Viktor Orbán sur les sanctions contre la Russie : « L’économie européenne s’est tirée une balle dans les poumons » [Interview]

Nous vous proposons ci-dessous la traduction française de l’interview donnée par le Premier ministre de Hongrie, Viktor Orbán, lors de l’émission Good Morning Hungary, animée par  Zsolt Törőcsik. L’occasion de découvrir le point de vue du dirigeant hongrois sur la crise majeure qui frappe aujourd’hui l’Union Européenne du fait de la situation en Ukraine.

 Zsolt Törőcsik : La situation des prix de l’énergie en Europe occidentale devient de plus en plus intenable, et ce n’est vraiment pas une question de quantité d’énergie disponible, mais de savoir s’il y a de l’énergie tout court. Je ne pense pas que beaucoup d’entre nous aient cru que la pandémie serait suivie d’une crise encore plus grave, et que la situation là-bas toucherait également la Hongrie. Dans quelle mesure cela est-il impactant ?

Viktor Orbán : Nous assistons effectivement à une guerre des prix de en Europe. Le jeudi 24 février – si je m’en souviens bien – personne n’aurait pensé que ce qui était apparu n’était pas simplement un conflit ou une guerre entre l’Ukraine et la Russie, mais qu’une ère se terminait et que nous entrions dans une nouvelle phase de l’histoire européenne : une ère de guerres. Et cela a un impact. Il est vrai que la Hongrie essaie de rester en dehors de cette guerre, et nous devons rester vigilants afin de veiller à ce que le conflit armé ne s’étende pas à la Hongrie. Mais nous devons aussi reconnaître que cette guerre ne se déroule pas seulement sur les lignes de front, mais aussi dans l’économie mondiale – ou du moins dans l’économie européenne ; et nous devons reconnaître qu’une partie de cette guerre est l’augmentation des prix de l’énergie, avec une inflation de guerre, des prix de guerre, et que cela remet en question tout ce à quoi nous sommes habitués. Nous pouvons dire que nous avions une vie moderne et sûre, et les conditions de base pour cela existaient dans toute l’Europe.

Bien sûr, certains gouvernaient mieux que d’autres, d’autres moins, mais rien ne remettait en cause les conditions de base de la vie en Europe. Aujourd’hui, cependant, nous devons nous battre pour tout ce que nous avons considéré comme acquis. Il y aura deux grandes batailles ici, dont la première est en train de se dérouler. Il s’agit de la lutte pour l’énergie, pour freiner l’augmentation du coût de la vie, pour des prix des services publics tolérables. Mais il y aura aussi une bataille pour l’emploi. En effet, toutes les prévisions sur lesquelles je me base, les études et les analyses internationales, montrent que l’effet combiné de la politique de sanctions et de la guerre entraînera l’entrée en récession de l’économie européenne, en d’autres termes, le début d’une contraction ou d’une baisse des performances. Il y a toujours une pénurie de main-d’œuvre en Hongrie, mais je conseille à tous ceux qui ont un emploi et un travail de le valoriser et de tout faire pour le conserver ; car dans les mois à venir, nous pouvons nous attendre à un ralentissement de l’économie européenne

 Zsolt Törőcsik : Mais nous sommes toujours dans la première bataille pour l’énergie. Il n’y a pas si longtemps, les Russes ont déclaré que l’exploitation de Nord Stream ne pouvait être garantie, et hier, le président Macron a déclaré que nous devions nous préparer à l’éventualité que le gaz russe cesse de circuler. Ici, en Hongrie, devrions-nous avoir davantage peur que l’énergie soit chère, ou qu’il n’y en ait pas ?

Viktor Orbán : La guerre a fait quintupler les prix de l’électricité et sextupler les prix du gaz. Maintenant, il y a des pays qui s’engagent dans la politique de sanctions. Le plus important serait que Bruxelles se rende compte qu’une erreur a été commise. Non seulement la politique de sanctions n’a pas répondu aux espoirs qui avaient été placés en elle, mais elle a eu l’effet inverse de celui escompté. Ils pensaient que la politique de sanctions ferait plus de mal aux Russes qu’aux Européens. Cela ne s’est pas produit, et nous avons été plus touchés. Ils pensaient que la politique de sanctions pourrait être utilisée pour raccourcir la guerre, avec la possibilité d’obtenir un succès rapide en affaiblissant la Russie. Cela n’a pas fonctionné non plus et, loin de réduire le conflit, de nous rapprocher de sa conclusion, la guerre s’éternise. Et la politique de sanctions ne peut en aucun cas nous y aider. Je dois dire qu’au début, je pensais que nous nous étions tirés une balle dans le pied, mais maintenant il est clair que l’économie européenne s’est tirée une balle dans les poumons, et partout nous voyons qu’elle est à bout de souffle. Dans certains pays, cela signifie qu’il n’y aura pas d’approvisionnement en énergie, pas de gaz naturel ; dans d’autres pays, il y aura du gaz, mais le prix sera très élevé.

Notre situation sera la seconde, car nous avons pris des décisions qui nous permettent d’obtenir la quantité d’énergie nécessaire. La question est de savoir combien de temps nous pourrons maintenir le coût de cette énergie dans des limites tolérables. Nous avons dû déclarer l’urgence énergétique, ce que nous avons fait lors du Conseil des ministres de mercredi. Vos auditeurs ont beaucoup entendu parler de cela, mais peut-être moins du fait que j’ai également ordonné la création d’un groupe opérationnel, qui sera dirigé par Gergely Gulyás. Sa tâche sera de mettre en œuvre ces décisions, ces décisions d’urgence en matière d’énergie, et d’en élaborer de nouvelles si nécessaire. Nous avons augmenté la production nationale de gaz naturel – ou demandé aux entreprises de l’augmenter. Il y a un débat sur la question de savoir si cela est même possible. J’ai écouté ce débat et voici la décision que nous avons prise : augmenter la production – notre propre production nationale – de 1,5 milliard de mètres cubes à 2 milliards. Nous avons autorisé le ministre des affaires étrangères, M. Péter Szijjártó, à acquérir de nouvelles réserves de gaz naturel, et il est déjà en passe d’obtenir 700 millions de mètres cubes de gaz supplémentaires. Nous avons imposé des interdictions d’exportation aux transporteurs d’énergie, à l’exception bien sûr des réserves que nous stockons pour d’autres sur une base locative. Nous fournirons ces quantités aux parties qui louent ces installations de stockage – car, après tout, nous sommes Hongrois. J’ai dû ordonner une augmentation de la production de lignite : actuellement, deux unités alimentées au lignite fonctionnent dans notre centrale électrique de Mátra, et deux autres sont en réserve ; j’ai dû ordonner l’activation de ces deux dernières unités. Nous avons également dû ordonner la prolongation de la durée de fonctionnement des unités déjà en service à la centrale nucléaire de Paks. Enfin, pour maintenir les réductions des charges des ménages, nous avons dû nous tourner vers une consommation supérieure à la moyenne. En d’autres termes, en essayant de préserver les réductions des charges des ménages, nous avons dû prendre une décision qui garantit que les réductions continueront à s’appliquer à ceux qui consomment une quantité moyenne d’énergie, tandis que ceux qui consomment plus que la moyenne devront payer le prix du marché pour cette énergie – ou essayer de réduire leur consommation en dessous du niveau moyen s’ils le peuvent. Je demande respectueusement aux Hongrois et aux familles qui consomment plus que la moyenne de reconnaître que nous sommes maintenant obligés de faire payer le vrai prix pour une consommation supérieure à la moyenne ; si nous ne le faisons pas, toute la politique de réduction de la facture énergétique des ménages devra être abolie.

 Zsolt Törőcsik : Cela contraste avec l’Europe occidentale, où le prix du marché doit être payé pour toute consommation. J’ai un ami allemand qui paie un forfait de 600 euros par mois pour le gaz, ce qui représente un cinquième du revenu moyen là-bas. Quoi qu’il en soit, tout le monde ici en Hongrie est en train de calculer s’il entre dans la consommation moyenne, ou ce qu’il peut faire pour y entrer. Certaines personnes se chauffent à l’électricité, et il y a encore des questions qui ne sont pas claires. En fait, il y a aussi pas mal de chiffres qui ne sont probablement pas basés sur la réalité, montrant combien les gens devront payer. Peut-on encore savoir exactement à quoi tout cela va ressembler ?

Viktor Orbán : Le gouvernement a pris sa décision sur la base de chiffres précis. Je peux vous dire que la consommation mensuelle moyenne en Hongrie est de 210 kWh par mois pour l’électricité et de 144 mètres cubes par mois pour le gaz naturel. Cela signifie qu’environ trois quarts des ménages entrent dans cette catégorie. La Hongrie se trouve dans une situation plus difficile que les pays occidentaux plus riches, car s’il est vrai que les ménages ne bénéficient d’aucune réduction des charges énergétiques là-bas et qu’ils paient donc le prix fort, le prix fort de l’énergie représente une proportion plus faible de leur salaire qu’en Hongrie. Ainsi, si les gens d’ici gagnaient, disons, 6 000 euros et qu’un sixième de cette somme était consacré à l’énergie, ce ne serait pas agréable, mais ce serait supportable. Mais pour de nombreuses familles hongroises, les factures d’électricité ne représentent pas un sixième de leurs revenus, mais un tiers, voire la moitié. C’est pourquoi il était nécessaire d’introduire la politique de réduction des factures de services publics. La politique de réduction des factures de services publics doit être introduite dans des pays comme la Hongrie, où une proportion excessive des revenus des gens est absorbée par les factures de services publics, laissant peu d’argent pour les autres dépenses familiales. C’est pourquoi les familles doivent être protégées. La gauche n’a jamais été d’accord avec cela. C’est un grand débat qui date d’environ 2012, lorsque la gauche a dit que nous ne devrions pas faire cela, mais que nous devrions faire la même chose que l’Europe occidentale, avec tout le monde payant le prix total de l’énergie qu’il consomme. C’est une position économique raisonnable en général, et maintenant, elle peut même être valable en Europe occidentale ; mais en Hongrie, les conséquences seraient extrêmement graves, car cela pousserait les familles dans la pauvreté. Il s’agit d’un vieil argument entre la gauche et la droite en Hongrie, et c’est pourquoi la gauche ne l’a jamais soutenu. Nous avons introduit les réductions des tarifs des services publics, pendant longtemps nous avons pu les maintenir pour l’ensemble de la population, maintenant nous pouvons les défendre pour la consommation moyenne, et nous voulons poursuivre cette politique. Nous voulons défendre les réductions des tarifs des services publics.

 Zsolt Törőcsik : Et nous avons une situation extraordinaire qui nécessite des mesures extraordinaires. Pensez-vous que les gens comprennent cela, que la société comprend cela ?

Viktor Orbán : Nous ne sommes pas tous les mêmes : certains comprendront, d’autres non. Il y a peut-être beaucoup de gens qui comprendront, parce que chacun respecte un budget familial dans lequel certaines choses sont abordables et d’autres non. Avant la guerre, il nous était possible d’accorder à chacun une réduction totale sur ses factures d’énergie. Maintenant qu’il y a des circonstances de guerre, avec des prix de guerre et une inflation de guerre, ce n’est plus abordable. La vérité, c’est que c’est bien si nous pouvons le voir, mais malheureusement ne pas le voir ne change pas les faits.

 Zsolt Törőcsik : Il existe d’autres mesures, que vous avez mentionnées. Une interdiction d’exportation [de l’énergie quittant la Hongrie] a également été introduite, ce qui ne plaira probablement pas à Manfred Weber : parlant du gaz naturel entrant dans l’UE, il a déclaré qu’il devait être réparti « équitablement » entre les États membres.

Viktor Orbán : Eh bien, les mots de M. Weber – le président du Parti populaire européen – incarnent une approche classiquement impérialiste. C’est un Allemand. Que font les Allemands, ou que veulent-ils faire ? Ils disent qu’ils vont fermer les centrales nucléaires qui produisent de l’énergie bon marché, tandis qu’ils vont prendre le gaz naturel à d’autres pays. Eh bien, je ne sais pas quoi dire. C’est pire que le communisme !

 Zsolt Törőcsik : En parlant de Bruxelles, vous avez également déclaré qu’avec les sanctions, l’Union européenne s’est – comme vous le dites – tirée une balle dans le poumon. Entre-temps, un septième train de sanctions est en préparation. N’ont-ils pas retenu la leçon fournie par les effets de l’embargo pétrolier ? Ce dernier a permis à la balance des paiements de la Russie d’afficher un excédent comme on n’en avait pas vu depuis trente ans ; pendant ce temps, après trente ans, le même indicateur est devenu négatif pour l’Allemagne. 

Viktor Orbán : Eh bien, la Hongrie s’est toujours opposée aux sanctions. Dès le premier instant, nous avons dit – et j’ai dit aux autres premiers ministres – « Croyez-moi, les sanctions n’aideront pas l’Ukraine. » Je comprends que tout le monde veuille aider l’Ukraine, mais nous devons aider l’Ukraine d’une manière qui soit bonne pour elle, et – de préférence – pas mauvaise pour nous. Les sanctions n’aident pas l’Ukraine, et elles sont mauvaises pour l’économie européenne. Pardonnez l’expression, mais si cela continue, l’économie européenne sera étranglée. Ce que nous voyons maintenant est insupportable, nous devons donc arriver au moment de vérité : à Bruxelles, les dirigeants doivent admettre qu’ils ont fait un mauvais calcul, que la politique de sanctions était fondée sur de fausses hypothèses et qu’elle doit être modifiée. Il faut s’asseoir avec les Russes et entamer des négociations. Il faut convenir d’un cessez-le-feu, puis engager des pourparlers de paix, car la seule solution à ce problème économique est la paix.

 Zsolt Törőcsik : La politique d’embargo est manifestement à l’origine de l’inflation de guerre que l’on observe en Europe. Elle est l’une des raisons de la réforme de l’impôt forfaitaire sur les petites entreprises (KATA), l’autre étant l’élimination d’une échappatoire existante. Malgré cela, la réforme a fait l’objet de nombreuses critiques, et là aussi, beaucoup de personnes sont touchées. László Parragh [président de la Chambre de commerce et d’industrie hongroise] a également déclaré que la réforme était assez forte. Dans le même temps, les contribuables de la KATA ont pu jusqu’à présent s’acquitter de leurs obligations envers le trésor public à un taux inférieur à 10 %. Alors, tout compte fait, quel est votre avis sur cette réforme ?

Viktor Orbán : Je pense que cette décision est bonne et nécessaire. En 2012, j’étais d’accord avec les ministres qui étaient alors responsables des affaires économiques, et qui ont formulé le système KATA. Lorsque j’étais enfant, le type de personnes pour lequel il a été conçu était appelé « travailleurs indépendants du secteur privé », si je peux me permettre d’utiliser ce terme. Ce sont les personnes pour lesquelles nous voulions créer une forme d’imposition simple et gérable, car il s’agit de petites entreprises fournissant des services au public. Il existe de nombreuses professions de ce type, que chacun connaît dans sa vie quotidienne. Et au début, il n’y avait rien de mal à cela, car au départ, les petites entreprises qui ont opté pour la KATA – plus de 90 % d’entre elles, disons – ont toujours émis des factures aux particuliers, et jamais aux entreprises. Mais ensuite, les entreprises ont compris qu’il était judicieux de faire entrer leurs employés dans le système KATA ; ils étaient toujours effectivement des employés, mais légalement, ils étaient considérés comme des indépendants, et cela a profité aux entreprises. Je ne critique pas les gens pour quoi que ce soit : chacun vit comme il peut, nous vivons comme nous pouvons, et les gens essaient de rester à flot. Le problème est plutôt du côté des entreprises qui ont incité ou convaincu leurs employés de passer au KATA. Le nombre de ces personnes est donc passé à 450 000 ; et d’après ce que j’ai compris, environ 300 000 de ces 450 000 sont des entreprises de facturation – la plupart du temps une seule entreprise. Il s’agit donc en réalité d’un système utilisé comme façade pour des contrats de travail. Mais même cela aurait pu être pris en compte. Quand tout va bien, l’économie peut s’en accommoder, mais maintenant qu’il y a une guerre et que nous devons penser en termes de logique d’une économie de guerre, nous ne pouvons tout simplement pas nous le permettre. Et ce n’est pas le budget qui ne peut pas se le permettre : c’est le système de retraite qui ne peut pas se le permettre. Le fait est que les cotisations de retraite versées par les contribuables de la KATA sont bien inférieures à ce qu’elles seraient s’ils travaillaient dans le cadre de contrats de travail légitimes. Lorsque nous avons pris cette décision d’imposer des restrictions, nous l’avons fait en travaillant avec les chiffres.

Je constate qu’une infirmière verse en moyenne 86 000 forints par mois en cotisations de retraite et de soins de santé, alors qu’un contribuable de la KATA verse 33 000 forints par mois. Il n’est donc pas réaliste qu’il y ait 450 000 personnes qui ne cotisent pas au fonds de pension, qui ne paient pas le montant qu’elles devraient payer, car alors le fonds de pension sera à sec. Et le système de retraite hongrois est tel que les cotisations perçues au cours d’un mois donné sont utilisées pour payer les pensions du mois suivant. Donc, si le montant des cotisations diminue, le système de retraite sera en difficulté et les retraités seront en difficulté. Le pays peut faire face à 50 000-150 000 retraités, mais pas à 450 000, car il ne peut tout simplement pas se le permettre dans les circonstances actuelles de guerre. C’est pourquoi, en ce qui concerne la fiscalité, j’invite tout le monde à examiner quelle autre forme juridique ils peuvent utiliser à des fins fiscales. Il existe d’autres formats favorables. Nous avons supprimé les failles du KATA et nous ne les rouvrirons pas, mais les gens peuvent toujours opter pour une imposition forfaitaire, ou choisir entre la taxe sur les petites entreprises [KIVA] ou les contributions simplifiées [EKHO]. Ils peuvent devenir indépendants ou, comme dernière option, redevenir des employés sous contrat – ce qui était le statut de la plupart des contribuables KATA avant l’introduction du système KATA. Ces changements entreront en vigueur le 1er septembre. Les personnes concernées auront jusqu’au 25 septembre pour faire une déclaration sur le système fiscal qu’elles choisiront à l’avenir. À propos, je tiens à souligner que nombre de ceux qui s’opposent aujourd’hui à cette décision sont des personnes qui n’étaient pas favorables au KATA au départ. Je me souviens très bien qu’au Parlement, la gauche n’a même pas voté en sa faveur et l’a violemment critiquée. Ils avaient tort, car je pense qu’en Hongrie, il y a entre 50 000 et 150 000 petits entrepreneurs qui fournissent réellement des services aux citoyens. C’est pour ces personnes que le système KATA a été conçu, et c’est pour elles que nous le conservons. De plus, pour eux, nous allons même augmenter les limites de revenus, car les prix augmentent.

 Zsolt Törőcsik : D’ailleurs, ce que vous dites de la gauche est intéressant, car non seulement elle n’a pas voté pour ce texte à l’époque, mais elle organise maintenant des manifestations pour son maintien. N’est-ce pas un peu schizophrène ?

Viktor Orbán : Eh bien, il serait facile de dire des mots forts et de faire des blagues, mais je préfère aborder cela avec empathie. Ils ont perdu contre une majorité des deux tiers quatre fois de suite. Leurs chances sont ce qu’elles sont. Je pourrais peut-être les comparer à la proverbiale boule de neige dans cette canicule. Au cours de la campagne que nous avons menée récemment, ils ont prouvé qu’on ne pouvait pas leur faire confiance pour la gestion du pays, et certainement pas en temps de guerre. Ayant perdu les élections, ils se sont assis tranquillement dans leur coin. Maintenant, nous voyons la première mesure gouvernementale qui a un impact négatif sur ceux qui en sont affectés, qui s’opposent à ces décisions gouvernementales et qui ne sont pas d’accord avec elles. La gauche surfe sur cette vague, et elle surfera sur toutes les autres vagues. L’opposition de gauche surfe sur la vague de toute mesure controversée, elle la chevauche et tente de créer une atmosphère d’animosité envers le gouvernement, et d’en tirer un profit politique. Je peux dire que je comprends cela, mais je pense que c’est une très mauvaise politique. Car en temps de guerre, la solution est de s’unir, et nous devons aller vers l’unité. C’est pourquoi je demande également aux contribuables de la KATA de comprendre la situation actuelle. C’est pourquoi, dans une telle situation de guerre, je demande aux membres des ménages qui bénéficient de réductions sur leurs factures de services publics de comprendre la situation et de nous aider à protéger la capacité de fonctionnement du pays, le niveau de vie des gens, leurs emplois et leurs pensions. La bonne réponse à une situation de guerre est l’unité, pas le profit politique.

 Zsolt Törőcsik : Vous avez dit à plusieurs reprises que ce qu’il fallait pour briser l’inflation et les malheurs économiques liés à la guerre, c’est la paix. Mais les combats ne faiblissent pas sur les fronts, et de plus en plus de pays membres de l’OTAN augmentent le niveau de préparation de leurs armées – comme l’a fait le ministre hongrois de la défense, qui a également ordonné une augmentation du niveau de préparation des forces armées. Est-ce à cause de ce qui se passe à notre frontière orientale ou à notre frontière méridionale ?

Viktor Orbán : C’est à cause de la guerre à la frontière orientale. Évitons le mot « mobilisation », car en hongrois, ce mot signifie que les civils sont également appelés à servir dans l’armée, ce qui n’est pas le cas. Mais le mot « mobilisation » peut aussi être utilisé pour des actions au sein de l’armée, car l’armée a un état de paix et un état de préparation à la guerre, un état d’urgence. Et maintenant, l’armée doit être mobilisée à l’intérieur, le développement doit être accéléré deux ou trois fois, et de nouvelles ressources doivent être allouées. Dans les prochains jours, je signerai les décrets qui doteront l’armée de ressources supplémentaires, car l’OTAN déploie également de nouvelles forces à la frontière orientale, et nous devons également y avoir une présence suffisamment forte pour défendre notre pays et nos frontières. Mais nous avons aussi un problème de frontière sud que nous ne pouvons plus résoudre avec l’armée. Jusqu’à présent, le problème de la frontière sud était l’invasion migratoire, qui doit être stoppée à la clôture, où il y a une augmentation non seulement du nombre de migrants et de personnes traversant la frontière illégalement, mais aussi de leur niveau d’agression. Il y a maintenant des confrontations armées du côté serbe, et les gardes-frontières hongrois de notre côté sont également menacés avec des armes. La situation devient donc de plus en plus violente. Jusqu’à présent, nous y avons fait face en déployant des policiers et des soldats. Nous ne pouvons plus utiliser de soldats là-bas, car dans ce cas, il n’y aura plus de soldats à la frontière orientale. Nous devons donc ramener les soldats à l’entraînement, à l’état de préparation, parce qu’il y a une guerre dans un pays voisin. Dans de telles circonstances, utiliser des soldats pour la défense de la frontière est un luxe. Dans le même temps, la police ne pourra pas faire face longtemps, car nous l’avons déployée dans tout le pays. C’est une bonne solution depuis plusieurs années.

Si l’Union européenne n’avait pas soutenu la migration, nous aurions pu mettre cette invasion migratoire derrière nous, et il n’y aurait plus de personnes traversant la frontière illégalement, car l’UE aurait pu annoncer qu’elle n’accepterait personne, et si elle n’acceptait personne, il n’y aurait aucune raison pour que les migrants partent. Pourtant, l’UE ne dit pas cela, mais le contraire : elle les accueillera. Pendant ce temps, nous disons qu’ils ne passeront pas par notre territoire, et donc ces situations se produisent à nos frontières. La situation restera ainsi à long terme. Donc la solution jusqu’à présent a été temporaire, pas permanente. Je pense que je pourrai signer le décret sur la création d’unités de « chasseurs de frontières » cet après-midi. Nous avons commencé à recruter 2 000 chasseurs frontaliers. Leurs salaires ont été fixés. Cela aura aussi un impact sur les salaires des policiers et des militaires, en poussant à la hausse les salaires des policiers et des militaires, parce que les chasseurs de frontières – qui seront formés à un niveau inférieur à celui de nos policiers et de nos militaires – ne pourront pas gagner plus que les policiers et les militaires, sinon l’ordre serait perturbé. Nous devons donc adapter les salaires des policiers et des soldats à cette nouvelle situation. En outre, nous devons passer d’une force de 2 000 chasseurs de frontières actuellement à 4 000 dans deux ans. Ils exerceront leurs fonctions au sein de la force de police générale de la Hongrie, mais ils seront formés à un niveau inférieur dans un domaine d’opération plus étroit. Nous cherchons à les employer sur la base de contrats de trois ans et si, après cette période, ils sont toujours motivés par leur travail et le trouvent gratifiant, s’ils aiment le travail et la profession, ils peuvent rester plus longtemps et passer du statut de contractuel à celui d’employé général. Chaque jour, je lis les rapports de Frontex, l’institution européenne chargée de la protection des frontières. Selon ces rapports, depuis le début de l’année, le nombre de personnes franchissant illégalement la frontière a augmenté de 80 % par rapport à l’année précédente. La pression augmente, et Frontex elle-même affirme que la cible ou l’itinéraire numéro un passe par les Balkans ; et cet itinéraire des Balkans se termine à la barrière hongroise.

L’une des raisons de cette situation est évidemment la crise alimentaire, qui est aussi en partie causée par la guerre. Et nous pouvons constater qu’à bien des égards, la guerre est la cause et, à bien des égards, le facteur aggravant des problèmes économiques, migratoires et de toutes sortes d’autres problèmes. Donc, si cela n’est bon pour personne, dans l’intérêt de qui la continuation de cette situation se fait-elle ?

Vous voulez dire la guerre ?

Viktor Orbán : Oui.

Ce n’est certainement pas dans notre intérêt. Il est difficile de penser positivement à la guerre, car si l’on en recherche les causes, il est facile de commettre l’erreur de voir ceux qui bénéficient de la guerre comme la cause de celle-ci. Ce n’est pas toujours le cas. Prenez la Chine, par exemple. En termes d’approvisionnement en pétrole, la Chine était complètement à la merci des pays arabes. Elle n’a pratiquement pas de production propre et doit en importer du Moyen-Orient. Mais maintenant que les Européens ont décidé d’imposer un embargo pétrolier, tout à coup, le pétrole russe va vers la Chine. La Chine est donc un bénéficiaire de ce conflit, mais elle n’a rien à voir avec la cause de ce conflit. Il faut donc faire attention à ne pas tomber dans le piège des théories du complot. Une chose est sûre : La Chine gagne, l’Amérique perd, et l’Europe souffre. Ceux qui gagnent beaucoup d’argent sont les compagnies énergétiques et certains hommes d’affaires. Nous pensons ici à des hommes d’affaires comme George Soros, qui plaident carrément pour la poursuite de la guerre, mobilisant leurs réseaux et les journalistes et analystes qu’ils paient, qui plaident tous pour la poursuite de la guerre et pour qu’elle soit considérée comme une guerre juste. Mais en fait, des gens comme George Soros ne sont rien d’autre que des bellicistes.

Je pense donc que les intérêts qui se cachent derrière la prolongation de la guerre doivent être trouvés quelque part entre les hommes d’affaires et les bellicistes. Ce qui se passe est certainement un désastre pour l’Europe, et c’est extrêmement douloureux pour la Hongrie également. Nous travaillons jour et nuit sur la manière de rester en dehors d’une situation générale malheureuse en Europe, d’une situation qui s’aggrave, et sur la manière de trouver un chemin par lequel la Hongrie sera moins affectée par les conséquences négatives de la guerre.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Cela fait bizarre d’entendre un dirigeant s’exprimer comme un vrai chef d’Etat, et non comme un VRP du libéralisme à la sauce bruxelloise. Pas étonnant que nos « bons médias  » le détestent !

  2. Oui Philippe BOUCHÉ nous sommes dirigés par des VRP du libéralisme. C’est pourquoi nous devons nous donner les moyens démocratiques de sortir de cet imbroglio. Plusieurs inititatives existent, telle SOUVERAINS DEMAIN prenez le temps de visiter leur site et à bientôt.

  3. Bien dit de la part d’Orban. Je me permets néanmoins de rappeler que son pays est membre de l’UE et de l’OTAN, deux entités vassales des États-Unis, et que le poids de la Hongrie ne lui permet certainement pas de peser sur la politique américaine. Bref, les inquiétudes d’Orban n’engagent que lui-même.

  4. J’estime que Viktor Orban dirige son pays avec réalisme, sagesse et efficacité.
    Je trouve que Poutine a les capacités d’un excellent joueur d’échec. Il prévoit plusieurs coups à l’avance. J’estime que les autres chefs d’États européens décadents refusent de le constater et de le prendre en compte pour des raisons d’intérêts politiques personnels à très court terme.
    Zelensky, me semble avoir l’attitude d’un sanguin, comédien, manipulateur profiteur. Je plains ceux qu’il dirige, car il n’a pas les capacités de maitrise de ses émotions dans une négociation qu’il aurait dû accepter dès le début dans l’intérêt de son pays.

  5. dans la cervelle plutot mais il semble que l’ue n’ait pas de cerveau, juste des ordres venus des usa. les peuples concernés payeront et de plus en plus cher

  6. Oui, les Hongrois ont un chef ! Quelle lucidité et quelle franchise ! comparez-le aux blablateurs de l’Europe occidentale. Magyarorszag elet !!!!

  7. pas lu entièrement mais un mot que je me mets a détester MONDIALISATION et ceci en toute humilité
    EUROPE tu oublies ta naissance MERCI A CEUX QUI SAVENT CE QUE C’est d’appartenir a un PAYS
    Monsieur POUTINE VOUS SAVEZ JOUER AVEC DES COUPS D’AVANCE à savoir quand vous avez laissez la place a votre IER ministre et que vous l’avez vite repris RUSSIE A DEUX POUMONS DE L’atlantique a l’OURAL ET L’autre avec ses cultures différentes ‘mongoles, slaves’
    un rappel la folie des grandeurs mène à la mort un peu plus vite Robespierre etc….
    UN PEU DE BON SENS et se rappeler que ce qui perd le monde c’est la paresse !!! voyez ou on en est avec le pouvoir d’achat !!! A BAS LES PUBS
    A BAS LES MAUVAIS COMBATS IL Y A 2 GENRES et la famille est la cellule de base d’une société
    un peu d’humilité car un clou chasse l’autre !!!
    n’entrez pas dans les systèmes fuyez orgueil, jalousie mensonge et çà ce n’est pas une sinécure!!!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !