Saint-Omer de Blain : un chef d’entreprise privé de téléphone et d’ADSL depuis plus d’un mois !

Abonné chez Bouygues Telecom, ce chef d’entreprise n’a plus ni téléphone fixe, ni Internet depuis plus d’un mois – tout passe par son téléphone portable qui ne reçoit plus non plus, la maison étant située dans une zone blanche.

Les semaines passent et la situation n’évolue pas pour ce chef d’entreprise, artisan plombier, dans un hameau de Saint-Omer de Blain, à l’ouest de la commune de Blain, dans le centre-nord de la Loire-Atlantique : « il n’y a plus d’ADSL ni de téléphone fixe, on me dit chaque vendredi que je vais être rétabli le mardi suivant, et rebelote, ils ne peuvent pas intervenir car mon cas est compliqué, paraît-il, alors qu’en tant qu’entreprise, ils devaient me rétablir sous 48 heures. Tout est renvoyé sur mon portable, je réponds quand ça passe, ou entre deux chantiers, ce n’est vraiment pas pratique ».

Tout a commencé le 18 décembre dernier, « un samedi. J’ai été coupé tout d’un coup, en pleine journée. Bon, j’ai appelé lundi, on m’a dit que je ne serai rétabli que le 24, à 17 heures. Je me suis dit que ça m’étonnerait, je me suis organisé en conséquence, et évidemment il ne s’est rien passé. Je rappelle après les fêtes, on me dit ça ne sera pas avant le 20 janvier, j’ai gueulé, alors ils m’ont passé une antenne 4G, sauf qu’ici, ça ne reçoit pas ou très irrégulièrement, on est vraiment dans un point bas. Je paie un abonnement entreprise, et tout ça pour m’entendre répondre que je ne serai rétabli que le 25 janvier maintenant, et comme je ne vois rien bouger, on me dira que c’est le 30, et ainsi de suite ».

La panne initiale semble être liée à une cause extérieure, et à l’intervention d’un autre opérateur : « j’ai appris par la suite que le 18, un élagueur a descendu un poteau par mégarde, et Orange est venu intervenir pour rétablir ses abonnés. Alors, il y aurait eu une histoire d’un fil trop court, et l’on aurait pris mon contact dans le boitier pour réalimenter les abonnés Orange, me coupant moi. Et maintenant, ce serait toute une histoire pour me réalimenter ».

Cet artisan n’est guère étonné : « je circule beaucoup, et l’état de l’infrastructure téléphonique est déplorable : on voit des câbles tombés des poteaux, qui sont dans le fond des fossés, des fils parfois sortis des gaines, des brins qui sont dans un état… ce n’est pas étonnant qu’il y a des pannes à répétition. Mais plus d’un mois sans internet et téléphonie, et personne pour me dire quand je serai rétabli et tenir le délai, c’est quand même vraiment n’importe quoi ».

Nous avons contacté l’opérateur, qui promet de faire le nécessaire pour débloquer la situation et venir en aide à cet abonné.

Double peine pour les ruraux

Néanmoins, le mauvais état des réseaux téléphoniques physiques à la campagne est une question qui fait réagir, alors que des hameaux restent parfois privés des semaines, voire des mois suite à des pannes : « dès qu’on a un problème de cuivre, avec les installations physiques je veux dire, c’est l’enfer, Orange traîne vraiment des pieds pour intervenir », confirme un technicien de SFR.

« On nous dit qu’ils ne veulent plus mettre d’argent dans le réseau cuivre car la fibre arrive en 2023, mais en attendant, faut bien que ça fonctionne. Pour les gens qui sont à la campagne, c’est la double peine, et ce n’est pas sûr que lorsqu’on aura tiré la fibre partout, ça soit la fin des pannes, car les câbles de la fibre se font aussi régulièrement arracher un peu partout. En même temps, ça arrange Orange car beaucoup de ruraux gardent l’abonnement France Telecom historique à 100 francs par mois [forfait téléphone fixe seul d’Orange, 17.96 € par mois maintenant, 118 francs] histoire de pouvoir quand même être joignables en cas de coupure, de tempête ou autre.

 La situation est quand même dingue : on a des décideurs qui veulent attirer des médecins, des commerces à la campagne, déconcentrer les villes, mais qui sont incapables de faire en sorte que le réseau téléphonique et internet, indispensable à leur activité, fasse son travail, c’est-à-dire qu’il fonctionne 24/24, 7 jours sur 7, 365 jours par an, et nous, généralement, si Orange ne veut pas intervenir, on ne peut rien faire ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Nous avons eu les mêmes problèmes pendant près de 10 jours sur St Clément de rivière (34)
    avec ce même fournisseur .
    Bizarres ces coupures ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS