Jeûne. Des médecins vont marcher 100 km entre le Mont Saint-Michel et Saint-Malo du 18 au 24 septembre

Le jeûne est inscrit dans nos gènes et dans l’histoire de l’humanité. Ses bénéfices sont validés par de nombreuses études scientifiques depuis la fin du dix-neuvième siècle, dans le monde entier. Il est d’ailleurs largement pratiqué dans certains de nos pays voisins. Pourtant, il reste particulièrement méconnu du corps médical français et souvent du grand public, malgré une pratique de plus en plus répandue.

C’est pour faire connaître cet excellent outil de santé, de prévention et d’avenir, lorsqu’il est pratiqué dans de bonnes conditions et selon des techniques (ou pratiques) bien établies, que 15 médecins de l’Académie Médicale du Jeûne (AMJ) se sont lancés un défi qui pourrait paraître audacieux : marcher 100 km en jeûnant, sur le GR34, pendant une semaine.

    « Nous voulons montrer que le jeûne est une pratique éprouvée, sans danger, bénéfique pour la santé, et permettant une activité physique normale. »

Une initiative pour faire connaitre le jeûne

En France, certains soignants sont souvent sceptiques, voire hostiles au jeûne, en raison de leur méconnaissance du sujet. Or, cette position du corps médical ne repose sur aucun fondement tangible. Dans d’autres pays comme l’Allemagne, le jeûne est une pratique médicale encadrée courante.

En effet, la documentation scientifique abondante a depuis longtemps attesté des bienfaits du jeûne lorsqu’il est suivi dans de bonnes conditions.

D’ailleurs, dans notre pays et malgré les mises en garde d’organismes officiels, des dizaines de milliers de personnes en bonne santé jeûnent chaque année dans les Centres certifiés FFJR (Fédération Francophone de Jeûne et Randonnée), et renouvellent cette pratique qui leur fait du bien.

« Nous souhaitons fédérer les médecins intéressés par le jeûne, afin de partager les connaissances actuelles et, qui sait, envisager l’évaluation de la pratique par le corps médical français » indiquent les organisateurs.

Une ressource simple, efficace, accessible à tous pour le maintien en bonne santé

Des centaines de publications ont conduit à des recommandations pour le suivi d’un jeûne par un consensus d’experts de l’AGHE (Association allemande de Médecins spécialistes du jeûne et de la nutrition), actualisé en 2013.

En 2016, le prix Nobel de médecine a été attribué au Pr Yoshinori OHSUMI pour ses travaux sur le mécanisme de l’autophagie : en l’absence de nourriture, la cellule vivante recycle ses composants, et opère un grand nettoyage. Le Pr Valter LONGO, biologiste et gérontologue, aux États-Unis a étudié les mécanismes biologiques de cette adaptation, et montré ses bénéfices sur le ralentissement de la sénescence cellulaire, la protection des cellules saines contre les mécanismes oxydatifs, la fragilisation des cellules tumorales…

Le Pr Andreas MICHALSEN, spécialiste en médecine interne et en médecines complémentaires à l’hôpital de la Charité à Berlin, vient de publier un livre (Guérir avec les forces de la nature, Albin Michel, 2020) où les médecines naturelles – dont le jeûne – rencontrent enfin, et complètent la médecine conventionnelle.

En Allemagne, en Suisse, aux États-Unis, hôpitaux et cliniques reçoivent des patients pour des séjours de jeûne thérapeutique de 5 à 20 jours. Ces établissements partagent l’ambition de traiter durablement et sans médication les troubles métaboliques et maladies de civilisation en attribuant une place de choix au jeûne au sein d’une prise en charge globale.

Un parcours de 7 jours sur le GR34

Le 18 septembre 2022, le groupe de médecins jeûneurs commencera son périple de 100 km dans la magnifique baie du Mont-Saint-Michel avec un objectif : marcher jusqu’aux remparts de Saint-Malo en jeûnant selon la méthode du Dr Buchinger. Concrètement, cela signifie qu’ils pratiqueront un jeûne doux accompagné de jus de légumes et de fruits, de bouillons de légumes et de tisanes. Et c’est tout !

Les différentes étapes de ce défi médical inédit en France :

• Jour 1 – La traversée du Mont-Saint-Michel : 13 km ;
• Jour 2 – Saint Marcan : 15 km ;
• Jour 3 – Cherrueix : 15 km ;
• Jour 4 – Cancale Le Saussaye : 15 km ;
• Jour 5 – Saint Coulomb La Guimorais : 15 km ;
• Jour 6 – Havre de Rothéneuf : 15 km ;
• Jour 7 – Saint-Malo Le Sillon : 12 km.

Crédit photo : Flickr : https://www.flickr.com/photos/feuilllu/27205139833/
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Je fais un jeûne de 14 jours par semestre depuis maintenant trois ans et je peux effectivement confirmer que c’est sans risque je l’ai moi aussi associé à la pratique de la marche. Le plus dure étant pour moi qui suis un goinfre gourmand de m’occuper l’esprit pour ne pas penser à la nourriture…
    Le ressenti final est incroyable aussi bien physiquement que psychologiquement apparemment cela est dû au passage en mode cétogène..

  2. Pauvres médecins décrédibilisés auprès d’une grande partie de la population . N’ont ils pas mieux à faire en ce moment ? Ou alors veulent-ils avec la macronie , nous apprendre à nous serrer la ceinture ?

  3. Qoui de plus normal, dans un pays ,où les gens ne mangent plus, ils bouffent !!
    La preuve ? Nous n’avons jamais eu autant d’obèses dans le pays, nous coppions les américains en tout et pour tout, même pour les jeux et distractions en tous genres et tous les modes de vies Yankées…..Alors qu’il suffirait de penser un petit peu seulement à ceux qui n’ont pas assez de nourriture au travers de la Planète….ça aussi cela fait partie des commormidités..qui ralentissent et réduisent l’espérance de vie….A bon entendeur Salut !
    Kephas.

  4. Notre société est dirigée par les industries alimentaires, le jeûne représente donc pour eux une perte de CA. La plupart des médecins étant corrompus par big machin, la boucle est bouclée, et les articles sur le jeûne quasi inexistants. C’est très compliqué d’avoir la volonté de jeûner avec toutes les tentations induites par cette société de consommation. Mais quand on jeûne au moins 5 jours, quel bonheur ensuite. Prenez-vous en main…

  5. Dans l’armée Française on vous apprends la règle des 3 (et non la règle de trois) il s’agit de :
    3 secondes d’inattention (pouvant conduire à un accident)
    3 minutes sans respirer, ou dans un environnement vicié
    3 heures sans réguler sa température en cas de conditions de froid ou chaud sévères
    3 jours sans boire (cela peut être moins toujours en cas de conditions sévères)
    3 semaines sans manger
    Bien entendu, ces valeurs peuvent varier selon la personne, l’endroit, je pense notamment à l’altitude. Quoiqu’il en soit, on peut classer le fait de ne pas se nourrir en dernière position et le jeune raisonnable ne peut être considéré comme notre premier ennemi fatal. Mais bon, dur dur de ne pas manger !
    Bon courage à ces médecins si toutefois ils on pris ce temps sur leurs congés, sinon, et pour rejoindre MORAND : Retournez au boulot !

  6. Ben voyons ! le jeûne est religieux c’est tout ! faire souffrir, douter, culpabiliser c’est ce que font les religions ! certains ont été brulés en France pour ne pas avoir jeûné ! En leur mémoire, je mange quand j’ai faim !

  7. Plus d électricité de gaz de fuel a cause de l appétit de l OTAN plus de patates de fruits a cause de la secheresse plus de viande a cause des Verts plus de famille a cause des LGBT…voilà le jeune. « Vous n aurez rien et vous serez heureux »

  8. Dans le cadre des expériences extrêmes, je recommande 3 jours sans dormir. Le cerveau rentre dans un état modifié de la conscience, qui peut s’accompagner d’hallucinations. Un homme peut s’arrêter de manger, assez facilement. Il peut s’arrêter de boire plus difficilement, mais le manque de sommeil est terrible.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS