Ukraine, la guerre hybride de l’OTAN, par Lucien Cerise

L’opération militaire russe lancée le 24 février 2022 en Ukraine a des causes profondes qui remontent au moins à 2013. En effet, que s’est-il passé à Kiev pendant l’hiver 2013-2014 ? Pour Lucien Cerise, « Nous disposons aujourd’hui du recul suffisant. La révolution de la place Maïdan, présentée comme une insurrection spontanée du peuple ukrainien, s’est avérée finalement n’être qu’une nouvelle opération coloniale anglo-américaine d’ingénierie sociale dirigée contre la Russie. Or, si l’ingérence étrangère en Ukraine ne fait plus débat pour la révolution orange de 2004, elle relève encore du tabou pour le mouvement EuroMaïdan qui s’achevait par un coup d’État en février 2014. En dix ans, les méthodes putschistes se sont affinées et surtout radicalisées dans leurs objectifs, de la révolution colorée à la guerre hybride conçue pour durer et se répandre partout. Ce processus de chaos contrôlé lancé par l’OTAN en Ukraine aboutira à une guerre civile menée contre la région du Donbass, obligeant la Russie à intervenir pour ne pas être frappée à son tour »

Ce dernier vient de publier un livre intitulé Ukraine, la guerre hybride de l’OTAN qui tente de répondre à une question : Pourquoi les médias occidentaux nous demandent-ils de soutenir l’Ukraine et de haïr la Russie ?

Né en 1972, Lucien Cerise a une formation en sciences humaines et sociales, avec une spécialisation dans le langage et l’épistémologie. Il s’intéresse aux notions de frontière et de limite, aussi bien dans le champ politique que dans les domaines psychologique, éthique et comportemental. Il nous livre ici le fruit d’un travail de recherche de 8 ans sur les stratégies de communication et de provocation appliquées en Ukraine pour déstabiliser la Russie depuis la révolution de la place Maïdan à Kiev en 2014.

Découvrir son interview ci-dessous sur TV Libertés :

Illustrations  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

11 réponses

  1. Présenter la révolution de Maïdan comme une « opération coloniale anglo-américaine d’ingénierie sociale dirigée contre la Russie » (sic) sent la propagande à plein nez. La phrase a l’air sortie d’un discours de Poutine. Il n’y manque que les pro-nazis, pourtant allégués à l’époque par Ianoukovytch !
    Si quelqu’un était alors dans une « opération coloniale », c’était bien Poutine ; on se souvient que les manifestations de Maïdan ont été provoquées par un projet d’accord avec la Russie destiné à bloquer un projet d’accord avec l’Union européenne — oui, avec l’UE, pas avec les USA.
    Qu’il y ait eu des influences étrangères dans cette histoire, c’est probable, comme dans la plupart des révolutions contemporaines. L’influence la plus massive était l’influence russe, à laquelle obéissait le pouvoir en place, non sans violence (près d’une centaine de tués parmi les manifestants, vous parlez d’une « ingénierie sociale » !). Rejetée par la population de Kiev, cette influence russe a eu le dessous. Poutine n’a jamais pu le digérer.

    1. Non la secrétaire d’état américaine a reconnu le financement et l’instruction des miliukrainiens par des instructeurs militaires americains Victorian Nuland a reconnu les 5 milliards de dollards investi dans la formation des militaires ukrainiens…
      Lisez le grand échiquier de Zbigniew Brzeziński Fermer le ban

      1. Ne pas oublier les répétitions ad nauseum des sanctions financières et économiques appliquées à la Russie par l’ Occident où se retrouvaient en accord aussi bien l’ Europe que les USA !…
        Je ne vois dans les  » sanctions militaires  » de Poutine qu’une réponse avec les moyenns dont il dispose:
        Réponse du berger à la bergère !!…Il ne faut pas agacer l’ ours qui a des dents et des griffes
        dont il sait se servir…

    1. ouais, c’est vrai, mieux vaut voir les télés français qui ne diffusent que de la propagande ukrainienne et otanesque

  2. Présenter la révolution de Maïdan comme une « opération coloniale anglo-américaine d’ingénierie sociale dirigée contre la Russie » (sic) sent la propagande à plein nez. La phrase a l’air sortie d’un discours de Poutine. Il n’y manque que les pro-nazis, pourtant allégués à l’époque par Ianoukovytch !

    Si quelqu’un était alors dans une « opération coloniale », c’était bien Poutine ; on se souvient que les manifestations de Maïdan ont été provoquées par un projet d’accord avec la Russie destiné à bloquer un projet d’accord avec l’Union européenne — oui, avec l’UE, pas avec les USA.

    Qu’il y ait eu des influences étrangères dans cette histoire, c’est probable, comme dans la plupart des révolutions contemporaines. Parmi ces influences, la plus massive était sûrement l’influence russe, à laquelle obéissait le pouvoir en place, non sans violence (près d’une centaine de tués parmi les manifestants, vous parlez d’une « ingénierie sociale » !). Rejetée par la population de Kiev, cette influence russe a eu le dessous. Poutine n’a jamais pu le digérer.

    1. Bravo Pschitt ….où l’on voit que la propagande amerlock relayée par les toutous européens est efficace .

  3. les caniches de Biden s’agacent maintenant que les ukronazis prennent une dérouillée !
    Pour ceux qui refusent de voir les nazis en Ukraine, regardez vos héros d’Azov, les banderistes et tout ceux qui constituaient le gros des gardes chiourmes dans les camps d’extermination.
    Comment ces gens arrivent à violer l’histoire de cette façon c’est délirant.
    La soumission aux US est devenu la norme et plus aucune pudeur pour la justifier.
    L’occident s’enfonce dans la décadence, refus de son histoire, soumission aux « cultures » woke et cancel, lgbt et j’en passe dans l’ignominie…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !