Les cyberattaques américaines contre la Russie pourraient dégénérer en conflit réel

Carl von Clausewitz, un éminent général prussien, a décrit la guerre comme « la simple continuation d’une politique par d’autres moyens« . Cela décrit parfaitement la relation de l’Occident politique avec le monde. Cependant, contre la Russie, il est incapable de mener ce que feu Donald Rumsfeld appelait par euphémisme la « force cinétique ». Cette expression différencie la guerre conventionnelle de la force « douce », limitée à la diplomatie, aux sanctions et à la cyber-guerre. Cette dernière est généralement négligée, bien qu’elle occupe souvent une place centrale dans la géopolitique.

L’avènement de l’ère numérique a donné naissance à la cyberguerre. Si elle était déjà appliquée dans les années 1990, elle a pris de l’ampleur au cours des 20 dernières années. La quasi-totalité des organisations de la planète étant désormais en ligne, nous avons obtenu un accès sans précédent à l’information. Toutefois, cela a ses inconvénients, notamment en ce qui concerne les pirates informatiques, qui ne sont pas nécessairement des « loups solitaires » motivés par l’argent (ou l’idéologie). Les données sur les pirates informatiques sont, au mieux, discutables. Cependant, il existe des informations accessibles au public, notamment celles provenant de structures étatiques qui parlent ouvertement de l’utilisation militaire du cyberespace.

Le général Paul Nakasone, chef du US Cyber Command, a déclaré que les États-Unis menaient des opérations offensives pour « soutenir l’Ukraine« . Dans une interview exclusive pour Sky News, il a expliqué :  » Les opérations de ‘chasse en avant’ permettent aux États-Unis de rechercher les pirates informatiques étrangers et d’identifier les outils qu’ils utilisent contre l’Amérique.  » Nakasone, qui est également directeur de la NSA, a déclaré qu’il était « préoccupé chaque jour par le risque d’une cyberattaque russe » et que les activités de « hunt forward » étaient un « moyen efficace de protéger l’Amérique. » Il a confirmé pour la première fois que les États-Unis mènent des cyber-opérations offensives contre la Russie. « Nous avons mené une série d’opérations sur l’ensemble du spectre : opérations offensives, défensives, [et] d’information« , a-t-il déclaré. Le général n’a pas donné de détails, mais il a affirmé que les activités des hackers de l’armée américaine étaient prétendument « légales, menées avec une supervision civile complète de l’armée et par le biais d’une politique décidée au DoD. » Son travail consiste à « fournir une série d’options au secrétaire à la Défense et au président, et c’est donc ce que je fais« , a-t-il déclaré, refusant de donner d’autres détails.

« Nous avons eu l’occasion de commencer à parler de ce que particulièrement les Russes essayaient de faire dans nos élections de mi-mandat. Nous l’avons vu à nouveau en 2020, alors que nous parlions de ce que les Russes et les Iraniens allaient faire, mais c’était à une plus petite échelle. Notre capacité à partager ces informations, à nous assurer qu’elles sont exactes, opportunes et exploitables à plus grande échelle, a été très, très puissante dans cette crise », a déclaré le général.

Interrogé sur les contre-attaques en réponse aux opérations offensives américaines, Nakasone a répondu : « Nous restons vigilants chaque jour. J’y pense tout le temps. C’est pourquoi nous travaillons avec une série de partenaires pour nous assurer de prévenir cela. » Il a prononcé un discours lors de la CyCon, une conférence sur les cyberconflits, organisée par le Centre d’excellence pour la cyberdéfense coopérative de l’OTAN (CCDCOE) à Tallinn, et a fait l’éloge de la coopération, qu’il a qualifiée d' »avantage stratégique essentiel. »

« Un élément crucial du fonctionnement de la chasse à l’homme est le partage par le Cyber Commandement des renseignements qu’il trouve avec le pays hôte. Si vous êtes un adversaire, et que vous venez de dépenser beaucoup d’argent pour un outil, et que vous espérez l’utiliser facilement dans un certain nombre d’intrusions différentes, tout à coup, il est révélé et il est maintenant signé sur un large éventail de réseaux, et tout à coup vous avez perdu votre capacité à le faire« , a déclaré le général. « Dans l’un de ces déploiements avancés de chasse, des spécialistes militaires américains avaient été présents en Ukraine très près de la date de l’invasion. Nous y sommes allés en décembre 2021 à l’invitation du gouvernement de Kiev pour venir chasser avec eux. Nous y sommes restés pendant une période de près de 90 jours », a-t-il ajouté.

Un porte-parole a confirmé que cette équipe est partie précipitamment après l’intervention de la Russie. Il n’y a pas beaucoup de détails concernant les cyber-opérations américaines, mais ce que nous savons à 100%, c’est ce que Nakasone lui-même a admis – les États-Unis mènent activement des cyber-opérations offensives contre la Russie. Cela peut très bien expliquer les étranges pannes d’électricité dans certaines régions russes, ainsi que d’autres perturbations inattendues de ses infrastructures clés. Le problème n’est pas seulement que la Russie pourrait répondre à ces attaques avec ses propres cyber-opérations, mais aussi avec une « force cinétique », comme l’a défini Rumsfeld. Cela est d’autant plus vrai que les conséquences des cyber-opérations ne se limitent pas au cyberespace. Les pannes d’électricité entraînent des dommages très réels. Les écoles, les hôpitaux, les institutions publiques, etc. reposent tous sur des infrastructures essentielles. Si le résultat de ces attaques s’apparente à une agression armée, la Russie serait obligée de réagir.

Après tout, l’Occident politique lui-même a envisagé cette approche. L’OTAN envisage d’inclure la cyberguerre dans son article 5. Cette clause est le point central de « l’alliance défensive ». L’extension de son champ d’application aux cyber-opérations pourrait conduire à une escalade incontrôlable. Cela révèle également un nouveau cas d’hypocrisie flagrante de l’Occident politique : alors que les États-Unis et leurs satellites mènent des cyber-opérations offensives contre la Russie et s’en vantent ouvertement, ils affirment que ces mêmes cyber-opérations, en réponse aux cyber-attaques des États-Unis et de l’OTAN, déclencheraient la fameuse clause de « défense collective ».

Si les États-Unis et l’OTAN insistent sur le fait que l’article 5 peut être invoqué, pourquoi n’en va-t-il pas de même pour la Russie ? En ce qui concerne la Russie, l‘ »alliance purement défensive » n’a pas à décider ce que la Russie définit comme une menace pour sa sécurité. Ainsi, l’Occident politique pourrait non seulement être confronté à la contre-offensive cybernétique de la Russie, mais aussi à une réponse physique réelle. Comme l’a défini Huntington, « l’Occident a gagné le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion (à laquelle peu de membres des autres civilisations se sont convertis), mais plutôt par sa supériorité dans l’application de la violence organisée ». Les Occidentaux oublient souvent ce fait ; les non-Occidentaux ne l’oublient jamais ».

La Russie peut également « appliquer la violence organisée » d’une manière supérieure à celle de n’importe qui d’autre. Elle espère qu’elle n’en aura pas besoin, mais elle en est très certainement capable. Si l’Occident politique veut empêcher un conflit de portée mondiale, il mettra fin à ses opérations de cybernétique, d’armes biologiques ou autres contre la Russie. Sinon, l' »alliance purement défensive » goûtera finalement à sa propre médecine, en faisant face à la pleine puissance de la « défense » qu’elle a menée contre le monde. Seulement radioactif.

Drago Bosnic, analyste géopolitique 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. « La Russie peut également « appliquer la violence organisée » d’une manière SUPERIEURE à celle de n’importe qui d’autre. » Breizh Info, vous me dégoûtez ! Vous continue à prendre le parti de la Russie en fabriquant du « fake news » à la pelle, vous qui aimez tant les dénoncer chez les autres.

    VOUS FALSIFIEZ LES FAITS : l’OTAN c’est 3,2 millions d’hommes en service actif contre 831 000 russes, 954 milliards de dollars de dépenses militaires contre 66,3, 5 fois plus de chars et d’avions de combat, 8 fois plus de navires de guerre, 13 fois plus de porte-avions ! Et on ne parle pas des drones et des missiles portables (Javelin, Stinger, etc.) dont la Russie manque cruellement sinon elle ne piétinerait pas dans le Donbass.

    Sans compter que ces matériels de guerre occidentaux sont beaucoup plus avancés technologiquement que les vieux matériels russes, on le voit à la défense hyperefficace de l’Ukraine.

    En cas de « violence organisée » la Russie de Poutine n’a aucune chance !

    Reste la menace nucléaire, que Poutine brandit. Elle signerait la fin de la Russie donc, avant toute exécution, la fin de Poutine car sa hiérarchie militaire n’acceptera certainement pas un hara-kiri pour simplement conserver le Donbass !

    1. D’après les spécialistes, pour ce qui est des missiles hypersoniques, Russie et Chine ont plusieurs années d’avance sur les USA. Contre une coalition sino-russe (les occidentaux ne s’y prendraient pas autrement s’ils voulaient la mettre sur pied) l’OTAN aurait affaire à forte partie.

      1. « Russie et Chine ont plusieurs années d’avance sur les USA » Je me demande où vous avez trouvé ça face à des pays qui passent leur temps à mettre des satellites sur orbite avec des fusées fonçant à 11 km/seconde. Le missile hypersonique russe ne semble pas d’une grande efficacité sinon on le verrait plus d’une seule fois intervenir en Ukraine. C’est comme un grand canon, dont la frappe est limitée. Il deviendrait dangereux en cas de guerre nucléaire mais, on l’a vu, ce n’est pas demain la veille car la riposte serait terrible.
        Quant à la coalition sino-russe, quel intérêt pour les Chinois ? Pour conquérir Taiwan qui serait un peu plus dangereuse pour la Chine que l’Ukraine ? Pour aider la Russie à conquérir le Donbass ?

    2. Vous avez du culot tout de même de dénigrer l’étude en étant et citant être pro Russe. Vous ne pensez pas que les USA et leur agence de guerre l’OTAN qui dépensent des centaines de milliards, qui consistent a faire tourner le sacro saint conglomérat militaro business américain avec un budget de 900 milliards aux USA. Ils font des conflits à travers le monde ou en l’initialisant des guerres tel en Irak Syrie Lybie Yémen avec plus de 1,5 million de morts dans la décennie. Je vous informe que l’Irak sur un mensonge d’état parce que ce pays ne voulait plus utiliser de dollars pour la vente de gaz et pétrole tout comme la Syrie et la Lybie. Les USA furieux de voir le désintérêt de leur dieu dollars ont exterminé ces 3 pays et ont provoqué un holocauste exterminateur en Irak 380’000 morts et 60’000 enfants ont contracté des cancers et de leucémies à cause des 120’000 obus à l’uranium tiré par les USA. Le CICR et plusieurs ONG ont témoigné de ce carnage mais l’ONU à dénigré cela tout comme l’Europe. Cette Europe panier de crabe pour redorer le blason dollars, a laissé faire le conflit en Ukraine avec l’OTAN et les USA armant ce pays de dictature qui a massacré 15’000 personnes au Donbass. Non seulement les USA activent la guerre numérique, mais en plus ils nous ont fait la guerre virologique avec un virus de laboratoire connu et activé par une manipulation de virus synthétique avec sa protéine breveté. Les éléments dans le segment du virus provient de la big pharma puisque brevetés aux aussi voilà 5 ans.
      Donc pourquoi les USA veulent une guerre ? La prochaine programmée contre la Chine, guerre Asie Pacifique . L’occident est endettée de 210’000 milliards de dettes irremboursables basées sur le dollars dont le désintérêt croissant en Eurasie Russie et Chine compris, est plus de 65 %. En 2008 on pensait à une dévaluation du dollars mais les USA ont refusé et pourquoi ? Parce que tout ce qui est exprimé en dollars la perte mondiale aurait été supérieure à 500’000 milliards (pétro dollars fonds de placement et d’investissement, banques, hors bilans bancaires aux USA et euro indexé au dollars) Les USA ont donc choisi le conflit des virus, ralentir l’économie et la spéculation lors de l’épidémie. Puis ce conflit en Ukraine sert les intérêts des USA et pourquoi ? Il éditent virtuellement environ 50 milliards de dollars pour l’Ukraine qui sont des garanties bancaires que l’Ukraine devra négocier sur les marchés financiers en alimentant la planche à billet virtuelle. Puis parce que la hausse des matières premières et énergétique ralentissent le volume et la masse monétaire du dollars ni plus ni moins. Il permet aussi de rationaliser les armées, les nouvelles armes en liquidant les anciennes.. Napoléon disait à l’époque déjà qu’il avait 500’000 hommes de rente par année. Sous entendu rationaliser la population pour mieux la diriger. Les USA ont soutenu Hitler au début (IBM Ford ), Staline a fait la même chose en pire. Bref les USA sont les nouveaux dirigeants exterminateurs de la planète. Si ils font un pont trop loin avec la Russie et la Chine alliés comme un bloc, ils auront devant eux 5 milliards de personnes qui ne seront pas du tout d’accord. Et l’OTAN je ne suis pas sûr que l’Europe se sacrifie pour le dieu dollars. Ce conflit a permis aux USA de vendre 400 milliards en armes avions F35 et missiles uniques, gaz et pétrole de schiste (France contrat en juillet dernier pour 2,8 milliards en gaz de schiste et navires métainiers. Voilà vous savez le pourquoi le comment une autre version de la Russie qui n’a pas fait le centième de morts que les USA et surtout en n’utilisant pas des obus à l’uranium

      1. « Vous avez du culot tout de même de dénigrer l’étude en étant et citant être pro Russe » L’étude ? Quelle étude ? Et quel rapport entre être pro-Russe et dénigrer une étude ? Si on est pro-russe on peut alors être de mauvaise foi (comme vous) et dénigrer ce qui ne nous plaît pas ? C’est ça votre recette pour avoir raison ?
        Pour le reste, je n’ai pas lu, c’est trop long et visiblement trop partisan, avec des inventions manifestes.

  2. Une différence majeure entre les Etats-Unis et la Russie est que vous ne trouverez dans la presse russe aucun entretien avec le Nakasone local. Verboten ! Mais qui aurait la naïveté de croire qu’il n’en existe pas ?

    L’auteur de cet article a pompé directement l’interview de Nakasone (https://news.sky.com/story/us-military-hackers-conducting-offensive-operations-in-support-of-ukraine-says-head-of-cyber-command-12625139) en y sélectionnant ce qui pourrait donner l’impression que l’Occident, comme un seul homme réuni autour des Etats-Unis, agresse la Russie, laquelle se contente de riposter (des « contre-attaques en réponse aux opérations offensives américaines »). Volontairement ou par naïveté, sait-on jamais, il se comporte en agent d’influence poutinien.

    Puisqu’il écoute ou lit Sky News, il aurait aussi pu citer cet article paru un peu plus tôt, intitulé « Guerre en Ukraine : le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Union européenne condamnent officiellement la Russie pour une cyberattaque visant une société de satellites » (https://news.sky.com/story/ukraine-war-uk-us-and-eu-officially-blame-russia-for-cyber-attack-targeting-satellite-company-12609862). Au moment où l’armée russe est entrée en Ukraine, une attaque informatique, d’origine inconnue, hé, hé, hé, a détruit des dizaines de milliers de terminaux satellitaires de Viasat — en Ukraine mais aussi ailleurs en Europe, notamment en Allemagne. En fait, Nakasone évoque cet épisode dans son entretien avec Sky News, mais apparemment votre collaborateur ne l’a pas remarqué…

    La cyberguerre est une réalité. C’est bien malheureux, mais il ne faudrait pas inverser les rôles. Il n’y aurait pas de « hunt forward » sans quelque chose à chasser.

  3. Ce conflit en Ukraine est une guerre de dupes. Il faut remonter à 2008 pour comprendre le fond commercial et financier. Donc 2008 dettes des USA 12’000 milliards dettes de l’occident 110’000 milliards le tout irremboursables qui se prouve ainsi en 2022 dettes des USA 44’000 milliards dettes de l’occident 210’000 milliards toujours irremboursables créant inflation conflit guerre guerre virologique guerre numérique et j’en passe. Les hors bilans bancaires des USA en 2008 environ 150’000 milliards en 2022 300’000 milliards environ. Le sacro saint conglomérat militaro business de l’armement des USA budget en 2008 environ 350 milliard en 2022, 960 milliards. L’occident et l’humanité bien pensante en voie d’évolution dépense environ 6’000 milliards en armes de toutes sortes avions bateaux sous marins etc.
    Les 23 à 25 conflits perpétuels sur la terre n’intéressent l’occident que si il est touché par un conflit et qu’ils soient en relation business avec le dit occident dont l’Ukraine et les USA contre la Russie font partie en définissant au préalable un champs de bataille nommé l’Ukraine. Les stocks d’armements USA et Russie ont donc besoin de rationalisation de renouvellement et aussi de modernisation de leurs armées réciproques. Le tout couplé à la géo politique, des matières premières et énergétiques, des 210’000 milliards de dettes de l’occident irremboursables, du désintérêt croissant du dollars, de la suprématie est ouest font un de ces bons conflit exactement comme lors de nos deux grandes guerres
    mondiales. ON est loin de l’holocauste exterminateur fait en Irak Syrie Lybie Yémen avec 1,4 million de morts comme le cite Mr Lavrov ministre Russe de la diplomatie et que l’UE n’a même pas relevé par manque de courage et d’hypocrisie de nos élus aux ordres des USA. Il n’y aura jamais 1,2 million de morts en Ukraine tout au plus 100 fois moins et surtout pas d’obus US à l’uranium qui ont fait 60’000 cancers et leucémies pour les 60’000 enfants d’Irak touchés. Ou est donc le danger les USA ou la Russie ? A chacun de choisir. Qui provoque la guerre récolte la tempête.

    1. « obus US à l’uranium qui ont fait 60’000 cancers et leucémies pour les 60’000 enfants d’Irak touchés » Encore une invention ! Dans quelle « étude » avez-vous trouvé ça M Mouchet ? Joignez le lien svp.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !