#balancetonwoke. Le Vlaams Belang appelle à la mise à l’index des « profs gauchistes »

Plusieurs décennies de gauchisme dans l’Education nationale, à des postes clés, ou directement auprès des enfants, ne sont pas sans conséquence aujourd’hui, dans la formation des élèves. En France…tout comme en Belgique et globalement, en Europe de l’Ouest, imprégnée de l’idéologie soixanthuitarde dans l’Education.

Les nationalistes flamands du Vlaams Belang ont décidé de s’occuper du problème. Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang, a lancé le 1er septembre, jour de la rentrée scolaire en Belgique, une campagne sur le réseau TikTok pour dénoncer « les enseignants et professeurs de gauche qui tentent à chaque occasion d’incorporer leurs foutaises multiculturelles dans leurs cours »

https://www.youtube.com/watch?v=nV0lgTLWrqQ

« Apparaissant en T-shirt sur le réseau TikTok, M. Van Grieken s’est adressé aux jeunes Flamands en leur disant que, personnellement, il avait toujours détesté l’école mais leur souhaitait une bonne rentrée malgré des enseignants qui tentent, d’après lui, de manipuler leur esprit et d’influencer leurs opinions » indique Le Monde, qui s’offusque d’une suggestion pourtant traditionnellement chère à la gauche, le doxing, c’est à dire la mise à l’index sociale, professionnelle, économique, pour quiconque ne partage pas les idées ou les valeurs « républicaines » ou « de gauche ».

Ayant toutefois une conception de la liberté de pensée plus évoluer que les gauchistes, M. Van Grieken a déclaré que son appel était fait simplement aux enseignants pour qu’ils n’imposent pas leurs vues idéologiques aux élèves. « Evidemment, nous ne prônons pas une interdiction professionnelle, ajoutait-il. Les partis de droite ne font jamais cela, vous n’entendrez de telles choses qu’avec les partis de gauche. J’espère que les enseignants de gauche sont sur leurs gardes. Un enseignant doit être neutre. »

Récemment, les jeunes du parti Vlaams Belang suggéraient, sur le modèle gauchiste, la création d’une campagne de dénonciation des enseignants exprimant ouvertement des opinions de gauche auprès d’élèves influencables, suggérant d’envoyer photos et vidéos des professeurs concernés.

A noter que cette affaire a excité la scène politique en Flandre comme en Wallonie,  « Menacer des gens en raison de leur orientation politique, ce n’est pas le genre de société que nous voulons. Respect pour tous les professeurs qui sont là aujourd’hui pour nos enfants et nos jeunes. » a ainsi indiqué Benjamin Dalle, ministre chrétien-démocrate de la jeunesse au sein du gouvernement régional de Flandre, qui oublie visiblement la politique du cordon sanitaire et de persécution politique, professionnelle, sociale que subissent les nationalistes flamands depuis plusieurs décennies.

Alors, #Balancetonwoke ?

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Enfin, la contre-attaque est lancée !
    Le problème ne concerne pas que l’Europe, aux USA aussi, les enseiganants sont devenus obsédés pour imposer leur idéologie, toujours la même d’ailleurs.
    La liberté d’expression, c’est la leur, et pourchasser et licencier ceux qui ne sont qu’un brin pas d’accord.

  2. Exposez les dans des QR codes que vous pouvez réaliser vous-mêmes, imprimer et afficher partout aux abords des lieux de leurs méfaits.

  3. je me souviens qu’il y a soixante ans, au lycée, la plupart des profs étaient communistes et essayaient de nous bourrer le cerveau
    j’en discutais à la table familiale le soir, mais jamais mes parents ne sont intervenus
    il est grand temps que les parents leur disent de se mêler de l’enseignement et non moins de l’éducation

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !