Jonas Vingegaard remporte le Tour de France 2022 : Bilan et suggestions

Voilà, c’est fini. Le Tour de France 2022 s’est achevé ce 24 juillet, au terme d’une étape totalement inutile (et neutralisée en partie) à Paris, sur les Champs Elysées, remportée au sprint par Philipsen (Alpecin). Quoique cette année, Pogacar, double tenant du titre et dauphin du vainqueur, Vingegaard, aura même tenté de l’attaquer sur les Champs Elysées.

Il faut dire que le slovène est, avec Wout Van Aert, le coureur qui casse les codes d’un cyclisme parfois ennuyeux ces dernières années. Et qu’avec ces deux là, comme avec Van der Poel, Alaphilippe, Pidcock, Evenepoel et toute cette génération dorée, on se régale.

Tour de France 2022 : le bilan

Au bilan de ce Tour de France, la victoire de Vingegaard donc, sorti de nulle part il faut bien le dire (hormis sa participation au Tour de France l’an passé, sa fiche pro cycling stats est assez vide). Une seconde place pour Pogacar, qui aura perdu le Tour essentiellement suite à sa défaillance dans la montée du Granon. La troisième pour Geraint Thomas, le gallois, en pleine forme..mais trop juste pour rivaliser avec les deux premiers.

On ne se souviendra pas du reste du Top 10, à quoi bon le citer, si ce n’est pour dire que David Gaudu et Romain Bardet y figurent, sans jamais avoir animé la course ?

Cette édition 2022 du Tour de France  aura été animée mais pas la plus passionnante de ces dernières années. On pourra retenir le show Van Aert, coureur monstrueux, aussi bon dans les bosses qu’au sprint ou au contre la montre, de quoi faire grincer les dents de mauvaises langues qui ne s’interrogent jamais sur la question du dopage à grande échelle dans le football, par exemple.

On pourra retenir la victoire de Matthews, au bout et de la douleur et en bosse, lors de la 14ème étape. Ou l’exploit du canadien Houle à Foix au nez et à la barbe du groupe de grimpeurs dont il faisait partie. Ou encore la chevauchée fantastique de Pidcock à l’Alpe d’Huez. On retiendra aussi la première semaine folle de Cort Nielsen, malheureusement non partant par la suite (et sa victoire d’étape, et son maillot à pois). La seule victoire française, celle de Laporte, qui doit réellement se dire qu’il a bien fait de quitter des équipes françaises qui n’arrivent pas à propulser les grands champions et à peser sur la course.

Pour le reste, du côté des déceptions, les équipes Bahrein et Quickstep sortent du lot. Même si la Quickstep remporte deux étapes (les deux premières) elle s’est totalement effondrée ensuite, ne faisant pas honneur à son rang. Idem pour la Bahrein, invisible sur ce Tour. Doit-on parler de la Lotto, qui pourrait bien perdre sa licence professionnelle World Tour si la descente aux enfers continue ? Pourtant, on se dit qu’avec des Wellens, Kron, Ewan, Vermeesch, Van Moer…il y avait tout de même matière à…Quant à la Movistar, la saison 3 de la série tv qui leur est consacrée devrait être moins passionnante, tant ils ont brillé par leur absence…

Vingegaard remporte le maillot jaune, le maillot à pois. Van Aert le maillot vert, et Pogacar le maillot blanc de meilleur jeune, tandis que Ineos remporte le classement par équipes.

Tour de France : des solutions pour redynamiser la course ?

Comme d’habitude, on a trop souvent vu, notamment en montagne, deux courses : celle pour le classement général, et celle pour l’échappée. Avec au final tout de même, la moitié des victoires en montagne se disputant entre des leaders qui reprennent cette dernière. Néanmoins, plusieurs suggestions sont à faire pour pouvoir dynamiser un peu plus cette course de trois semaines, qui parfois s’avère tout de même bien plus monotone que les classiques, entre autres.

En premier lieu, quid d’interdire les oreillettes, qui faussent la course ? Tout comme il serait judicieux d’en finir avec les analyses statistiques, capteurs de puissance, watts, etc. Ou alors à la fin de la journée (ou de la compétition) mais pas en course. Les cyclistes devraient pouvoir courir avec leurs sensations, pas comme des robots.

Pour les courses de trois semaines, on pourrait imaginer également deux mesures qui auraient un impact certain sur la course : l’attribution au premier, et uniquement au premier, d’une bonification de deux minutes quel que soit l’étape. Cela chamboulerait alors toutes les stratégies de course sur trois semaines, une équipe de 8 pouvant difficilement contrôler tout ce temps. On y ajouterait l’élimination, à chaque étape, du dernier en course (donc 21 coureurs éliminés au bout de trois semaines), ce qui amènerait un casse tête supplémentaire pour les équipes.

A lire également les propositions de Laurent Jalabert afin de redynamiser le Tour de France.

Prochaines grosses échéances cyclistes : la Clasica San Sebastian, suivie de la Vuelta, et cette semaine pour la Bretagne, la Kreiz Breizh Elites.

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Ce tour de France cycliste m’a moins intéressée que ceux d’autrefois! Les cyclistes actuels roulent beaucoup trop vite et je me demande s’ils ne prennent pas de la drogue…surtout que le dopage actuel n’est plus décelable dans les urines!…

  2. Et si le Tour de France pouvait se dérouler en France et visiter toutes les provinces, ce serait le bonheur pour tous !! Mais il y a d’ autres buts chez ASO qui laisse à penser que le TdF est devenu une affaire commerciale bassement lié à la pub !!!!

  3. Et si le Tour de France pouvait se dérouler en France et visiter toutes les provinces de….France, ce serait le bonheur pour tous !! Mais il y a d’ autres buts chez ASO qui laisse à penser que le TdF est devenu une affaire commerciale bassement lié à la pub !!!! Bravo malgré tout à tous les coureurs !!!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !