Guingamp (22). Il va y avoir du monde à la manifestation pour les langues régionales

A LA UNE

Ce samedi 29 mai, à Guingamp, ce sera l’arrivée de la Redadeg, la course pour la langue bretonne. Et dans la foulée, une manifestation pour la défense des langues régionales, à partir de 13h30, devant la gare de Guingamp.

Des milliers de manifestants sont attendus, lors d’une manifestation qui va rassembler large, très large, puisqu’outre les associations et collectifs majoritaires de défense de la langue bretonne, on y retrouvera aussi les défenseurs du Gallo, mais également de nombreuses personnalités politiques, y compris des élus des principaux partis, EELV, PS, LR, et même le RN qui a appelé a rejoindre la manifestation à laquelle participera Florent de Kersauson ou encore le PCF. Des syndicats comme la CGT ont également appelé à s’y rendre.

Espérons que tout ce petit monde puisse avoir l’intelligence, au moins le temps de quelques heures, et sans tentative de récupération politique, de s’entendre sur le mot d’ordre en faveur des langues régionales et uniquement sur cela.

Du côté de Diwan, le communiqué appelant à la manifestation est clair : « La langue bretonne est mise à mal ainsi que l’essence même de Diwan. […] L’immersion, pratiquée depuis 44 ans dans nos écoles, collèges et lycées, serait anticonstitutionnelle. […] À ce stade, il semble que seule une révision de la constitution permettrait à moyen terme de régler cette impasse juridique sur l’immersion qui rend notre modèle illégal et donc non finançable par les collectivités. Le député Paul Molac a proposé cette possibilité. Le président de Région, Loïg Chesnais Girard, a suggéré au président de la République le 22 mai une modalité juridique d’urgence en attendant une modification nécessaire de la constitution. Cette proposition juridique, qui aurait apporté un peu d’apaisement dans cette crise, n’a pas été utilisée et la loi a été promulguée le dimanche 23 mai 2021, jour des 44 ans de Diwan. Quel beau cadeau d’anniversaire ! Cette promulgation rend effectif l’intégration des articles conformes mais rend également effectives les décisions du Conseil constitutionnel dont l’anti-constitutionnalité de la méthode d’enseignement par immersion. À partir de maintenant, nous sommes dans l’inconnu au niveau juridique, financier et opérationnel […] En l’absence de réponse claire, seule une mobilisation importante et collective permettra de faire bouger les lignes. Nous vous appelons solennellement élèves, parents, bénévoles, enseignants, personnels et sympathisants à nous rejoindre ce samedi 29 mai à 13 h 30 à Guingamp afin de sauver notre modèle immersif qui fait vivre nos langues régionales ! »

Rarement il n y avait eu (ou au moins semblé avoir) une telle unanimité autour de la défense des langues régionales, la censure du Conseil Constitutionnel apparaissant ainsi comme un paradoxe (un de plus) très jacobin de la République française. A voir le nombre de manifestations organisées partout en France, et surtout la diversité des couleurs politiques de ceux qui appellent à défendre les langues régionales, il semblerait qu’une victoire ait déjà été remportée : celle d’imposer nos langues dans le débat public.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

À Nantes, Jonathan s’est retrouvé à la rue à 21 ans

Placé à l'âge de 3 ans, Jonathan a enchaîné les foyers et les familles d'accueil. À ses 21 ans...

Tyrannie sanitaire et loi vigilance sanitaire. Les votes des parlementaires du Morbihan.

Déposé le 13 octobre 2021, le projet de loi portant diverses dispositions de vigilance sanitaire, qui vise à proroger...

2 Commentaires

  1. sans vouloir passer pour le sale jacobin, j’ai bien peur que l’engouement pour la défense des langues régionales de la part du gouvernement et des partis ne soit que le droit d’entrée des langues des autres minorités comme l’arabe et le turc. Il n’y aura pas d’étonnement à avoir quand on enverra dans les oubliettes les langues régionales. À la fin des fins les régionalistes, n’auront même pas le droit de réciter le coran en breton.

  2. me meuz ket ; manifester avec les destructeurs de la civilisation dans laquelle je suis née ( ps eelv cgt….) me meus ket; leur but n’est pas la défense de notre langue bretonne ni de ses traditions ni de notre avenir mais une marche du mondialisme nouveau terme de l’internationalisme prolétarien stalinien ; je suis stupéfaite de cet appel et de son irréflexion sur Breiz info ami de TV libertés: c’est le but, la fin qui compte dans une action ; Monsieur l’Abbé Perrot martyr du communisme doit se retourner dans sa tombe Feiz ar Breiz

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés