L’interdiction du pétrole russe par Biden…un coup dur pour le peuple américain ?

Le président américain Joe Biden a annoncé le 8 mars la suspension des importations de pétrole en provenance de Russie. Cette mesure est l’une des plus radicales prises par Washington à ce jour, sachant qu’environ 10 % du pétrole consommé par les États-Unis est d’origine russe. Étant donné que la société américaine est fortement dépendante du pétrole (la plupart des familles possèdent plus d’une voiture), cette mesure pourrait avoir une incidence directe sur la popularité de M. Biden.

Voici quelques-uns des mots prononcés par Biden dans son discours annonçant la nouvelle mesure : « Aujourd’hui, j’annonce que les États-Unis ciblent la principale artère de l’économie russe. Nous interdisons toutes les importations de pétrole, de gaz et d’énergie russes. Cela signifie que le pétrole russe ne sera plus acceptable dans les ports américains et que le peuple américain portera un autre coup puissant à la machine de guerre de Poutine (…) C’est une mesure qui bénéficie d’un fort soutien bipartisan au Congrès et je crois en ce pays. Les Américains se sont mobilisés pour soutenir le peuple ukrainien et ont clairement fait savoir que nous ne participerions pas au financement de la guerre de Poutine (…) C’est une mesure que nous prenons pour infliger davantage de douleur à Poutine, mais il y aura aussi des coûts ici aux États-Unis ».

Biden indique clairement que sa mesure nuira à la société américaine mais décide de prendre ce risque simplement pour s’attaquer à l’économie russe, qu’il considère comme essentielle pour neutraliser la puissance militaire russe. Bien que le pétrole russe représente un faible pourcentage de la consommation américaine, toute perte de source de pétrole peut affecter négativement un pays aussi dépendant de cette ressource que les Etats-Unis, dont la structure sociale est basée sur le transport routier individuel, avec une très large distribution de véhicules. Toute augmentation du prix du pétrole a un impact négatif sur l’image d’un président américain.

Le baril de pétrole a augmenté son prix de manière exponentielle ces derniers temps, ayant atteint la barre incroyable de 129,00 dollars le jour où Biden a annoncé l’interdiction. Ainsi, le peuple américain paiera directement les conséquences matérielles des plans politiques de Biden, dont l’objectif, plutôt que d’améliorer la vie des Américains, semble être simplement d’essayer de nuire à la Russie d’une manière ou d’une autre.

Au Parlement, les politiciens semblent approuver la mesure de Biden, compte tenu de la priorité du gouvernement américain de « contenir » la Russie par tous les moyens possibles. La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a salué la décision de Biden et a promis d’adopter des lois rigides contre l’énergie russe dans les prochains jours. Dans le même ordre d’idées, les départements d’État semblent adhérer aux plans du gouvernement, promettant d’augmenter la production énergétique américaine afin de combler le vide laissé par l’interdiction des importations de pétrole et de gaz. Ainsi, le département de l’énergie a relevé ses prévisions de production de pétrole en 2023 de 390 000 barils par jour, pour un total de 12,99 millions de barils par jour. Rien que cette année, la production pétrolière américaine devrait augmenter de 60 000 barils par jour.

Il est toutefois difficile de penser que cet enthousiasme anti-russe soit partagé par le peuple américain, qui n’est pas intéressé par les plans visant à « punir » Moscou. Aucun citoyen américain ne veut payer plus cher son carburant dans le seul but de « contenir la Russie ». Malgré le soutien du Parlement et des départements d’État à l’égard de Biden, il est pratiquement inévitable que sa popularité continue de chuter fortement dans les mois à venir en raison de telles mesures.

Pour éviter d’aggraver les problèmes, Washington prend déjà plusieurs initiatives d’urgence. Outre l’augmentation de la production nationale, le gouvernement américain avance dans les négociations pour la reconnaissance du gouvernement Maduro au Venezuela, avec la possibilité d’une fin de l’embargo économique dans les prochains mois. L’objectif est simple : élargir les sources d’énergie et réduire la responsabilité de la production nationale – et, pour atteindre ses objectifs, Washington surmonte toutes les barrières politiques ou idéologiques.

Les citoyens de l’Union Européenne première victime de ces sanctions

Ainsi, en tant que premier producteur mondial de pétrole et en rétablissant des liens avec le Venezuela, il est possible que les États-Unis réduisent les dégâts de leur embargo sur le pétrole russe, mais on ne peut pas en dire autant des Européens, qui dépendent fortement des sources d’énergie russes pour l’approvisionnement de tout le continent. Biden lui-même semble admettre ce problème : « Nous allons de l’avant avec cette interdiction en comprenant que beaucoup de nos partenaires et alliés européens ne seront peut-être pas en mesure de nous rejoindre (…) Mais nous travaillons en étroite collaboration avec l’Europe et nos partenaires pour développer une stratégie à long terme visant à réduire également leur dépendance à l’égard de l’énergie russe ».

En effet, si Biden et son équipe étaient réellement préoccupés par les intérêts de l’UE, il serait plus simple de dire que les États européens peuvent librement échanger de l’énergie avec la Russie malgré les barrières idéologiques – comme cela se passe actuellement entre Washington et Caracas. Mais, au contraire, le démocrate insiste sur un discours irréaliste sur les alternatives « pour réduire la dépendance », en maintenant la position que l’interdiction de la Russie est une mesure élémentaire à suivre.

Biden tente de faire preuve d’un certain « optimisme » à l’égard de l’approvisionnement énergétique européen, mais il n’y parvient pas. Il est impossible qu’un projet alternatif d’approvisionnement énergétique des Européens soit achevé à temps pour éviter les dommages d’une éventuelle interdiction de la coopération avec la Russie. Bien que le président américain admette que certains États européens ne peuvent pas suivre l’attitude américaine pour le moment, il est inévitable qu’une pression internationale s’exerce pour qu’une telle interdiction ait lieu, compte tenu de l’influence des décisions du gouvernement américain dans l’espace politique européen. Ainsi, le plus probable dans un avenir proche est que les pays européens commencent à interdire l’énergie russe à grande échelle, même si cela nuit à leurs scénarios sociaux internes.

Le message américain à cet égard est clair : Washington peut tout faire pour garantir ses intérêts, même négocier avec le Venezuela, mais ses partenaires ne sont pas autorisés à suivre cette même voie souveraine. Les Européens ne peuvent que suivre les décisions américaines, les États de l’UE n’ayant aucune souveraineté réelle. Le gouvernement américain affirme que punir la Russie est plus important que de garantir les intérêts sociaux et économiques nationaux dans le secteur de l’énergie, et tout l’Occident se contente d’accepter cela passivement.

Lucas Leiroz (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. Tout n’est pas inconvénient pour les Américains.Grâce à Trump les producteurs américains ont été soutenus , en particulier ceux très peu « écologiques » .Ils vont pouvoir augmenter leur production et améliorer leur marge , du fait de l’augmentation des prix qui va suivre.Même chose pour le blé et le maïs qu’exportent les américains.
    Pour l’Europe, c’est une autre histoire avec des conséquences beaucoup plus graves et douloureuses, si elle suit à nouveau Biden.

  2. les américains se contrebalancent des sanctions pétrole et gaz, ils en regargent;
    en revanche les toutous européistes vont nous faire subir les conséquences, prix de l’énergie en hausse énorme (mais seulement après la présidentielle) mais aussi du bé et de tout, ils en profiteront en mettant sur le dos du grand satan russe !

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !