Irlande du Nord. Des prisons touchées par les problèmes de drogue, les catholiques moins bien traités ?

Plus d’un détenu sur 10 à la prison de Magilligan, dans le comté de Derry, en Irlande du Nord, aurait développé un problème lié à la drogue pendant son incarcération dans l’établissement.

C’est ce que rapport le Belfast Telegraph dans un papier paru ce lundi 28 février 2022.

Les rapporteurs de Criminal Justice Northern Ireland (CJI) et de Her Majesty’s Inspectorate of Prisons in England Wales (HMIP) ont également constaté que le dépistage obligatoire des drogues à Magilligan présentait un taux moyen de tests positifs plus élevé que dans la plupart des prisons similaires.

Ils ont déclaré que les drogues illicites et les médicaments prescrits étaient facilement accessibles.

Il y a eu une augmentation du nombre de prisonniers avec des médicaments à haut risque et ils n’étaient pas sûrs que les dispositions de contrôle « étaient suffisamment solides pour empêcher le détournement et le commerce », ont-ils poursuivi.

Malgré les problèmes liés à la toxicomanie, un cinquième des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête menée par les inspecteurs auprès des détenus ont déclaré qu’il leur était « très difficile » de consulter un agent spécialisé dans la toxicomanie.

Près des trois quarts des personnes interrogées ont déclaré avoir un problème de santé mentale, la moitié d’entre elles affirmant que leur santé mentale s’était détériorée pendant leur séjour en prison, tandis que 51 % ont déclaré n’avoir reçu aucune aide pour leur santé mentale après leur arrivée en prison.

L’utilisation de substances illicites et de médicaments prescrits détournés constitue une menace majeure pour la prison, ont déclaré les rapporteurs, qui l’ont identifiée comme une préoccupation majeure au même titre que les normes d’hygiène au sein de la prison.

Suite à une inspection menée en mai et juin de l’année dernière, les inspecteurs ont déclaré : « Les normes de propreté de certaines unités étaient médiocres et présentaient des risques considérables pour la santé. »

Ils poursuivent : « L’intérieur de la plupart des unités d’hébergement était en mauvais état, bien que la plupart des cellules étaient propres et exemptes de graffitis. La propreté des zones communes variait considérablement d’une unité à l’autre. Les dirigeants n’avaient pas fixé des normes suffisamment élevées et la supervision des nettoyeurs était limitée. »

Les recommandations formulées lors d’inspections précédentes, selon lesquelles certaines unités « devraient être remplacées par des logements plus adaptés et plus sûrs« , n’ont pas été mises en œuvre, selon le rapport d’inspection.

Les inspecteurs ont également constaté « une certaine différence dans les expériences rapportées des prisonniers catholiques », qui représentaient la moitié de la population carcérale au moment de l’inspection et ont expliqué : « On nous a souvent dit qu’en raison de facteurs communautaires, les prisonniers catholiques avaient beaucoup moins de chances de pouvoir assister à des funérailles familiales que les prisonniers d’autres confessions. La prison avait essayé de trouver certaines alternatives, comme des installations d’appel vidéo, mais il fallait faire davantage pour assurer la parité. »

Les inspecteurs ont également déclaré que l’aumônerie « n‘était pas aussi visible ou bien intégrée dans la vie de la prison que ce que nous voyons dans d’autres prisons, ce qui a limité la fourniture d’un soutien spirituel et pastoral ».

Ils ont toutefois félicité la prison pour les efforts qu’elle a déployés afin de protéger les détenus et le personnel pendant la pandémie, tout en maintenant un régime où les détenus ne sont pas en cellule pendant une grande partie de la journée.

Jacqui Durkan, inspectrice en chef du CJI, et Charlie Taylor, inspecteur en chef du HMIP, ont déclaré : « Cette décision précoce et courageuse contrastait fortement avec l’approche adoptée en Angleterre et au Pays de Galles, qui voyait les prisonniers passer de longues périodes enfermés dans leur cellule. »

Ils ont également déclaré : « À l’exception préoccupante de l’accès aux substances illicites et des taux élevés de tests de dépistage de drogues positifs, tous les autres éléments indiquent que l’établissement continue d’offrir un environnement stable et sûr, avec très peu de violence et une approche de la protection des personnes vulnérables qui permet une bonne supervision et coordination des soins personnels ».

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !