Idéologie et coronavirus : en Ukraine face au manque de vaccin, les Ukrainiens se soignent avec des médicaments… pour animaux

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...
Par idéologie, le gouvernement ukrainien – farouchement pro-occidental et anti-russe – ne pouvait recourir au vaccin russe Sputnik V pour protéger sa population. Mais les caisses sont vides et l’Ukraine ne peut pas plus acheter les vaccins américains (Pfizer, Moderna) ou anglais (AstraZeneca) ni prioriser ses approvisionnements. Alors que le gouvernement s’est tourné vers des solutions alternatives peu fiables, l’épidémie flambe et les Ukrainiens se soignent comme ils peuvent, y compris avec des médicaments inadaptés.

Avec 1.3 million de cas (pour moins de 40 millions d’habitants) et 25.000 morts, la situation est relativement grave en Ukraine et il n’y a peu ou pas de vaccins. Le 23 février une première livraison de 500.000 doses de vaccins est arrivée dans le pays – il s’agit de vaccins AstraZeneca embouteillés en Inde,  mais ils sont principalement réservés à l’armée et aux fonctionnaires.

Bien que le gouvernement ukrainien ait annoncé qu’il a acheté 17 millions de doses de vaccins indiens – notamment le Covaxin de Bharat Biotech, utilisé depuis janvier dernier en Inde et validé par des études scientifiques en mars – ainsi que le Novavax américain fabriqué en Inde – il apparaît peu probable que l’Ukraine sera livrée en temps et en heure.

Le vaccin Novavax basé sur des protéines recombinantes, efficace à 95% contre la souche originelle du Covid, 85% contre le variant britannique et 60% contre le variant africain, bute sur des problèmes industriels – l’usine tchèque prévue pour livrer l’UE est insuffisante pour produire les doses demandées, et l’usine du Serum Institute of India en Inde a déjà annoncé qu’elle réduirait ses exportations en raison du blocage des matières premières venues des Etats-Unis. Pis, l’épidémie flambe à nouveau en Inde qui a décidé de bloquer les exportations de ses vaccins.

Face au manque de vaccins le gouvernement ukrainien maintient ses positions – mieux vaut mourir du coronavirus que commander le vaccin russe. Et les Ukrainiens se débrouillent, recourant massivement à l’automédication. D’après Olga Golubovskaya, spécialiste des infections qui conseille le ministère de la Santé en Ukraine, les Ukrainiens utilisent massivement l’ivermectine, un médicament utilisé par les vétérinaires pour prévenir les parasitoses et la gale chez les animaux.

« Certains se contentent de le boire, et d’autres se font des injections dans les muscles, ce qui est très dangereux », a-t-elle relevée sur Ukraina24. Le journal russe Komsomolskaya Pravda dresse le 27 mars un constat d’échec face à l’épidémie en Ukraine : « Israël a gelé les pourparlers sur la livraison de vaccins Pfizer après que Ternopol ait décidé de donner le nom de Shukhevitch à son stade  [ce nationaliste ukrainien a été un auxiliaire des troupes nazies et a participé à la solution finale], l’Inde a stoppé les exportations de vaccins AstraZeneca et si un jour les ukrainiens reçoivent des secondes doses, elles viendront de Corée du Sud. En octobre dernier, le président Zelenski avait annoncé un vaccin ukrainien – plus de son, plus d’image ».

Deux morts suite au vaccin AstraZeneca en Ukraine : une loi pour exonérer les fabricants de vaccins de toute responsabilité

Par ailleurs au moins deux personnes sont mortes des suites des vaccins AstraZeneca – une militaire le 23 mars dernier dans la région d’Odessa, deux jours après la piqüre et un habitant de Tchetnovtsy vacciné le 15 mars dernier et décédé suite à un arrêt cardiaque le 24 mars. Suite à cela le président ukrainien Zelensky a ratifié une loi qui exonère les fabricants de vaccins de toute responsabilité en cas de décès ou d’effets secondaires graves sur les patients qui ont été vaccinés en Ukraine.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Médias mainstream : le grand errement ! Par Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est le patron de "Putsch", média favorisant les débats culturels et sociaux. Dans son livre "Médias, le...

Psychiatrie. Une nouvelle version de La Bible….en écriture inclusive

L'Occident ressemble chaque jour un peu plus à un asile psychiatrique géant. La traduction de la Bible qui sera utilisée...

1 COMMENTAIRE

  1. Le titre de l’article est un peu tendancieux :
    L’invermectine est un médicament d’abord utilisé en médecine vétérinaire mais maintenant en médecine humaine, surtout par les dermatologues.
    Pour beaucoup, ce médicament anti parasitaire aurait une grande efficacité sur la Covid 19 où il pourrait diminuer notablement la charge virale.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Covid. Sur Telegram, des petits malins vendent des faux tests négatifs…

L’exigence de tests PCR en de maints endroits n’échappe pas aux lois du genre : là où on demande un document, il apparaît des contrefaçons....

Dictature sanitaire : à Nantes, la police débarque en masse… dans une réunion politique

La France est-elle encore un pays libre ? On peut se le demander, tant le bon sens politique, sanitaire et démocratique semble en vacances...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois depuis le début de la pandémie ?

Avant propos Aujourd’hui, trois points seront abordés : 1 – La surmortalité actuelle et à venir. 2 – Un bilan d’étape sur les campagnes de...

Vaccin Pfizer contre le coronavirus : des effets secondaires pas si bénins ?

Si on lit les médias mainstream français, le message est clair : « Ne craignez rien, les vaccins sont fiables », dormez braves gens, les effets...