Treillières (44). Polémique autour d’un champ jouxtant une école et traité aux pesticides

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Depuis le mois de mai 2019 des maires prennent des arrêtés interdisant les pesticides. Et dans les communes, la vigilance des citoyens s’intensifie.

A Treillières, en Loire Atlantique, des parents d’élèves dénoncent un épandage de pesticides tout proche d’une école maternelle. La mairie vient de proposer un protocole d’accord avec les agriculteurs propriétaires de la parcelle, protocole qui va plus loin que la loi.

Un accord a en effet été mis au point par le maire avec les propriétaires du champ qui prévoit qu’une bande de 20 mètres sépare les cultures de l’école, bande qui ne recevra pas de traitements, ce qui va au delà des 5 mètres prévus par la loi. D’autre part, un système de haies va être planté en paravent entre l’école et ce champ (en attendant, une simple bâche a été mise le long de la clôture). Enfin, chaque épandage se fera en dehors des heures d’ouverture de l’école et fera l’objet d’une information préalable auprès des parents d’élèves.

Sur place tout le monde n’est pas rassuré pour autant.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

Articles liés

119 députés européens, français et sénateurs français dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides

119 députés européens, français et sénateurs français dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides et exigent que l’EFSA change ses pratiques toxiques. Fin octobre 2020,...

Entre menaces économiques et sanitaires, les néonicotinoïdes empoisonnent la vie de Barbara Pompili

À la suite de l'autorisation temporaire de l'utilisation des néonicotinoïdes par la filière betteravière française, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s'est...

Néonicotinoïdes. Les apiculteurs en colère suite à la réautorisation des insecticides

En accordant aux producteurs de betteraves l'autorisation d'utiliser de nouveau les néonicotinoïdes, le ministère de l'Agriculture a déclenché la colère des apiculteurs, entre autres,...

Des pesticides perturbateurs endocriniens et cancérigènes dans l’eau du robinet ?

Des analyses sur la qualité de l'eau du robinet en France en 2019 mettent en avant la présence présumée de perturbateurs endocriniens et de...