Royaume-Uni. Covid-19 : le « mythe » de l’immunité collective « impossible » à atteindre, des vaccinés davantage exposés aux futurs variants ? [Vidéo]

A LA UNE

L’immunité collective face au Covid-19 serait un « mythe » impossible à atteindre par la vaccination. C’est en résumé le propos tenu par le chef de l’Oxford Vaccine Group aux parlementaires du Royaume-Uni le 10 août. Le scientifique soupçonne par ailleurs que le prochain variant du virus pourrait toucher davantage les vaccinés que les non-vaccinés.

L’immunité collective, un « mythe » inatteignable par la vaccination…

Tandis que l’exécutif français s’entête plus que jamais dans sa politique du « tout vaccinal », des informations très contradictoires proviennent de divers pays qui ont pour point commun d’être tous en avance sur l’Hexagone en matière de vaccination avec des taux de couverture plus importants que le nôtre.

Si les récentes observations scientifiques en provenance d’Israël, de Singapour ou encore d’Islande auraient déjà dû donner lieu à la mise en place d’un vaste moratoire afin de repenser totalement la politique sanitaire en France, c’est cette fois du Royaume-Uni que de nouvelles informations remettent sérieusement en cause la possibilité d’atteindre l’immunité collective via la vaccination. Dans le même temps, Emmanuel Macron s’affaire désormais à vouloir vacciner les adolescents de France. Lesquels ne sont, rappelons-le, absolument pas une population à risque vis-à-vis du Covid-19.

Venons-en donc à la situation britannique ! Outre-Manche, la déclaration d’Andrew Pollard, chef du Oxford Vaccine Group, face aux parlementaires du pays mardi 10 août a fait office de coup de tonnerre. En effet, pour le scientifique anglais, « l’immunité collective n’est pas possible » face au variant Delta et serait un « mythe ».

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir, bien avant la France, enclenché une forte politique d’incitation vaccinale : au Royaume-Uni, ce sont à présent plus de 47 millions de personnes qui ont reçu une première dose de vaccin – soit près de 90 % de la population adulte – et environ 39,5 millions – soit environ 75 % des adultes – ont reçu les deux doses.

Un variant touchant davantage les personnes vaccinées ?

Quant au concept d’« immunité collective », l’Institut Pasteur le définit comme le « pourcentage d’une population donnée qui est immunisée/protégée contre une infection à partir duquel un sujet infecté introduit dans cette population va transmettre le pathogène à moins d’une personne en moyenne, amenant de fait l’épidémie à l’extinction, car le pathogène rencontre trop de sujets protégés. Cette immunité de groupe, ou collective, peut être obtenue par l’infection naturelle ou par la vaccination ».

Or, « le problème avec ce virus est qu’il ne s’agit pas de la rougeole. Si 95 % des gens étaient vaccinés contre la rougeole, le virus ne pourrait pas se transmettre dans la population », a ainsi déclaré le chef du Oxford Vaccine Group.

Et le scientifique britannique de souligner par ailleurs, à la suite de ses confrères israéliens ou américains (entre autres), que les vaccinés sont susceptibles d’attraper et de transmettre le Covid-19 : « le variant Delta infectera quand même les personnes qui ont été vaccinées. Et cela signifie que toute personne non vaccinée rencontrera le virus à un moment donné… et nous n’avons rien qui puisse arrêter [complètement] cette transmission. »

Autre point à relever, Andrew Pollard a aussi déclaré : « Je soupçonne que le prochain variant du virus sera un variant qui se transmettra peut-être encore mieux parmi les populations vaccinées, ce qui constitue une raison supplémentaire de ne pas élaborer un programme de vaccination fondé sur l’immunité collective. » De quoi donner matière à réflexion aux Véran, Castex et consorts…

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/WiR_Pixs) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

6 Commentaires

  1. Impensable. Ces criminels veulent aussi vacciner nos enfants. Non, on ne se laissera pas faire. Si Macron et sa bande de gangsters persistent à nous prendre en otage et à s’attaquer à nos mômes, là ça chauffera au rouge !…

  2. Dommage que votre journal ai pris position contre le vaccin anti covid ou le pass sanitaire sans prendre le recul de la réflexion . Je sens bien que vos position politiques auquel je prêtais une oreille attentive vous poussent vers une opposition systématique a toutes mesures gouvernementales. Sans pesez le pour et le contre.
    Dommage .

    • Et pourquoi pensez-vous qu’ils n’ont pas pesé le pour et le contre ? Peut être remettent-ils en cause les choix POLITIQUES du gouvernement (car cela n’a rien de sanitaire, quoi qu’on en dise) car ces choix sont douteux. Je n’observe au niveau des décisions aucun esprit scientifique vis à vis de ce qu’est une épidémie et vis à vis du virus dont il s’agit ni aucune bienveillance vis à vis de la population… Le débat scientifique est sain et nécessaire, il n’y en a aucun depuis le début de cette histoire et ça se voit !

  3. Heureusement que votre journal continue son travaille de journaliste qui dérange et ne s’arrange jamais de compromis …
    Bravos
    Continuez vous faites un travail formidable

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés