Terreur sanitaire. Michel Cymes veut « demander des comptes » aux soignants non vaccinés [Vidéo]

A LA UNE

Le médiatique docteur de l’audiovisuel public Michel Cymes souhaite « demander des comptes à ceux qui ont été médecins ou infirmières et qui ont refusé de se faire vacciner ». Le même qui considérait le Covid-19 comme une « grippette » en mars 2020…

Les non vaccinés, des criminels pour Michel Cymes ?

Dans la longue liste des médecins de plateau de télévision qui se sont bousculés devant les caméras depuis le début de la crise du Covid-19 pour asséner à la plèbe tout et son contraire avec un aplomb sidérant, le très médiatique Michel Cymes occupe une place de choix.

Avec le ton inquisiteur qu’on lui connaît, celui qui coanime l’émission santé « Vitamine C » sur la chaîne de service public France 2 a lancé une nouvelle charge contre les non vaccinés au micro de Yahoo le 12 octobre. Et plus particulièrement contre le personnel soignant réfractaire à se faire injecter l’un des vaccins actuellement disponibles en France contre le SARS-CoV-2 :

« Quand on prend ce genre de responsabilité, celle de ne pas se faire vacciner, il faut se regarder dans la glace le matin en se disant : « Oui, je peux tuer des gens dans la journée » ».

Le vaccin n’empêche pas la transmission du virus…

N’étant plus à une approximation près, Michel Cymes poursuit en expliquant que « le virus circule encore, il y a encore des gens fragiles qui vont être contaminés, qui vont probablement mourir ».

Des décès qui engageraient donc « la responsabilité de ceux qui ont refusé de se vacciner et qui vont donc transmettre ce virus à des gens qu’ils vont croiser et qui, eux, n’auront peut-être pas pu se faire vacciner pour des raisons médicales : contre-indications, un système immunitaire qui ne supporte pas la vaccination ».

Avant de déclarer qu’il « refuse de débattre avec des antivax ». « Ça fait un an qu’on explique les risques qu’on prend pour soi et surtout pour les autres. Un an qu’on explique que dans ‘Liberté, égalité, fraternité’ il y a aussi ‘fraternité’. C’est leur problème. », ajoute-t-il.

Ce plaidoyer totalement à charge contre les non vaccinés de la part de Michel Cymes, malgré ses accents impérieux, vient se briser sur une réalité scientifique confirmée par plusieurs études dans différents pays au cours des derniers mois : les personnes vaccinées peuvent également contracter le Covid-19 puis le transmettre à d’autres individus.

Une situation qui a même conduit, dans certaines zones des États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés.

Toujours aux USA, les déclarations d’Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses (National Institute of Allergy and Infectious Diseases, NIAID) et principal responsable de la stratégie sanitaire américaine face au Covid-19, le 28 juillet dernier étaient sans équivoque : « Lorsque l’on analyse le niveau de charge virale dans le nasopharynx d’une personne vaccinée et infectée par le variant Delta, c’est exactement le même que celui relevé dans le nasopharynx d’une personne vaccinée ». Des données que Michel Cymes n’a visiblement, volontairement ou non, pas pris en compte…

Quand Michel Cymes ne voyait « aucune raison de s’inquiéter » face au Covid-19

De plus, le médiatique médecin estime « qu’un jour il faudra demander des comptes à ceux qui ont été médecins ou infirmières et qui ont refusé de se faire vacciner pour des raisons qui leur sont probablement personnelles ». Mais, si à l’entendre en ce mois d’octobre 2021, les professionnels de santé non vaccinés seraient presque passibles de la cour d’assises, Michel Cymes, toujours avec ce même aplomb caractéristique, tenait sur les plateaux de télévision un discours totalement contradictoire au début de la pandémie.

Au mois de mars 2020, tandis que doute, prudence et précaution auraient dû être les maîtres mots en France face a ce virus inconnu provenant de Chine, le docteur Cymès se disait, sur Europe 1, « absolument pas inquiet ! ».

À l’époque, il assurait qu’il s’agissait simplement « d’un virus de plus, qui ressemble à la grippe ». Dans l’émission « Quotidien » sur TMC, Michel Cymes avait même déclaré au sujet du Covid-19 : « Ce n’est pas une grippette, mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

5 Commentaires

  1. Pour qui il se prend ce petit O.R.L. il dit tout et son contraire, et se permet d’insulter, plus grave de traiter d’assassin ceux qui ne veulent pas du vaccin, mais qu’attend l’ordre des médecins !!!! « il parait que la connerie ça se cultive, lui c’est le géant vert …

  2. Michel CYMES s’est fait vacciner et ça se voit, il a le cerveau dérangé !!!
    S’il fait beaucoup de TV c’est parce quil doit être nul en médecine !

  3. Les comptes sont à demander à tous ces toubibs VRP des labos qui, pour préserver leurs commissions, ont fait obstruction aux traitements qui fonctionnent dans les pays qui rejettent la vaccination

  4. Mais quel tocard: injecter pourquoi?

    1) Par « solidarité » avec les personnes fragiles ne pouvant se faire injecter?
    Les injectés ayant la même charge virale que les non-injectés, ils sont tout autant vecteurs et représentent donc le même risque pour une personne fragile non-injectable, l’argument de la solidarité ne tient pas!

    2) Prévenir la saturation des hôpitaux à l’approche de la saison froide?
    Pourquoi alors PERSONNE ne recommande les prophylaxies EFFICIENTES et dépourvues d’effets indésirables: VitD, Zinc, Sélénium

    Les carences en Zinc et Sélénium sont très délétères aux patients hospitalisés puisque les patients qui ne présentaient pas cette carence ont plus souvent survécu au Covid-19, sont tombés nettement moins gravement malades et se sont rétablis plus rapidement!
    Source: https://www.mdpi.com/2072-6643/13/10/3304/htm

    Une méta-analyse confirme que la carence en Vitamine D accroît le risque d’hospitalisation et la mortalité de l’infection!
    Source: https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10408398.2020.1841090

    3) Puisque l’injection n’est pas immunisante, les injectés sont en plus des incubateurs de variants. Ils sont enfin soumis à une mortalité et une morbidité catastrophiques au regard de la maladie qu’ils prétendent soigner!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés