Les États-Unis violent à nouveau le territoire maritime de la Chine

Une fois de plus, les États-Unis provoquent la Chine avec des incursions navales inutiles. Un destroyer à missiles guidés USS Benfold a pénétré dans la côte chinoise, près des îles Xisha – également connues sous le nom d' »îles Paracel ». Cette attitude est considérée comme une violation territoriale par Pékin, car l’État chinois revendique la souveraineté sur la mer du Sud. La paix et la stabilité de la région sont donc désormais réellement menacées.

Le colonel supérieur de l’armée de l’air chinoise Tian Junli, porte-parole du Commandement du théâtre sud de l’Armée populaire de libération, a déclaré dans un communiqué mercredi dernier que l’armée chinoise avait signalé une violation du territoire maritime du pays par un navire américain. Dans cette déclaration, le responsable a également souligné le rôle déstabilisateur des États-Unis dans les différends sur la mer de Chine méridionale, affirmant que Washington est une sorte de « fauteur de troubles ».

« Le 13 juillet, le destroyer américain à missiles guidés USS Benfold a pénétré dans les eaux territoriales chinoises au large des îles Xisha sans l’autorisation du gouvernement chinois (…) Les faits ont pleinement prouvé que les États-Unis ne sont rien d’autre qu’un ‘fauteur de troubles’ et le ‘plus grand destructeur’ de la paix et de la stabilité en mer de Chine méridionale« , a-t-il déclaré.

À d’autres moments de la déclaration, Tian a fait d’autres commentaires critiquant la position américaine. Pour lui, les actions américaines montrent clairement l’objectif de Washington de militariser la mer du Sud afin d’entraver la paix et la circulation des navires civils. Tian souligne que de telles attitudes violent absolument le droit international et la souveraineté de l’État chinois, affectant le statut de la sécurité régionale.

Comme on le sait, la région des îles Xisha est fortement affectée par les conflits d’intérêts entre différents États. La Chine revendique la souveraineté sur le territoire, se heurtant à la position d’autres pays d’Asie-Pacifique, tels que le Vietnam, Brunei, la Malaisie et surtout les Philippines, qui affirment qu’une partie importante des îles leur appartient – en particulier la partie dans laquelle se trouvent les îles Spratly et Huangyan.

Les États-Unis soutiennent les nations qui revendiquent la souveraineté sur la région afin de construire une « résistance » contre l’influence chinoise en Asie. Pour cela, de nombreuses opérations militaires navales et aériennes ont été promues dans les environs des îles ces derniers temps. C’est exactement ce qui s’est passé le 13, avec la dernière incursion américaine en mer de Chine méridionale.

En ce qui concerne plus particulièrement les revendications des Philippines, les États-Unis sont devenus signataires de la décision d’un tribunal d’arbitrage en 2016, auquel la Chine n’a pas participé, reconnaissant la domination philippine sur une grande partie territoriale de la frontière maritime en mer du Sud. En outre, les deux pays ont un accord de coopération militaire depuis les années 1950, qui garantit la protection de Washington à Manille. Par conséquent, depuis 2016, les autorités américaines et philippines ont déclaré à plusieurs reprises qu’en cas de conflit avec la Chine, le soutien américain aux Philippines serait ouvert.

En ce sens, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a récemment commenté : « Nous (les États-Unis) réaffirmons qu’une attaque armée contre les forces armées philippines (…) invoquerait les engagements de défense mutuelle des États-Unis (…) Nous appelons à nouveau la République populaire de Chine à respecter ses obligations en vertu du droit international et à cesser son comportement provocateur ».

Le principal problème de cette rhétorique américaine est qu’elle repose sur une hypothèse fausse : la Chine ferait obstacle à la paix en mer du Sud. En fait, c’est l’Occident lui-même qui provoque le plus de tensions dans la région, afin de fomenter la rivalité des nations locales contre Pékin. Les Chinois ont réellement augmenté leurs activités dans la zone maritime sud, mais cela n’est venu qu’en réponse aux opérations navales américaines déstabilisantes.

Depuis 2015, les États-Unis et leurs puissances alliées – principalement le Royaume-Uni – n’ont cessé de promouvoir en mer de Chine méridionale les opérations dites de « liberté de navigation » (FONOP). Ces opérations sont des incursions navales dans des territoires qui sont contestés par plusieurs pays. L’objectif public de ces activités est de « garantir la liberté de navigation », en empêchant les navires militaires d’entraver la circulation des navires marchands. Mais, dans la pratique, ces opérations font exactement le contraire : elles augmentent les tensions militaires et mettent en danger la circulation pacifique des navires.

Tant que Washington maintiendra un programme d’opérations militaires en mer de Chine méridionale, la Chine sera contrainte d’accroître ses activités de défense maritime en réponse. Pour Pékin, cette région fait partie de son territoire souverain, ce qui signifie qu’elle ne peut être traversée par des navires militaires étrangers sans autorisation formelle préalable de l’État chinois.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

14 réponses

  1. Bonjour la désinformation. Je suppose que vous êtes fière de vous. Certainement financé par la chine et la russie.

  2. « fauteur de troubles ». Tout est dit , le même phénomène que dans la guerre Russie/Ukraine , ce sont les spécialistes du chao dans le monde .

  3. A force de « foutre la merde » partout dans le monde, les USA vont finir par en prendre « plein la gueule » (pardonnez moi ces expressions peu élégantes, mais je ne voit pas d’autres façon de les dire).

  4. La Chine revendique des îlots récemment encore inhabités qui ne peuvent donc pas être chinois. D’autant qu’ils sont très souvent beaucoup plus proches des côtes indonésiennes ou philippines que chinoises. Dans l’Himalaya la Chine revendique aussi, au moins implicitement, des territoires tibétains aujourd’hui inclus dans l’Etat indien.

  5. article ne défendant que la vision chinoise de ses eaux territoriales … un journal breton devrait forcement défendre la liberté de navigation sur les mers… et avoir un peu de recul même si les intérêts américains ne sont pas forcement les nores.. pas plus que ceux des chinois !

    1. Rappelez vous le fait generateur de la guerre du Vietnam 🇻🇳 l incursion constante et furtive dans les eaux nord vietnamiennes on sait ce qui en est advenu et la débâcle pitoyable du 11 4 1975 idem au royaume des tombes des puissances occidentales et le départ piteux le 14 15 8 2021 Rappelez vous leur président à la fin de la 2 il a compris la puissance du lobby militaro industriel de la nation qui prétend. Incarnee le divine destiné vive la paix et la Concorde universelle eA

  6. L’empire décadent cherche la bagarre. Après la Russie (qui est loin d’être vaincue), l’Océania veut s’en prendre à la Chine. Et nos dirigeants européens se laissent entraîner dans cette folie…

  7. Bonjour,
    Voilà un article très favorable à la Chine. La mer du sud n’est pas une mer intérieure chinoise; le droit de la mer doit s’y exercer comme ailleurs. Il y a des litiges sur les zônes de souveraineté entre les pays riverains à régler en droit international. Par les temps qui courent, ce n’est pas simple et la Chine est puissante.

  8. le gendarme du monde se donne tous les droits! le reste du monde doit supportes et obéir (et les européens le font)

  9. Avec ce nouvel article insupportable de mauvaise foi, c’est le moment de se poser cette question essentielle : BREIZH INFO N’A-T-ELLE PAS PERDU SON IDENTITE BRETONNE ?

    En soutenant la guerre de Poutine puis les agressions de la Chine sur des territoires souverains, cette revue ne cesse de légitimer les visées expansionnistes de régimes dictatoriaux puissants sur les petits Etats riverains. Or, c’est par ces visées expansionnistes que la Bretagne a perdu son indépendance !

    BREIZH INFO AURAIT SOUTENU LA GUERRE DE CONQUETE DE LA FRANCE DESTINEE A S’ACCAPARER LA BRETAGNE.

    Breizh Info est devenue la reine du fake news, elle n’a plus rien de breton et devrait changer de nom.

    Elle ferme les yeux sur les agressions constantes de la Chine avec ses navires militaires et ses avions de guerre dans le territoire maritime d’Etats souverains en mer de Chine. Elle ferme les yeux sur ses revendications sur Taiwan clamées haut et fort alors que c’est ce pays le gouvernement légitime – et démocratique ! – de la Chine, forcé de s’exiler sur une île pour fuir un régime marxiste. A ce titre, Taiwan-Formose pourrait revendiquer la propriété de l’entier territoire de la Chine. Breizh Info va surement sortir un jour un article légitimant la conquête de Taiwan par le régime chinois. C’est dans ses gènes.

    La Russie, pourtant un pays occidental, et la Chine sont deux pays arriérés qui veulent « posséder » des territoires comme des gamins boutonneux, alors qu’ils peuvent les visiter librement toute l’année.

    Je suis étonné et ravi de voir que les Américains ont les c…illes de rendre au régime chinois la monnaie de sa pièce en parcourant la mer qu’elle « revendique » avec des navires de guerre. Comme tous les pays arriérés, il ne respecte que la force. Il faut la lui montrer si l’on veut la paix.

    Si vis pacem…

  10. Surprenant alignement de Breizh-info sur la position chinoise, au point même de reprendre la position officielle (forcément très objective, n’est-ce pas ?) de l’armée chinoise ! Déjà, le vocabulaire n’est pas neutre : vous parlez systématiquement d’îles Xisha en signalant juste : « également connues sous le nom d’îles Paracels ». Mais c’est l’inverse ! Ces îles sont connues internationalement sous le nom d’îles Paracels, seule la Chine s’attache à les désigner autrement. Utiliser le nom chinois, c’est vous ranger derrière la position chinoise.
    Maintenant, cette position est-elle légitime ou non ? La question, compliquée n’est pas réglée par les instances internationales, mais la revendication vietnamienne a sûrement ses mérites. Vous ne la clarifiez pas en confondant les Paracels avec les Spatleys… ce qui revient une fois de plus à adopter la position impérialiste chinoise qui consiste à revendiquer la propriété de toute la mer de Chine méridionale jusqu’aux côtes des autres pays limitrophes.
    On peut être pro-chinois ou pas ; en tout état de cause, ce n’est pas dans Breizh-info que j’irai chercher de quoi me faire une opinion sur la question. Et ce que je lis là m’incite à aller plutôt chercher ailleurs une position plus réfléchie.

  11. Surprenant alignement de Breizh-info sur la position chinoise, au point même de reprendre la position officielle (forcément très objective, n’est-ce pas ?) de l’armée chinoise ! Déjà, le vocabulaire n’est pas neutre : vous parlez systématiquement d’îles Xisha en signalant juste : « également connues sous le nom d’îles Paracels ». Mais c’est l’inverse ! Ces îles sont connues internationalement sous le nom d’îles Paracels, seule la Chine s’attache à les désigner autrement. Utiliser le nom chinois, c’est vous ranger derrière la position chinoise.
    Maintenant, cette position est-elle légitime ou non ? La question, compliquée n’est pas réglée par les instances internationales, mais la revendication vietnamienne a sûrement ses mérites. Vous ne la clarifiez pas en confondant les Paracels avec les Spatleys… ce qui revient une fois de plus à adopter la position impérialiste chinoise qui consiste à revendiquer la propriété de toute la mer de Chine méridionale jusqu’aux côtes des autres pays limitrophes.
    On peut être pro-chinois ou pas ; en tout état de cause, ce n’est pas dans Breizh-info que j’irai chercher de quoi me faire une opinion sur la question. Et ce que je lis là m’incite à aller plutôt chercher ailleurs une position plus réfléchie.

  12. Les USA n’ont rien à faire en mer de Chine c’est un problème Philippine Chine. Que feraient les Etats Unis si des navires de guerre russes ou chinois venaient se balader dans le golfe du Mexique ou au large de l’Amérique centrale. On l’a vu à Cuba pour la Réplique des missiles en Turquie. Mr Lavrov (Russe diplomacy) a bien cité les holocaustes des USA en Irak Syrie Lybie Yémen et avant Viet Nam Cambodge et ailleurs. En tout 15 millions de morts et dernièrement leur guerre bactériologique et virologique avec leur virus de laboratoire dont 14 laboratoires à virus en Ukraine qui a aussi fait 16 millions de mort de part le monde. Tout cela, pour garder la suprématie du dollars en faillite de l’occident de 210’000 milliards de dettes irremboursables. Les preuves présentées devant l’ONU par les BRICS sont accablantes.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !