Immigration. Herbert Kickl (FPÖ – Autriche) : « Il serait fondamentalement erroné d’ouvrir les portes de l’Europe à tous les Afghans » [Interview]

A LA UNE

Entretien avec le leader du FPÖ, le parti de droite patriote autrichien, Herbert Kickl. Un entretien réalisé en collaboration avec plusieurs médias européens, dans le cadre de l’European Media Cooperation. Nous commençons par les questions posées, en français, directement par Breizh-info et par Lionel Baland. Puis nous vous proposons également la traduction de celles de nos confrères européens.

Breizh-info.com : Le chancelier conservateur Sebastian Kurz (ÖVP) dirige un gouvernement réunissant son parti et les Verts, après avoir précédemment conduit un gouvernement de coalition avec le FPÖ patriotique. Kurz poursuit une politique dure en matière d’immigration. Comment expliquez-vous que les Verts acceptent cette position ? Dans ce contexte, le FPÖ peut-il encore se développer en augmentant son score ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Sur ce point, nous sommes d’emblée en désaccord. Sebastian Kurz n’est pas un politicien conservateur. Il représente plutôt des positions arbitraires qu’il ajuste en fonction de la situation. En 2014, par exemple, il a appelé à une « culture plus accueillante » pour l’Autriche.

Puis, lorsque des millions de migrants économiques et de demandeurs d’asile ont pris d’assaut les frontières de l’Union en 2015, il s’est rendu compte que la population ne réagissait pas très positivement à cette évolution et a adopté une ligne prétendument anti-immigrés.

En 2020, sous le chancelier fédéral Sebastian Kurz, censé être cohérent, la République d’Autriche a enregistré les chiffres les plus élevés d’Europe en matière d’immigration et d’asile, par rapport à la taille de la population. L’ÖVP parle également avec des langues fourchues dans le dernier débat sur l’admission des demandeurs d’asile afghans. Alors que M. Kurz rejette l’admission des demandeurs d’asile afghans en usant de la manière forte verbalement, son parti vote au Parlement européen, entre autres, pour la réinstallation des réfugiés afghans, l’introduction d’un mécanisme de répartition, la délivrance de visas humanitaires, l’arrêt de tous les rapatriements et la réévaluation de toutes les décisions négatives en matière d’asile. Ce comportement de vote correspond également à la ligne pro-immigration des Verts et ici aucune différence entre l’ÖVP et les Verts n’est perceptible.

« Il serait fondamentalement erroné d’ouvrir les portes de l’Europe à tous les Afghans » 

Breizh-info.com : Les patriotes autrichiens du FPÖ ont gouverné un des États autrichiens, le Burgenland, avec les sociaux-démocrates du SPÖ. Pouvez-vous imaginer une telle coalition FPÖ-SPÖ ou SPÖ-FPÖ au niveau national ? Une coalition FPÖ-Verts est-elle possible à tous les niveaux du pouvoir ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Il existe certainement des forces constructives au sein des sociaux-démocrates avec lesquelles la coopération fonctionne et peut également être possible dans l’avenir. Toutefois, pour qu’une telle coalition puisse se réaliser dans le futur, le SPÖ devrait prendre conscience du fait que la politique doit avant tout être réalisée pour sa propre population et que l’Autriche ne peut pas être un aimant à immigrants pour le monde entier. Au Danemark, par exemple, les sociaux-démocrates ont appris cette leçon et y parviennent très bien.

Breizh-info.com : Jörg Haider était l’un des leaders de votre parti et reste le plus connu à l’étranger. Le FPÖ est-il toujours porteur de son héritage politique ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Jörg Haider était sans aucun doute un talent politique exceptionnel. Malgré toutes les divergences survenues en 2005, un débat et un rapprochement ont eu lieu en 2008, peu avant le décès tragique de Haider. Le FPÖ de 2021 porte toujours l’ADN de Jörg Haider. Même si le monde politique a évolué.

Breizh-info.com : Le patriotisme et le nationalisme sont en hausse dans les pays de Visegrád (Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie), mais aussi en Slovénie et en Italie. Quelle est votre relation avec les patriotes de ces pays ? Êtes-vous favorable à la création d’un grand groupe au Parlement européen dans lequel les partis patriotiques d’Europe seraient représentés ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Depuis 2006, le FPÖ prône une coopération cohérente de toutes les forces patriotiques démocratiques et constructives au niveau européen. La création d’un groupe patriotique encore plus important au sein du Parlement européen n’est pas seulement souhaitable, cette coopération déterminera en fin de compte le maintien ou la disparition de l’Europe telle que nous la connaissons. La création d’une grande alliance européenne avec 16 partis de 15 États au début du mois de juillet 2021 constitue une excellente base pour cela.

Breizh-info.com : À quoi devrait ressembler la politique migratoire de l’Autriche au vu de la crise afghane ? Votre pays doit-il accueillir des Afghans ? Quelles solutions préconisez-vous pour l’immigration clandestine ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Le Parti de la liberté (FPÖ) mène une politique cohérente depuis le début des années 1980 lorsqu’il s’agit de lutter contre l’immigration illégale et les abus du système d’asile. Les récents développements en Afghanistan montrent également qu’il aurait probablement été plus sage de ne pas envoyer de soldats européens en Afghanistan pour pacifier le pays, mais de former systématiquement ces hommes jeunes et forts qui ont demandé l’asile en Europe au cours des 20 dernières années et de les renvoyer dans leur pays ancestral pour y combattre pour la liberté. Bien sûr, il ne faut pas se réjouir de la prise de pouvoir par les talibans, mais il serait fondamentalement erroné d’ouvrir les portes de l’Europe à tous les Afghans qui veulent y venir. Au lieu de cela, il convient de créer une voie de sortie alternative au sein du continent afin d’offrir protection et assistance à ceux qui sont effectivement persécutés dans la région et — dès que possible — de leur permettre de rentrer dans leur pays.

Propos recueillis par Yann Vallerie et Lionel Baland. Ci-dessous, les autres questions de nos confrères européens.

Álvaro Peñas, El Correo de España (Espagne) : Le chancelier Kurz s’est rangé du côté de la Hongrie, qui refuse les quotas de réfugiés afghans. Pensez-vous que le gouvernement autrichien conservateur puisse maintenir cette position si les Verts sont ses alliés ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Il convient de noter d’emblée que l’Autriche ne dispose pas actuellement d’un gouvernement conservateur. Alors que le chancelier Sebastian Kurz proclame une ligne prétendument dure à l’égard des immigrants afghans en Autriche, son ÖVP vote au Parlement européen, entre autres, pour la réinstallation des réfugiés afghans, l’introduction d’un mécanisme de répartition, la délivrance de visas humanitaires, l’arrêt de tous les rapatriements et la réévaluation de toutes les décisions négatives en matière d’asile. Ce comportement de vote correspond également à la ligne pro-immigration des Verts et ici aucune différence entre l’ÖVP et les Verts n’est perceptible.

Álvaro Peñas, El Correo de España (Espagne) : Qu’apporte une telle coalition pour l’Autriche, et que pensez-vous de l’hystérie climatique dans les médias ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Ce gouvernement fédéral s’est jusqu’à présent montré incapable d’agir sur tous les défis majeurs, et cela se reflète également dans les derniers sondages, où la coalition gouvernementale a désormais perdu sa majorité au sein de la population. La couverture médiatique alarmiste du changement climatique laisse penser qu’après l’hystérie du Corona, celle du climat sera la prochaine.

Álvaro Peñas, El Correo de España (Espagne) : La campagne du gouvernement contre l’islam politique est-elle réelle ou simplement une campagne d’image ? Que veut faire le FPÖ contre l’islamisation ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Tout aussi invraisemblable que le débat sur l’immigration est la discussion autour de la lutte contre l’islam politique. Lorsqu’il était au gouvernement, le FPÖ a montré que l’islamisme ne pouvait être combattu efficacement que si des mesures restrictives sont prises à son encontre.

Par exemple, j’ai fait expulser, lorsque j’étais ministre de l’Intérieur, de nombreux imams. Il ne faut pas s’attendre à cela de la part de l’actuel ministre de l’Intérieur de l’ÖVP, M. Nehammer. Au contraire, son ministère a échoué de manière catastrophique à l’approche de l’attaque terroriste de Vienne en novembre 2020, car celle-ci aurait pu être évitée.

Álvaro Peñas, El Correo de España (Espagne) : Les sondages montrent que le FPÖ est en train de remonter dans l’estime des électeurs. Pensez-vous que le FPÖ jouera à nouveau un rôle clé dans la formation d’un gouvernement lors des prochaines élections ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Grâce à la position cohérente et sans équivoque du FPÖ concernant les mesures du gouvernement fédéral prises dans le domaine du Covid-19 et à propos des restrictions totalement excessives des droits civils, le FPÖ a réussi à stabiliser à nouveau sa cote de popularité autour de la barre des 20 %. Nous allons poursuivre notre chemin avec persévérance et notre objectif est de redevenir une force déterminante en Autriche à moyen terme.

Leo Marić, Vokativ (Croatie) :  Le Parti autrichien de la liberté (FPÖ) a mené la campagne contre l’introduction de l’euro à la fin des années 1990, tandis qu’au début des années 2010, il a avancé la proposition d’introduire une monnaie « euro nord » et une « euro sud » dans l’UE. Quelle est la position du FPÖ sur l’euro aujourd’hui ? 

Herbert Kickl (FPÖ) : En raison de la crise du Corona, le débat économique sur l’euro est pour l’instant relégué au second plan — mais le fort endettement de l’Union, dû précisément à cette crise, ainsi que le surendettement massif des différents États membres, vont bientôt remettre sur le tapis la question de l’avenir de la monnaie unique. La position sur l’euro est inextricablement liée à la question de notre position sur l’Union européenne. Et là, les récents développements ont montré une fois de plus que l’Union est incapable de gérer une crise. Le FPÖ est favorable à la coopération entre les États européens souverains, mais l’union monétaire commune ne devrait être façonnée que par les États qui appartiennent à des économies comparables.

Leo Marić, Vokativ (Croatie) : L’Autriche étant membre de l’Initiative des Trois Mers, quelle est la position du FPÖ sur l’orientation future de cette initiative et sur le rôle de l’Autriche dans celle-ci ? Par ailleurs, que pensez-vous des récentes allusions de l’Allemagne à une éventuelle adhésion de l’Allemagne à l’initiative ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Tout renforcement de la coopération centre-européenne dans le domaine économique est judicieux et souhaitable. L’implication de la République fédérale d’Allemagne serait en principe désirable. Toutefois, compte tenu de l’orientation de la politique (étrangère) de Berlin, une telle intégration serait surtout source de troubles et compliquerait considérablement, voire saperait, les positions communes, que l’on peut certainement trouver parmi les membres actuels.

Leo Marić, Vokativ (Croatie) :  Le FPÖ a été l’un des rares partis européens du camp dit national-populiste à s’élever courageusement contre la dictature du corona et à s’opposer systématiquement aux mesures épidémiologiques répressives. Selon vous, quelles sont les raisons des différentes approches des divers partis nationaux-populistes européens sur cette question, et quel en sera le résultat ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Il est apparu ces derniers mois que les Etats dont les présidents ou chanceliers veulent être perçus comme des « élèves modèles » particuliers dans le concert européen sont prêts à prendre des mesures particulièrement restrictives à l’encontre de leur propre population. Il convient de mentionner ici la chancelière allemande Angela Merkel et le chancelier autrichien Sebastian Kurz. M. Kurz, par exemple, a accepté sans sourciller des violations de la constitution et les a ensuite rejetées en les qualifiant d’« arguties juridiques ».

En fait, tout gouvernement a intérêt à en savoir le plus possible sur les activités de chaque citoyen et à prévenir les protestations dans les rues. Le fait que des retraités non armés et pacifiques soient matraqués lors de manifestations fait désormais partie de la « nouvelle normalité » est l’une des particularités de cette « crise corona », qui se transforme de plus en plus en « crise démocratique ».

Daniele Scalea, Centro Machiavelli (Italie) : Quel est l’état des relations avec la Lega de Matteo Salvini ? Les médias italiens font souvent état, dans les coulisses, du désir de ce parti de se rapprocher du PPE (Parti Populaire Européen, regroupant des formations démocrates-chrétiens et conservatrices).

Herbert Kickl (FPÖ) : La Lega est un parti ami du FPÖ depuis de nombreuses années et nous avons appris à connaître et à apprécier Matteo Salvini comme un partenaire fiable.

Ričardas Čekutis, Respublika (Lituanie) :  L’Autriche soutiendrait-elle des sanctions strictes contre le Belarus pour avoir organisé l’immigration illégale vers l’UE, couperait-elle le régime de Minsk du système de paiement international SWIFT et gèlerait-elle tous les avoirs de l’État bélarussien et les fonds de ses fonctionnaires et oligarques dans les banques étrangères ? Ou bien une telle politique d’isolement total du Belarus ne ferait-elle que pousser Lukashenko encore plus dans les bras de Moscou ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Le FPÖ a fait l’expérience douloureuse de ce qu’est l’ingérence d’autres États dans les affaires intérieures, et nous ne commettrons donc pas cette erreur. En fait, nous condamnons fermement la restriction des droits civils et de la liberté des médias au Belarus. S’il existe des preuves solides à l’appui de l’allégation selon laquelle le régime de Minsk organise l’immigration illégale vers l’UE, il va de soi qu’il doit y avoir des conséquences.

« Notre culture occidentale ne peut tolérer l’immigration des pays islamiques qu’à doses homéopathiques » 

Ričardas Čekutis, Respublika (Lituanie) :  Après le fiasco américain en Afghanistan, l’invasion des « réfugiés » afghans en Europe bat son plein, et les Américains eux-mêmes dépensent déjà des milliards de dollars pour « l’intégration » des Afghans déportés là-bas. Quelle est la position de l’Autriche à ce sujet ? L’Europe doit-elle également gaspiller de l’argent pour intégrer des personnes issues d’une culture étrangère ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Le FPÖ s’oppose systématiquement à l’importation de réfugiés afghans en Europe, car l’intégration en Occident de personnes issues de cultures archaïques pose d’énormes problèmes. Il nous semble beaucoup plus judicieux de créer une alternative aérienne à l’intérieur du continent à proximité immédiate de l’Afghanistan, afin que le retour des demandeurs d’asile dans leur pays d’origine réel puisse se faire le plus rapidement possible.

Ričardas Čekutis, Respublika (Lituanie) : Pourquoi l’Europe n’a-t-elle pas réussi à intégrer la diaspora musulmane au cours des cinquante dernières années et pourquoi continue-t-elle à créer des ghettos fermés dans les pays de l’UE où les lois nationales sont de facto invalides mais où la « charia » est parfaitement valable ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Cette question part du principe que l’islam peut être intégré en Europe. De grands spécialistes comme Bassam Tibi ou Hamed Abdel-Samad y voient des problèmes de principe, et l’expérience des agglomérations européennes nous montre que notre culture occidentale ne peut tolérer l’immigration des pays islamiques qu’à doses homéopathiques. Par conséquent, nous ne parviendrons pas à maîtriser les problèmes liés aux contre-cultures islamiques, même en poursuivant les efforts d’intégration.

Ričardas Čekutis, Respublika (Lituanie) : L’Autriche serait-elle favorable à une protection stricte des frontières extérieures de l’UE et à la construction de barrières infranchissables pour les migrants illégaux ?

Herbert Kickl (FPÖ) : L’Autriche officielle de 2021 avec le chancelier Sebastian Kurz et son vice-chancelier vert ne soutiendraient pas de telles mesures. Le FPÖ exige à la fois des mesures de construction et la volonté de protéger les frontières à long terme. En tant que ministre de l’Intérieur, par exemple, j’ai installé ma propre force de protection des frontières, dont la tâche consistait uniquement à s’occuper de cette protection. L’une des premières mesures du nouveau gouvernement fédéral de Sebastian Kurz a été de dissoudre cette force de protection des frontières.

Mariann Őry, Magyar Hírlap (Hongrie) : Quel type de coopération suggérez-vous entre la Hongrie et l’Autriche pour faire face à l’immigration clandestine, comment voyez-vous la politique migratoire hongroise ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Le FPÖ a toujours poussé à la coopération entre l’Autriche et la Hongrie — en particulier dans le domaine de la migration — et est très favorable à la politique migratoire critique du Premier ministre Orbán. Il serait judicieux, par exemple, de mettre en place une surveillance commune — avec des agents de sécurité autrichiens et hongrois — aux frontières extérieures de l’UE, afin que la Hongrie ne supporte pas seule cette charge financière.

Mariann Őry, Magyar Hírlap (Hongrie) : Quel impact pourrait avoir le départ de Mme Merkel sur la politique autrichienne et européenne ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Compte tenu des personnes qui espèrent succéder à Angela Merkel lors des élections législatives allemandes, nos attentes sont plutôt faibles quant à une amélioration notable de la politique allemande.

Bogdan Sajovic, Democracija (Slovénie) : Votre parti préconise l’introduction d’un euro « nord dur » et d’un euro « sud doux ». Comment voulez-vous procéder (critères, parité…), faut-il deux banques centrales, qu’est-ce que cela signifie pour la stabilité de l’Union ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Compte tenu de la crise actuelle du Corona, la dette des États européens a augmenté massivement. Les critères de convergence, initialement considérés comme irrévocables ne sont plus valables. Presque aucun État ne remplit les conditions relatives au déficit, au niveau d’endettement et au taux d’inflation. Depuis des mois, le débat se poursuit en coulisses sur la restriction toujours plus grande de l’argent liquide et l’introduction d’un euro numérique. Tous ces développements conduisent à une situation dans laquelle les payeurs nets sont une fois de plus censés assumer les dettes des États bénéficiaires nets. Ce calcul ne peut fonctionner, d’autant plus qu’après la crise de l’euro de 2008/2009, les États du Nord se sont déjà vu transférer les dettes des États du Sud. Nous préconisons donc qu’une union monétaire n’intègre que les États qui ont des économies comparables et qui peuvent donc aussi gérer leurs économies ensemble.

Bogdan Sajovic, Democracija (Slovénie) : Que pensez-vous des tentatives de censure (notamment sur Internet) que les élites mondialistes tentent d’imposer en accord avec l’Eurocratie de Bruxelles ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Internet pourrait enrichir massivement la culture démocratique si la liberté d’expression n’était pas en permanence persécutée à grande échelle par des régimes à tendance autoritaire au moyen de procédures de censure. Par conséquent, nous rejetons toute tentative d’influence, de censure et également de pression sur les utilisateurs individuels sur les différentes plateformes. Les grandes plateformes numériques ne sont que trop heureuses d’exécuter ces souhaits d’intimidation des gouvernements, car leurs privilèges fiscaux dépendent également de leur coopération avec les différents gouvernements et le Conseil de l’Union européenne. Il en résulte une alliance impie entre les géants de la technologie et l’Union.

Zur Zeit (Autriche) : Du point de vue de votre parti, quelle importance accordez-vous à la coopération avec des forces de même sensibilité dans d’autres pays européens ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Depuis 2006, le FPÖ prône massivement la coopération avec les partis de droite européens. Quiconque se soucie de l’avenir de l’Europe doit s’efforcer de faire converger les forces patriotiques et libérales. La complaisance nationale n’a pas sa place ici, car les défis sont multiples et nombre d’entre eux ne peuvent être résolus que dans le cadre d’un consensus européen.

Zur Zeit (Autriche) : Où voyez-vous les atouts du FPÖ en Europe ? Que peut apporter ce parti pour une meilleure Europe loin du centralisme ?

Herbert Kickl (FPÖ) : Le Parti de la Liberté — contrairement à de nombreux partis nouvellement fondés — a une longue tradition dans le champ politique et jouit donc également d’une grande acceptation au sein de la droite européenne. En raison de la position géopolitique de la République alpine, l’Autriche joue un rôle beaucoup plus important que ce ne serait le cas sur la base de la taille de sa population. En raison de la structure fédéraliste de la République d’Autriche, cet aspect revêt une grande importance dans le débat politique du pays. Et plus de fédéralisme serait également très bon pour l’Union.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

2 Commentaires

  1. Mendès France, un fasciste :

    Le 18 janvier 1957, discours à l’Assemblée nationale, il vote contre le Traité de Rome prédisant la dictature de l’Urocrassie, avec Le Pen …

    « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une ‘politique’, au sens le plus large du mot, nationale et internationale »

  2. en 1940 les britanniques ont accueillis des milliers de combattants européens, tous sont repartis guerroyer en europe occupée
    les afghans doivent faire de même et aller sur le terrain combattre la tyrannie, pas dans un salon

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés