Le Hezbollah se renforce au Liban dans un contexte de crise énergétique, en organisant des livraisons de pétrole depuis l’Iran.

A LA UNE

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, l’organisation islamiste chiite libanaise, a annoncé que des navires iraniens apportaient du carburant au Liban. Le pays traverse une crise politique et économique sans précédent et est confronté à une pénurie massive d’essence, même après l’arrivée du premier navire le 19 août. Certains s’inquiètent du fait que le Hezbollah, financé par l’Iran, pourrait ainsi prendre la place de l’État libanais ou des entreprises libanaises qui sont en train de s’effondrer. D’autres craignent que les États-Unis n’imposent des sanctions au Liban en raison de ses relations avec la République islamique d’Iran. L’ambassadeur américain au Liban a en effet déclaré, quelques heures après la déclaration du Hezbollah, que Washington était en pourparlers avec la Jordanie et l’Égypte pour trouver des solutions à la crise du carburant au Liban, qui a affecté les entreprises, les hôpitaux et les foyers.

Riad Toufic Salameh, le gouverneur de la banque centrale du Liban, a affirmé il y a deux semaines que Beyrouth ne disposait tout simplement pas des réserves de change nécessaires pour débloquer des dollars afin d’importer du carburant. Le 12 août, Salamesh a annoncé que le Liban avait décidé de modifier le taux de change servant de base à l’importation de carburant, ce qui a entraîné une forte augmentation des prix de détail. Les prix de l’essence pourraient augmenter jusqu’à 66 %, les subventions ayant été réduites pour tenter d’atténuer les pénuries. Cette mesure de la banque centrale s’est heurtée au gouvernement du Premier ministre sortant, Hassand Diab, qui s’était engagé à maintenir les subventions dans le cadre d’un conflit en cours. Diab a qualifié la décision de Salamesh d’illégale et d’irresponsable. Plusieurs routes ont été fermées par les manifestants le même jour et les manifestations se poursuivent. C’est dans ce contexte que le Hezbollah et son réseau d’hommes d’affaires chiites ont organisé les expéditions de pétrole. Cette démarche a été critiquée par l’ancien Premier ministre Saad Hariri et d’autres personnalités politiques comme une atteinte à la souveraineté de l’État libanais.

Selon l’agence semi-officielle iranienne Nour News, la première cargaison de pétrole a été achetée par un groupe de marchands chiites libanais. La même agence a indiqué que la cargaison devait être considérée comme une propriété libanaise « dès son chargement » et a décrit l’envoi de carburant comme une « action forte de l’Iran et du Hezbollah pour briser le siège économique du peuple libanais par un axe occidental-arabe-israélien ».

Selon Laury Haytayan, spécialiste du gaz et du pétrole au Moyen-Orient et Senior Officer de Natural Resource Charter, l’annonce du Hezbollah pourrait en soi faire courir au Liban le risque d’être sanctionné. En effet, les navires transportant du carburant en provenance d’Iran transportent un produit qui fait l’objet de sanctions de la part des États-Unis et, par conséquent, toute personne utilisant ce produit pourrait également être sanctionnée dans le cadre du régime actuel qui vise les tiers achetant du pétrole iranien ou interagissant simplement avec le secteur financier iranien.

Le gouvernement libanais pourrait bien sûr demander une dérogation à ces sanctions (comme celles qui ont été accordées à l’Irak concernant les importations de gaz iranien), mais la dure réalité est que le Liban d’aujourd’hui a à peine un gouvernement. Tout vide politique invite toujours à l’esprit d’entreprise politique et le Hezbollah semble se montrer capable de faire ce que le gouvernement ne peut pas faire.

En outre, des attaques israéliennes ont été menées contre des cargaisons de carburant iranien à destination de la Syrie, pays voisin du Liban. Si un tel incident devait se produire avec une cargaison à destination du Liban, il est évident que cela renforcerait le sentiment anti-israélien dans un pays où les tensions s’intensifient déjà. Certains considèrent que l’action du Hezbollah s’inscrit dans une sorte d’équation de dissuasion, à savoir que l’organisation chiite riposterait au cas où Israël attaquerait un navire transportant du carburant lors d’une crise énergétique majeure.

Nasrallah a également déclaré que le Hezbollah pourrait aider à amener une société iranienne à effectuer des forages, si nécessaire. Ces remarques ont été faites lors de son discours télévisé pour l’Achoura, une fête islamique qui revêt une importance particulière pour les chiites. Avec la crise actuelle, le Hezbollah se montre comme la seule faction capable d’organiser le pays. Cela signifie que l’influence de l’Iran sur le Levant va augmenter, ce qui va inquiéter de nombreux acteurs, notamment l’Arabie saoudite.

Plus tôt cette année, l’Iran et l’Arabie saoudite ont entamé une série de pourparlers, sous l’impulsion du Qatar, mais ils ont été suspendus. Le nouveau président iranien Ebrahim Raisi a déclaré que la priorité de sa politique étrangère était désormais d’améliorer les relations avec les pays arabes du golfe Persique, dirigés par l’Arabie saoudite. La guerre actuelle au Yémen constitue toutefois un point de discorde, car Téhéran soutient l’insurrection des Houthis au Yémen. Téhéran dirige une importante intervention militaire dans le pays contre les rebelles houthis (au sein d’une coalition qui comprend le Bahreïn et les Émirats arabes unis, ainsi que l’Égypte, la Jordanie et le Soudan). Cela fait du conflit au Yémen une guerre par procuration entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Si Téhéran et Riad parvenaient à mettre de côté ces différences, ils pourraient contribuer à apporter la paix et la stabilité dans la région. Mais ce n’est pas une tâche facile, car les deux rivaux semblent toujours s’affronter en Irak et au Liban et pourraient s’affronter davantage en Afghanistan après le retrait des États-Unis.

Washington et les puissances européennes sont en train de perdre leur influence dans le jeu politique libanais. La résolution de la crise énergétique au Liban est avant tout une question humanitaire et si les États-Unis choisissent d’agir en sanctionnant le Liban, cela nuirait considérablement à l’image que le président Joe Biden donne des États-Unis en tant que champions des droits de l’homme dans le monde. Après tout, la crise actuelle concerne également l’Iran, dont l’économie a été durement touchée par les sanctions et qui affiche aujourd’hui un taux d’inflation de 45 % et a atteint le prix le plus élevé pour les produits alimentaires.

Si les États-Unis ne sanctionnent pas le Liban, cela donnera au Hezbollah une sorte de démonstration de force. Si Washington sanctionne le pays, le Hezbollah y gagne d’une certaine manière car cela corrobore son récit d’un Liban assiégé. Dans un tel scénario, le Liban devrait renforcer ses relations avec l’Iran. Ainsi, aucun scénario n’est bon pour les États-Unis.

Uriel Araujo (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Journées du patrimoine. Les manoirs bretons. Ar manerioù e Breizh

(Br) Pinvidik-mor eo glad ar vro, hag e-mesk an teñzorioù legadet dimp ez eus milieroù a vanerioù. Un tamm...

Rugby. 4ème défaite pour le RC Vannes à Mont de Marsan

Le début de saison du RC Vannes en Pro D2 tourne au cauchemar. 4 matchs, 4 défaites, la dernière...

Articles liés