Irlande du Nord. La New IRA totalement neutralisée ?

Il s’agit de l’enquête la plus importante et la plus coûteuse de ce type. L’opération Arbacia, dirigée contre la New IRA, en Irlande, aurait démantelé l’organisation de haut en bas. Mais en quoi la purge menée par le MI5 contre le groupe de républicains dissidents violents diffère-t-elle des enquêtes précédentes et existe-t-il un autre informateur de haut niveau dans les rangs de l’organisation ?

L’opération Arbacia aurait-elle sonné le glas de la New IRA ?

Vendredi, deux autres membres présumés de la Nouvelle IRA ont été placés en détention provisoire pour des infractions liées à l’opération Arbacia. Gary Gerard MacNally (62 ans) et Joseph Donnelly (51 ans) ont été placés en détention à Belfast Ouest. Lors d’une courte séance du tribunal correctionnel de Belfast, leurs arrestations ont été liées à des enregistrements audio effectués il y a deux ans.

Les deux sont conjointement accusés d’appartenance à une organisation interdite, à savoir l’IRA, et de direction d’une organisation terroriste.

Ils sont également accusés d’avoir préparé des actes terroristes en participant à des réunions à proximité du centre de loisirs Whiterock à Belfast. Les infractions présumées ont eu lieu à des dates comprises entre le 31 décembre 2019 et le 24 août 2022.

Elles portent à 12 le nombre de personnes actuellement accusées d’infractions graves à la suite de la surveillance du MI5. Parmi elles figurent les dirigeants présumés de la Nouvelle IRA et un médecin généraliste palestinien, le Dr Issam Bassalat. Le rôle de surveillance du MI5 a été critiqué par les organisations de défense des droits de l’homme, qui soulignent le manque de transparence dans la façon dont ont été menées ces opérations.

Le MI5 est basé à Palace Barracks à Holywood. Environ 25 % de son budget annuel global est consacré à l’Irlande du Nord. Si la grande majorité de ces ressources est consacrée aux groupes républicains dissidents, le MI5 surveille également les activités des islamistes mais aussi d’organisations dites d’extrême droite. Parallèlement, la surveillance des paramilitaires loyalistes avait été réduite car ils n’étaient plus considérés comme une menace pour la sécurité nationale.

Cependant, les retombées du protocole du Brexit, avec un faux attentat à la bombe placé lors d’un événement pacifique dans le nord de Belfast auquel assistait le ministre irlandais des Affaires étrangères Simon Coveney au début de l’année, auront changé la donne et replacé les loyalistes sur le radar du MI5.

Mais c’est la Nouvelle IRA, autrefois le plus actif des groupes dissidents, qui a été le plus visée et qui subi les conséquences des évolutions technologiques et matérielles dans la façon dont ont les responsables du MI5 de leurs opérations. L’opération Arbacia s’est poursuivie depuis 2019.

Mise en place à la suite du meurtre de la journaliste Lyra McKee lors d’une émeute à Derry, elle visait à éliminer les dirigeants de l’organisation et à éliminer toute menace qu’ils représentaient. Cela ne veut pas dire que ces groupes n’étaient pas déjà sous surveillance et fortement infiltrés jusqu’à ce moment-là.

L’agent du MI5 au centre de l’opération la plus importante, l’Écossais Dennis McFadden, faisait partie du groupe depuis sa création en 2012, ayant déjà infiltré la Real IRA grâce à ses liens avec l’ex-prisonnier de l’IRA provisoire Tony « TC » Catney. McFadden se cachait aux yeux de tous.

Il était un ancien agent spécial en Écosse avant de s’installer en Irlande du Nord. Il a d’abord infiltré les loyalistes, prétendant à l’époque être un membre retraité du 2 Para et un vétéran des SAS. Il a ensuite infiltré le Sinn Fein dans le nord du comté d’Antrim, mais a été mis sur la touche après que des membres de l’organisation aient mis en cause sa couverture de pilote commercial dans une compagnie de voyage bien connue. Des enquêtes ont été menées, et il a été confirmé que personne de ce nom ne travaillait là. Il vivait également dans la ville loyaliste de Carrickfergus tout en prétendant être un républicain convaincu. Après cela, il s’est réinventé, cette fois en tant que gérant d’un pub sur Falls Road fréquenté par ceux qui étaient contre la stratégie du Sinn Fein et n’étaient plus les bienvenus dans les clubs sociaux républicains.

Une organisation totalement démembrée

Il allait devenir le meilleur ami de Catney, membre senior de la Real IRA, qui est décédé d’un cancer en 2014. Plus tard, il a prétendu être un inspecteur de la sécurité des hôtels pour couvrir ses longues périodes d’absence. Lorsque la Real IRA a fusionné avec la New IRA, McFadden a gravi les échelons sans se poser de questions.

La panique ne s’est installée que vers la mi-août 2020, lorsqu’on a remarqué que non seulement on ne l’avait pas vu depuis un certain temps, mais que sa grande maison de Glengormley avait été vidée de ses meubles. McFadden, sa jeune femme et son enfant avaient disparu.

Peu après, les arrestations ont commencé, la plus spectaculaire étant celle de Kevin Barry Murphy, un dissident chevronné. Son arrestation a été suivie de celle de Davy Jordan et de sa femme Sharon Rafferty/Jordan, ainsi que de la femme accusée d’être en charge des finances du groupe, Amanda McCabe, qui se fait appeler Mandy Duffy, et de Damian McLaughlin, qui a été acquitté en 2018 des charges liées au meurtre de l’agent pénitentiaire David Black.

Murphy a été décrit au tribunal comme le chef de la Real IRA dans l’est du Tyrone. Un médecin qui avait pris la parole lors d’événements organisés par Saoradh, l’aile politique de la New IRA, a été arrêté à l’aéroport d’Heathrow et emmené à Belfast pour être interrogé. Issam Bassalat est depuis retourné à Édimbourg, où il est toujours en liberté sous caution.

Toutes les arrestations ont eu lieu à la suite de deux réunions dans des propriétés louées par McFadden et équipées de caméras et de dispositifs d’écoute. Arbacia a provoqué la paranoïa dans les rangs de la Nouvelle IRA.

L’expert en sécurité Philip Ingram, ancien officier du renseignement militaire, a déclaré que les groupes dissidents utilisaient des tactiques dépassées alors que des organisations telles que le MI5 développent constamment de nouvelles technologies.

« Regardez simplement comment la qualité de la caméra de votre téléphone a changé au cours des dix dernières années. Maintenant, considérez comment la technologie utilisée par le MI5 a progressé. Toutefois, cela n’enlève rien à la nécessité de disposer de sources humaines secrètes de renseignement. Les deux sont nécessaires. Les informateurs sont nécessaires pour indiquer où se déroulent les réunions et ce qui est susceptible d’être discuté. Les bonnes méthodes traditionnelles, à l’ancienne, qui les aident à entrer, à comprendre où placer les appareils, quand les placer, quand les allumer, et qui est susceptible d’être là – ces informations proviennent du renseignement humain.»

Il apparait par ailleurs que la surveillance du centre de loisirs de Whiterock, au cœur de Belfast Ouest, était à l’origine de l’arrestation de MacNally et Donnelly. MacNally est un personnage controversé ; il a été membre de trois organisations républicaines différentes, et a tenté sans succès de rejoindre une quatrième.  Lors de l’une des réunions enregistrées dans le Tyrone, il aurait été nommé à un poste de haut rang au sein de la Nouvelle IRA en dépit de son absence, ce qui est non seulement inhabituel, mais aussi inédit. Il était auparavant menacé par Oglaigh na hEireann, qui l’accusait de voler des armes et de tenter de les échanger avec une autre organisation. Il utilisait régulièrement le site de Whiterock comme lieu de rencontre.

Il est désormais placé en détention provisoire à Maghaberry avec les autres accusés et devrait subir un débriefing intensif lorsqu’il rejoindra l’aile républicaine de Roe House. On dit que l’aile est tendue et que l’atmosphère est chargée. Deux hommes – Joe Barr et Paddy McDaid – sont déjà partis, libérés sous caution après avoir renoncé à la violence.

Gary Hayden a également renoncé à la violence, mais s’est rétracté après s’être vu refuser la liberté sous caution. Nombreux sont ceux qui accusent les dirigeants d’être responsables de la purge qui a donné lieu à de multiples arrestations.

La Nouvelle IRA, qui ne compte plus qu’un petit nombre de membres, principalement dans le quartier de Creggan à Derry, a eu recours ces derniers mois au recrutement de jeunes, souvent âgés d’une vingtaine d’années, pour compléter ses effectifs. Ils restent convaincus qu’un autre informateur travaille dans leurs rangs à un niveau élevé. N’ayant pratiquement plus d’armes et la plupart de ses dirigeants étant derrière les barreaux, le groupe a été pratiquement neutralisé par l’opération Arbacia.

Des sources républicaines affirment que toute attaque qu’ils tenteraient de lancer devrait être traitée comme « l’agonie d’un animal mourant », et que des voies de communication en vue d’appeler à un cessez-le-feu ont déjà été mises en place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Ecrire « Le MI5 est basé à Palace Barracks à Holywood. Environ 25 % de son budget annuel global est consacré à l’Irlande du Nord », n’est-ce pas un raccourci abusif ? Sauf erreur de ma part, il faut le lire ainsi : « le MI5, dont le siège est à Londres, consacre 25 % de son budget à l’Irlande du Nord, où il ses services régionaux sont établis à Holywood ». Hormis ce genre de détail, merci pour cet article informé et informatif. On rêve du jour où les services français seraient aussi efficaces contre les réseaux islamistes.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS