Réunification de la Bretagne : Philippe Grosvalet (PS) va souffrir…

A LA UNE

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le...
Philippe Grosvalet (PS), président du conseil départemental de Loire-Atlantique, sera probablement candidat aux prochaines élections départementales. En cas de victoire de la gauche, il redeviendra président. Il sait déjà ce qui l’attend : une guerre de tranchée organisée  par Christophe Prugne et les militants d’« À la bretonne ! »

Il faut reconnaître que les militants de l’association nantaise « À la bretonne ! » ne chôment pas. Leur prochain objectif : les élections régionales et départementales. En effet ils continuent à mettre la pression pour obtenir l’organisation d’un référendum portant sur la réunification de la Bretagne. Évidemment, ils ne manquent pas de souligner qu’en 2018, 105 000 citoyens de Loire-Atlantique avaient signé la pétition visant à obtenir cette consultation. « Nous souhaitons que la prochaine équipe départementale engage pour sa part un réel rapport de force avec l’État pour véritablement obtenir cette consultation des citoyens de Loire-Atlantique », insiste Christophe Prugne, le président de l’association (Presse Océan, vendredi 19 mars 2021).

Cette déclaration martiale appelle plusieurs observations. D’abord si Philippe Grosvalet (PS)  est réélu et redevient président du conseil départemental de Loire-Atlantique, rien ne l’oblige à engager un « réel rapport de force avec l’État ». Rappelons que le sieur Grosvalet ne cache pas son hostilité à la réunification. Il aura beau jeu de prétendre ne pas avoir reçu mandat des électeurs pour lancer cette bagarre. Ensuite un « référendum » dépend du bon vouloir de l’État. Quel gouvernement est décidé à se compliquer la vie avec le redécoupage des régions dans l’ouest de la France ? C’est-à-dire affronter les hurlements d’élus – soutenus par les élites – forcément hostiles qui multiplieront polémiques, pétitions, campagnes… Et l’affaire traînera en longueur avant de connaître un enterrement de première classe. Rappelons le précédent de Notre-Dame-des-Landes : le prétendu « référendum » organisé pendant le mandat de François Hollande n’en était pas un, mais une « consultation pour avis ». Donc un « truc » sans valeur juridique ou politique. Nous ne rappellerons jamais assez que les conseillers régionaux des Pays de la Loire n’ont nulle envie de se suicider, pas plus que les membres de l’état-major régional installé à Nantes. Tous préoccupés par la défense de l’emploi !

Changer la loi…

Enfin il y a lieu de ne pas perdre de vue l’essentiel, à savoir la loi qui établit le découpage régional : « Loi n° 2015 – 29 du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions ». Pour modifier une loi, une autre loi est nécessaire…

Portant, toutes ces opérations doivent être qualifiées de positives ; ce bouillonnement militant à Nantes nous change des lamentations du Mouvement breton d’autrefois ; c’est concret. Non seulement il y a là une façon habile d’assiéger des élus récalcitrants, mais encore les retombées médiatiques sont loin d’être négligeables. Donc la question de la réunification demeure bien vivante, on peut même parler d’un sujet à la mode.

Un encouragement donné par Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne, à Christophe Prugne et à ses camarades militants : « La Bretagne à cinq sera un jour réunie, j’en suis persuadé » (Ouest-France, Bretagne, 27 – 28 mars 2021).

Bernard Morvan

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Suppression de “monsieur”, “madame”, “nom de jeune fille” : La théorie du genre imposée aux notaires

Le site Fdesouche s'est procuré un document révélant la suppression de « Monsieur », « Madame », « Nom...

Islamisme en Belgique. Molenbeek, génération radicale ?

Devenu mondialement célèbre comme un berceau du djihadisme européen, Molenbeek est la deuxième commune la plus pauvre de Belgique,...

2 Commentaires

  1. C’est ça le pire !! C’est qu’au jour d’aujourd’hui, il faut encore se battre pour faire tomber une décision nazie/pétainiste … et on dit que le france serait (ou voudrait être ….) un exemple de démocratie … Hé Bé … !

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici