Expression(s) décoloniale(s) au château de Nantes : la vérité sur l’esclavage

A LA UNE

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est...

Décoloniale ? Brandi à tout bout de champ et sans grand souci d’exactitude historique par le clan repentantiste, l’adjectif est galvaudé. Mais l’exposition Expression(s) décoloniale(s) #2, présentée au château de Nantes jusqu’au 14 novembre 2021, vaut bien mieux que son titre.

Elle est consacrée à un artiste béninois, Romuald Hazoumè, et à un historien ivoirien, Gildas Bi Kakou. Le premier expose plusieurs œuvres monumentales, bâties souvent à partir de bidons de 50 l. utilisés par les trafiquants de gazole africains. Son sens du spectaculaire et son inventivité dans l’utilisation des moyens du bord leur confèrent une puissance indéniable. Elles évoquent irrésistiblement les meilleurs témoignages des « arts premiers » africains exposés à Paris au musée du quai Branly. Plusieurs d’entre elles sont visibles dès la cour du château.

Pas d’acheteurs d’esclaves sans vendeurs d’esclaves

D’origine yoruba, petit-fils d’un grand écrivain francophone béninois, Romuald Hazoumè s’inscrit dans une tradition artistique authentiquement africaine et le revendique (même si les auteurs des cartels se sont torturé les méninges pour ramener ses œuvres à leurs propres obsessions : « les bidons que Romuald Hazoumè utilise nous renvoient l’image d’un esclave moderne… »). Hélas, l’artiste lui-même leur a coupé l’herbe sous le pied avec une mise au point limpide : « mon rôle en tant qu’artiste africain, c’est de dire aux miens, ‘nous, Africains, devons aussi assumer notre responsabilité dans l’esclavage !’ S’il n’y avait pas eu de vendeur, il n’y aurait pas eu d’acheteur. »

La déclaration a fait tousser – et un silence gêné s’est installé à Nantes parmi les aficionados habituels de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. « Les interventions de Romuald Hazoumé ne vont pas forcément dans le sens auquel on pourrait s’attendre, celui d’une attaque en règle des Occidentaux », note pudiquement Jeune Afrique. Au Bénin même, l’essayiste Olivier Allocheme s’étrangle d’indignation, car le cas n’est pas unique : « Ceci est d’autant plus ahurissant que cette volonté émane de la crème de nos intellectuels. Il y a quelques mois, le Professeur Félix Iroko, de regrettée mémoire, avait laissé entendre, quelque temps avant son tragique décès, qu’’il faut condamner les Africains’ pour la traite négrière. […] Il n’y a pas d’acheteurs sans vendeurs, nous (Africains) étions des vendeurs… C’est une question de coresponsabilité. »

Le legs de Jean-Marc Ayrault part à vau-l’eau

Gildas Bi Kakou confirme. Cet historien moderne a récemment consacré une thèse de doctorat à la traite négrière ivoirienne au 18e siècle. Il a été invité à jeter « un autre regard historique » sur les collections du château des ducs de Bretagne (qui, comme on sait, battent abondamment la coulpe des Nantais). Et cet « autre regard » ouvrira les yeux des Nantais : Gildas Bi Kakou décrit sans fard la pratique de l’esclavage dans les royaumes africains.

Par exemple, au Monomotapa, dont le nom signifie « seigneur des terres conquises ou dévastées », « dès 1501, le trafic des esclaves africains domine les échanges de cette région avec les Arabes, les Indiens, les Indonésiens et les Portugais. En 1609, l’émiettement de l’empire Monomotapa en quatre royaumes indépendants accentue le trafic d’esclaves du fait des conflits qui les opposent ». Plus tard, l’Ashanti se fait verser un tribut de deux mille esclaves par an ; « certains esclaves sont utilisés localement dans divers secteurs d’activité, tandis que d’autres sont vendus aux navires négriers ».

Les visiteurs de l’exposition découvriront ainsi des faits sur l’esclavage occultés par les institutions nantaises nées à l’époque de Jean-Marc Ayrault. Celui-ci a cherché à imposer un « roman municipal » étroitement cadenassé par les anneaux de la mémoire. Et il faut que ce soient des Africains qui viennent les lui briser !

Crédit photo : Exposition d’œuvres de Romuald Hazoumè dans la cour et dans une salle du château des ducs de Bretagne à Nantes. Photo B.I., droits réservés
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Surf Park à Saint-Père en Retz : le projet fait plouf

Il était à l'arrêt depuis des mois et l'un des deux porteurs s'était écarté – autant dire que cela...

Projet de loi bioéthique. La Manif pour tous poursuit la mobilisation

La Manif Pour Tous sera au rendez-vous pour rappeler aux sénateurs les 15 et 24 juin son opposition au...

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières. Le point sur les données...

Amnesty international : 105 domestiques témoignent de l’esclavagisme au Qatar

Dans la perspective de la Coupe du Monde de football en 2022, l’émirat pétrolier mène une stratégie de réformes inédites dans cette partie du...

Afrique. Le colonialisme avant les Européens : quand le Maroc annexait le Mali pour son or et pour ses esclaves

Les médias bien-pensants nous serinent que seuls les « Blancs » sont coupables du crime de  colonialisme, qu'ils sont seuls à être assez pervers pour mettre...

Chroniques vouées à l’ensauvagement (3) : Faidherbe et la question de l’esclavage

La région africaine du Sahel, où se trouve aujourd’hui la « Zone des trois frontières », s’appelait alors « Soudan français ». C’était avant...