Paul Molac dénonce l’initiative de Jean-Michel Blanquer sur le recours au conseil constitutionnel

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

A quoi joue le gouvernement ? A l’occasion des Questions au Gouvernement du 4 mai 2021, le député Paul Molac a interpellé le ministre de l’Education nationale à propos du recours des 61 parlementaires de la majorité.

« Nous remarquons qu’il ne cache même plus l’influence qui a été la sienne dans cette entreprise dans le plus total mépris de la séparation des pouvoirs. C’est en effet un membre de son cabinet qui a rédigé le contenu de la saisine. Pourtant, malgré les prérogatives qui leur sont conférés par la Constitution, ni le Président de la République, ni le Premier ministre n’avaient eux-mêmes souhaité saisir le conseil constitutionnel en ce sens » indique Paul Molac dans un communiqué.

« Je suis stupéfait par tant de légèreté de la part de M. Blanquer, avec une passivité étonnante du Premier ministre face aux agissements de son ministre D’autant qu’en l’espèce, la procédure de l’instruction au sein du Conseil constitutionnel se retrouve biaisée : face au recours porté par les 61 parlementaires de la majorité, il revient au Secrétariat général du Gouvernement et à lui seul de formuler un mémoire en défense pris en compte par les Sages. Mais comment le Gouvernement pourrait-il défendre une loi contre laquelle il a lui-même piloté et rédigé en sous-main la saisine ? A-t-on déjà vu un avocat d’une partie civile défendre les intérêts d’un accusé lors d’un litige ? » poursuit-il avant d’évoquer la réponse de Jean-Michel Blanquer et de conclure :

« La réponse de Monsieur Blanquer sur le fait que je puisse moi-même formuler des observations écrites au Conseil constitutionnel n’est absolument pas recevable car rien n’indique que de telles observations pourraient être prises en compte lors de l’instruction. Pire, comme les requérants ne semblent pas assumer leur initiative et n’ont pas publié le contenu de leur saisine. Sans la révélation de ce document dans le journal Mediapart aujourd’hui, soit treize jours après sa transmission au Conseil constitutionnel, nous n’aurions même pas su avec certitude sur quelles bases formuler d’éventuelles observations en défense.

Je m’étonne de cette situation procédurale ubuesque ne permettant pas d’assurer au porteur de cette loi que je suis la possibilité de la défendre devant le Conseil constitutionnel et de démontrer qu’elle est totalement conforme à la Constitution, énonçant que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France »

La bataille pour les langues régionales est loin d’être terminée.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections au Royaume-Uni. Les résultats en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles [MAJ]

Après la fermeture des bureaux de vote pour les élections locales en Grande-Bretagne, jeudi soir, le long dépouillement a...

Irlande du Nord. Deux membres présumés de la New IRA arrêtés en lien avec la tentative de meurtre d’un policier

Deux hommes ont été arrêtés en relation avec la tentative de meurtre d'un officier de police et une série...

2 Commentaires

  1. Les « 61 » et la Cour Constitutionnelle=Daesh !
    Les destructeurs de Palmyre à l’explosif et les destructeurs de la langue bretonne à coup de « recours » appartiennent à la même catégorie de barbares. Et ces gens-là osent donner des leçons à la Chine à propos des Ouïghours !
    Qu’on cesse de nous « bassinner » avec les Droits de l’homme…à usage externe !
    Des démarches comme celle des 61 sapent à l’extérieur ce qui reste du crédit moral de la France. Honte à vous !

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Loi Molac et langues régionales. La liste des signataires du recours devant le Conseil Constitutionnel

Le 8 avril 2021, une majorité de députés du Parlement français adoptaient une proposition de loi relative à la « protection » et la « promotion » des langues régionales...

Amoug a-enep al lezenn Molac : 10 kannad e-maez ar jeu

Pebezh furlukinerezh ! Abaoe m'eo bet savet klemm ouzh al lezenn Molac dirak ar c'huzul bonreizhel muioc'h-mui a gannaded a denn o sin diwar an...

Emmanuelle Ménard : « Les langues régionales sont constitutives de nos racines » [Interview]

C'est ce qu'on appel être mauvais perdant : Plus de 60 députés de la majorité LREM viennent en effet cette semaine, juste avant la...

Loi sur les langues régionales : retour sur une journée historique

La défense de cette loi a l'assemblée en deuxième lecture avait visiblement été préparée minutieusement par Paul Molac. Fort de ses expériences passées, celui-ci...