Laurence Maillart, Pascal Bolo, législatives, taxe foncière…A part ça, tout va bien

A part ça, tout va bien

  • Maillart 29 – Chaque député dispose d’un crédit de 10 581 euros pour rémunérer des collaborateurs qui sont ses salariés ; le salaire est compris, le plus souvent, entre 1 500 et 3 000 euros net ; le député fixe librement le montant des salaires, il embauche et débauche à sa guise. Pendant le mandat 2017-2022, Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM), député de Rennes-Cesson-Sévigné, fut la championne du nombre de collaborateurs employés. D’après Le Canard enchaîné (15 juin 2022), elle en usa 29. « L’un d’eux s’est vu signifier sa fin de contrat alors qu’il venait tout juste d’entamer sa période d’essai, se souvient une ex-collègue. Il s’est fait jeter comme un malpropre. Son successeur a dû durer six mois… » Il paraît que cette façon de procéder lui a coûté son poste de présidente de la commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale ; elle n’est plus que simple « membre ». Dans sa profession de foi pour le premier tour des législatives 2022, elle donnait les « 10 raisons de me faire confiance »…
  • Cherche « bonne » circonscription – Dans la circonscription de Rennes-Cesson-Sévigné, au second tour des élections législatives de 2017, Bertrand Plouvier (LR) est battu par Laurence Maillart-Méhaignerie : 26 922 voix (74,44 %) contre 9 243 voix (25,56 %). Le sieur Plouvier en a gros sur la patate : « Je me suis investi sur le terrain, depuis des mois. Pour qu’au bout, une personne qui n’était pas dans cette campagne il y a un mois, gagne au sprint. Je suis pris dans la vague. » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, lundi 19 juin 2022). Au second tour de 2012, Plouvier (UMP) avait déjà été battu par Nathalie Appéré (PS) : 32 040 voix (63,45 %) contre 18 458 voix (36,55 %). Dégoûté de la vie rennaise, Plouvier se délocalise à La Baule, persuadé que dans ce secteur sociologiquement de droite, il aura toutes ses chances puisque ce malin de Franck Louvrier (LR), maire de La Baule, lui cède la place. Mais les électeurs de la circonscription de Guérande ne reconnaissent pas ses mérites en 2022 ; ils ne lui permettent même pas d’être qualifié pour le second tour. Arrivé en quatrième position (13,22 % des suffrages exprimés), après Laurence Le Page (RN), il doit assister sur le banc de touche au duel du second tour qui voit la sortante Sandrine Josso (Ensemble-MoDem) battre Véronique Mahé (Nupes-PCF) : 31 074 voix (57,06 %) contre 23 381 voix (42,94 %). Notons la chance qu’a eue Mme Josso de recevoir l’investiture de la majorité présidentielle pour les législatives de 2022 ; en effet elle était contestée par les équipes de « militants » de LREM – les comités locaux « La Baule-Presqu’île de Guérande En Marche » et « En Marche Pontchâteau-Pays des Trois rivières » – qui ne voulaient plus en entendre parler. Au dernier moment, un sondage de notoriété lui a permis d’être investie (19 mai). Eliminé au premier tour, Bertrand Plouvier refuse de donner une consigne de vote pour le second. Dans un communiqué, il indique : « Ma déception est encore plus grande, car la députée sortante est qualifiée pour le second tour, malgré un bilan catastrophique, tant pour la circonscription que pour la fonction parlementaire. Je crains malheureusement que nous ne soyons encore plus déçus dans les temps à venir. » (Ouest-France, Saint-Nazaire, vendredi 17 juin 2022). Plouvier va-t-il chercher une autre circonscription pour 2027 ? Aujourd’hui, en Bretagne, la droite ne tient plus que deux circonscriptions (sur 37) : Loudéac avec Marc Le Fur et Saint-Malo avec Jean-Luc Bourgeaux.
  • Le sniper Bolo – Socialiste à l’ancienne, Pascal Bolo est adjoint au maire de Nantes chargé de la sécurité et de la tranquillité publique. En clair, il n’aime ni les écolos ni les insoumis… qui le lui rendent bien. Le maire Johanna Rolland (PS) essaie de se tenir au-dessus de la mêlée. Sur les réseaux sociaux, Bolo vide son sac. Ainsi il qualifie la Nupes d’ « alternative mortifère ». Il attaque le Nantais Christophe Clergeau (PS), conseiller régional des Pays de la Loire, qui participa à la négociation pour la constitution de la Nupes : « Hé, c’est ta gauche, ça ? Franchement tu n’as pas honte ? Pour un poste de secrétaire national du PS ? Quelle dérision. » « Je n’ai pas de problèmes avec la diversité des convictions, ni avec les Insoumis, même si j’ai des désaccords importants. Ce qui me met en colère, c’est que les dirigeants de mon parti se soumettent à LFI. » La Nupes, estime Bolo « n’est qu’un accord électoral, qui ne survivra pas au-delà de quinze jours, après les élections ». (Presse Océan, vendredi 10 juin 2022). Il faut bien reconnaître qu’en Loire-Atlantique, Christophe Clergeau a mal défendu les intérêts de son parti puisque l’investiture Nupes est accordée à LFI dans six circonscriptions (Nantes centre, Nantes-Saint-Herblain, Nantes-Nort-sur-Erdre, Saint-Nazaire, Clisson-Paimboeuf, Clisson), au PS dans une circonscription (Nantes-Orvault), à EELV dans deux circonscriptions (Nantes-Rezé, Châteaubriant), au PCF dans une circonscription (Guérande). Résultat des courses : le PS n’obtient aucun député dans le département, LFI trois (Matthias Tavel à Saint-Nazaire, Andy Kerbrat à Nantes centre, Ségolène Amiot à Nantes-Saint-Herblain), EELV deux (Julie Laernoes à Nantes-Rezé, Jean-Claude Raux à Châteaubriant). Pour l’instant, l’« accord électoral » (LFI, PS, EELV, PCF) a l’air de tenir… Car les socialistes ont la trouille de Jean-Luc Mélenchon ; ils savent qu’en cas de dissolution, LFI pourraient présenter des candidats partout et balayer les derniers députés du PS. Bolo devra donc se faire à cette réalité : pour les élections municipales de 2026, il faudra compter avec les Insoumis et leur accorder des places ; par exemple celle d’adjoint à la sécurité !
  • Taxe foncière – Pascal Bolo ne s’occupe pas seulement de la sécurité publique à Nantes, il est également adjoint aux finances. Quand les habitants recevront leur avis d’imposition à l’automne, ils constateront une progression de 7,8 % du taux de la taxe foncière entre 2021 et 2022 à cause de la Ville qui a voté une hausse de 9 %, alors que la Métropole n’a pas touché au taux ; il paraît qu’il n’y avait pas eu d’augmentation depuis onze ans et que cette hausse sera la seule pendant le mandat. Situation différente à Brest puisque si la taxe foncière progresse de 0,9 %, c’est à cause de la Métropole, la Ville n’ayant pas touché au taux (Le Figaro Economie, vendredi 20 mai 2022). Voilà un sujet sur lequel les écolos n’ont rien à dire ; la défense des migrants les intéresse davantage : « Pascal Bolo a assimilé la délinquance et les migrants et ce sont des propos qui sont comparables à ceux du Front national. C’est tout à fait contraire à notre projet et à notre optique. On reconnaît que, face au problème de deal en ville, on ne peut pas rester sans rien faire, que le renforcement de la police est nécessaire. Mais la présence policière n’est pas la seule réponse. On ne craint pas un tour de vis sécuritaire, mais il peut y avoir des nuances », affirment les Verts de la Métropole (Presse océan, jeudi 10 septembre 2020). Si on comprend bien, Pascal Bolo n’est pas l’homme des « nuances ». Mais les écolos veulent bien oublier cet « accident » et ces « mots maladroits »… Johanna Rolland est sauvée !

Bernard Morvan

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. On se demande bien pourquoi le PS confie encore quelque mission que ce soit à Christophe Clergeau, qui a perdu tout ce qu’il pouvait perdre, en particulier la région des Pays de la Loire. Il est peut-être protégé d’en haut, car sa mère était députée socialiste (certains l’appellent « le clergeau sous la mère »), mais à 54 ans, il a eu le temps de faire ses preuves…

  2. Pas de soucis pour monsieur Bolo et ses amis socialistes. Ils sont toujours dans l’autosatisfaction.
    Insécurité, violences graves, Tout va bien. L’urbanisation de l’île de Nantes ? Les arbres, hérons et autres animaux métalliques ? Admirables, c’est de l’Art. De l’Art imposé : Au début du projet Arbre hérons : notre maire lance « je veux voir briller les yeux des nantais ».
    Tout n’est pas mauvais et les écolos ont mis un peu de baume. Le bilan est tout de même très négatif pour une ville qui avait tant d’atouts, d’espaces à préserver et à mettre en valeur. Quant à l’écoute des nantais…. Les promoteurs, les commerçants passent en premier.

  3. ils sont payés pour faire un travail, non pas pour faire bosser des gens à faire leur boulot ! quand on sait qu’en réalité ils suivent les consignes de leur parti…

    1. Oui en Loire-Atlantique les élus PS suivent les consignes de leur parti
      Ils suivent aussi avec constance, les consignes du gouvernement : faire de Nantes la capitale du Grand-Ouest.
      Responsabilité, notoriété, pouvoir sont liés à ces objectifs.
      Chaque élu, PS ou autre, ne devrait faire qu’un mandat de suite. Eventuellement être référent momentanément pour une transition

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !