en Chine et a  fait escale à Taïwan puis en Malaisie.

 Le bateau battant pavillon panaméen, propriété d’une société japonaise (Higaki Sangyo), a perdu la capacité de se diriger après une avarie moteur en pleine tempête de sable, et s’est échoué en travers des berges du canal. Le navire est géré par Bernard Schulte Shipamangement, une compagnie basée à Singapour ; les 25 membres de l’équipage sont originaires d’Inde et sont sains et saufs.

L’autorité égyptienne du Canal de Suez (SCA), qui rend compte deux fois par jour des opérations pour la réouverture du canal, confirme ce vendredi soir que 87% du creusement nécessaire aux abords du bateau – le retrait de 20.000 m3 de sable pour atteindre une profondeur de 12 à 16 mètres – a été effectué. Les opérations continuent 24h/24 et occupent deux dragues (Al Asher et Mashhour), 8 remorqueurs et des pelleteuses. Par ailleurs trois navires engagés dans le canal derrière le bateau échoué ont été remorqué vers des zones d’attente.

L’incident paralyse complètement le canal de Suez – 31 navires attendent de s’y engager à Port-Saïd, 38 autres à Suez et une centaine d’autres sont bloqués soit en Méditerranée, soit dans l’Océan Indien.

D’aprè Bloomberg, le désensablement ne suffira pas et il faudra aussi attendre une bonne marée – le canal pourrait donc resté bloqué jusqu’au 31 mars inclus. Sur les marchés spot, le cours du pétrole s’est déjà apprécié de 5% et des répercussions en cascade sur les livraisons d’usines et la production des biens manufacturés sont attendues.

D’autres s’interrogent sur la capacité des assurances de répondre aux demandes d’indemnisation – ce genre de navire est assuré à hauteur de 140 millions de dollars en moyenne, or le canal de Suez passe chaque jour une cinquantaine de navires et pour 3 milliards de dollars de marchandises. « Il est très probable que les indemnités demandées soient très supérieures à la somme de l’assurance du navire au Japon », s’interroge le canal Telegram spécialisé sur l’information maritime @first_morskoy

L’incident, très rare, étonne beaucoup de marins de par le monde et inspire de nombreux créateurs de même. Les photos de l’Ever Given coincé en travers du canal avec l’inscription «je suis garé comme un idiot » ou celles de son parcours avant son échouage sont devenues virales.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Nouvelle Vague #9 avec Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano

Ce mardi 19 octobre à 20h, Nicolas Faure reçoit Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano. Une émission en direct...

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

6 Commentaires

  1. 220 000 tonnes et on n’entend rien à propos de la pollution ? là, elle ne pose pas de problème ? ah oui mais c’est pour le business donc……

  2. 22000 containers, ça fait 22000 camions sur les routes une fois arrivé à Rotterdam ou 500 péniches telles qu’elles circulent sur l’Escaut, la Deûle, la Lys etc dans le Nord, 1500 telles qu’elles circulent sur l’actuel canal du Nord qui relie les hauts de France au bassin parisien ou 110 telles qu’elles circuleront sur le canal du Nord dont la construction est sans cesse repoussée. Et on nous parle d’écologie, d’émission de CO2 et autres fadaises. C’est pourtant Dominique Voynet qui a bloqué la construction d’un autre canal : liaison Rhin – Rhône.

  3. @ – 1 . Ne criez pas avant d’avoir mal et n’agitez pas le spectre de la pollution avant qu’une seule goutte  » d’huile  » ne se soit échappée du navire .
    Il n’y a aucune pollution , l’intégrité de la coque n’est pas mise en cause , il n’y a de déchirure nulle part ; seul le nez du monstre s’est planté dans le sable !
    Attendons qu’il puisse être extrait de son piège de sable et qu’il retrouve sa liberté de manoeuvre .

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés