En Irlande, un enseignant catholique en prison pour outrage au tribunal : il refusait d’utiliser le pronom « iel » à propos d’un élève transgenre

L’Irlande s’effondre, comme le reste de l’Occident.

Enoch Burke a été incarcéré à la prison de Mountjoy pour outrage au tribunal après avoir dit à un juge qu’il ne respecterait pas une ordonnance du tribunal l’empêchant de se rendre au travail alors qu’il était suspendu, affirmant que cela violerait ses croyances religieuses.

Un enseignant qui refuse de s’adresser à un élève avec le pronom « iel » a été emprisonné pour avoir refusé de se conformer à une injonction temporaire l’empêchant d’assister ou d’enseigner à l’école secondaire où il est employé. Le juge Michael Quinn a ordonné qu’Enoch Burke soit placé à la prison de Mountjoy jusqu’à ce qu’il accepte d’obéir à une injonction lui interdisant d’assister ou de tenter d’enseigner à la Wilson’s Hospital School de Co Westmeath, qui l’a suspendu de son poste de professeur d’histoire et d’allemand.

L’ordonnance a été rendue après que les avocats de l’école ont indiqué au tribunal que M. Burke ne respectait pas les conditions de sa suspension rémunérée et une injonction temporaire ex-parte lui demandant de rester éloigné de l’école. Le juge a déclaré que M. Burke devait rester incarcéré jusqu’à ce qu’il purge son outrage et accepte de se conformer à l’injonction obtenue par l’école la semaine dernière. Le juge a pris cette décision après que M. Burke ait déclaré à la cour qu’il ne pouvait pas se conformer à l’ordonnance et qu’il avait l’intention de retourner à l’école.

Il a déclaré que sa suspension était due à son objection à la directive donnée par l’école au personnel en mai dernier d’appeler « un garçon » comme étant « une fille » à l’école. Il a déclaré qu’une telle directive était « contraire aux Écritures » et allait à l’encontre de « l’éthique de mon école et de l’Église d’Irlande », et qu’il ne pourrait jamais l’accepter car il n’est pas d’accord avec le transgendérisme.

Accepter de se conformer à l’ordonnance du tribunal, a-t-il dit, revient à enfreindre sa propre morale, son éthique et ses opinions religieuses.

Il a ajouté qu’il « ne voulait pas aller en prison » et qu’il respectait la loi. Cependant, se conformer aux ordres serait « un mépris » de ses propres croyances chrétiennes profondes qui, selon lui, lui sont « très chères ».

Suspension à tort

Se représentant lui-même au tribunal, M. Burke a déclaré qu’il avait été suspendu à tort de son poste, affirmant que le processus disciplinaire utilisé pour le suspendre était entaché d’un vice de procédure et que l’injonction n’aurait pas dû être accordée. M. Burke a déclaré qu’il « aimait être enseignant » et l’école elle-même. Cependant, il a dit qu’il s’opposait à la direction de l’école en ce qui concerne l’élève.

M. Burke a été arrêté lundi matin par la police de l’école avant d’être transféré au Four Courts de Dublin.

L’ordonnance de saisie de M. Burke a été prise vendredi dernier après que le tribunal ait été informé que, en violation des termes de sa suspension rémunérée et de l’injonction temporaire, il était présent sur le campus de l’école « assis dans une classe vide ». L’école, située à Multyfarnham, Co Westmeath, est l’école diocésaine de l’Église d’Irlande pour Meath et Kildare.

La commission scolaire – représentée dans cette action par Rosemary Mallon Bl, instruite par Ian O’Herlihy de Mason Hayes and Curran solicitors – affirme que malgré la signification et l’information de l’injonction provisoire, M. Burke a continué à fréquenter l’école.

L’avocat a ajouté que l’école demandait l’ordonnance d’incarcération contre M. Burke comme une mesure coercitive, prise en « dernier recours », et non comme une mesure punitive. La cour a entendu que le conseil ne souhaite pas voir M. Burke en prison, mais veut qu’il se conforme aux termes de l’injonction temporaire. L’école affirme que son refus de se conformer à l’injonction pourrait perturber les élèves de l’école au début de la nouvelle année scolaire.

Conformité

En rendant la décision de la Cour, le juge Quinn a déclaré que les questions de fond du litige n’étaient pas ce qu’il devait considérer en relation avec la motion de saisie et d’emprisonnement de M. Burke. M. Burke, a-t-il dit, a la possibilité de soulever ses objections à la fois à sa suspension et à l’injonction lors des audiences prévues plus tard ce mois-ci. La seule préoccupation de la Cour est le respect par M. Burke des conditions de l’injonction, a-t-il ajouté.

Le juge a déclaré que, sur la base de ce qui avait été présenté à la cour, M. Burke était en flagrant délit d’outrage à l’ordre de la cour. Le défendeur a clarifié sa position en déclarant qu’il ne se conformerait pas à l’injonction obtenue la semaine dernière, a noté le juge. Le juge a ajouté que, par conséquent, M. Burke était placé en prison jusqu’à ce qu’il décide de purger son outrage. M. Burke peut le faire à tout moment, a précisé le juge.

Auparavant, le tribunal a appris que M. Burke avait été placé en congé administratif rémunéré en attendant l’issue d’une procédure disciplinaire engagée par l’école, où il est employé depuis plusieurs années, à la mi-août.

La procédure disciplinaire aurait été engagée après que M. Burke ait exprimé publiquement son opposition à la directive du directeur de l’école de s’adresser à un élève, qui souhaite changer de sexe, en utilisant un nom différent et le pronom « iel » plutôt que « il » ou « elle ». M. Burke a déclaré à la Cour, lundi, qu’il estimait que cette directive relevait de « l’hypocrisie », ajoutant que ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait accepter de faire.

 

La prochaine étape de la procédure disciplinaire doit avoir lieu à la mi-septembre.

Les prisons d’Occident seront-elles bientôt réservées aux dissidents idéologiques et politiques , avec l’aval (et le reniement) de l’Eglise catholique ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

16 réponses

  1. Mieux vaut s’appeler Brigitte Macron et faire des détournements de mineurs dans le cadre de son métier, là ça passe.

    Apparemment c’est plus « dangereux pour la société » de voir un prof vouloir enseigner en négligeant un pronom caprice que de voir une prof se taper des élèves mineurs 25 ans plus jeunes qu’elle …

    Ceci-dit c’est cohérent avec Cohn Bendit encore invité dans tous les merdias bien qu’il ait été banni d’Allemagne pour sa multirécidive de propagande pédophile dans l’espace public.
    Cohn Bendit invité à donner son avis sur tous les sujets c’est comme demander l’avis de Jacques Dutroux sur tous les sujets ^^

    1. Décadence totale ! la connerie n’a plus de borne. et l’Eglise irlandaise devrait se tenir en ordre de bataille derrière ce professeur. Qu’en est-il ?

      Félicitations à anonyme en tout cas pour son commentaire !

    2. bien dit ! c’est la chute de notre civilisation…. si les gens pouvaient comprendre et voter pour les partis qui veulent garder nos valeurs…. un jour lorsque l’islam aura pris le pouvoir il sera trop tard!

  2. Lamentable ! Notre société est tombée bien bas, bravo à ce professeur qui a le courage de résister à cette vague totalement stupide des fameux LGBT !

  3. Décadence totale ! la connerie n’a plus de borne. et l’Eglise irlandaise devrait se tenir en ordre de bataille derrière ce professeur. Qu’en est-il ?

  4. Si ce catholique convaincu et ferme dans ses convictions sur un point de bon sens est soutenu par un épiscopat aussi énergique que l’épiscopat français il n’est pas sorti de l’auberge !

  5. Le monde à l’envers, la décrépitude morale et intellectuelle, la bêtise sans limite. Ce sont quelques abrutis et autres associations subventionnées avec l’argent public qui, partout en Europe, imposent leur idéologie et leur diktat.
    Albert Einstein avait bien raison en déclarant « Il y a deux choses sans limite : l’Univers et la bêtise humaine. Mais pour l’Univers je n’en ai aucune certitude. »

  6. They c’est ils, « non genré » mais au pluriel. Que devrait être iel en anglais ? Hesh ? En breton ? Ehi ? En français alors plutôt ils que iel ? En latin (en italien et en espagnol non plus, je crois) pas de pronom personnel sujet, kudenn ebet.

  7. Il est « catholique » ou « chrétien évangélique » ?
    Sur le fond, cela ne change rien à l’affaire (très grave sur les dérives totalitaires en train de s’enraciner en Occident alors qu’elles émanent d’une minorité malsaine….)
    mais sur la forme, cela en dit long sur une certaine rigueur.

    Autre chose : après que + INDICATIF (car l’action a eu lieu) et non + SUBJONCTIF.

    1. Hahahaha, catholique ou évangélique ce n’est pas précisé. Mais apparemment chaque confession religieuse veut s’accaparer du bon témoignage du prof. À mon avis il doit être angélique, ça leur ressemble plus.

  8. Je vous pose une question, si vous le permettez : Pensez-vous qu’un professeur de confession musulmane aurait subit les mèmes foudres de la part d’un tribunal s’il avait lui aussi refusé de céder à la folie LGBT ?
    Réponse A : Oui les juges sont parfaitement impartiaux et ne sont pas influençables.
    Réponse B : Non les juges chient dans leur frocs dès qu’ils sont confrontés aux  »minorités ».

  9. Avec la complicité de nos évêques, de François et ses cardinaux, comme de nos dirigeants laïques et quelques courtes années, la France et pas seulement la France puisque l’Irlande Catholique est atteinte du même mal, tout l’occident sera <> complètement et après ça, l’islam qui pendant ce temps-là tisse sa toile régnera sur nos con…..citoyens. Eux ils remettront les pandules à l’heure, car une femme est une femme, serviable à souhait; Mais serviable avant tout, par la force; mais serviable et corvéable à Merci.Pauvre France (anciennement Fille Aînée de l’Eglise) et pauvre Occident. Kephas

  10. Chaque jour qui passe je pense qu’on a touché le fond et le jour suivant je découvre qu’il il y en a qui creusent toujours.

  11. Si l’Islam impose la charia aux invertébrés et gastéropodes que sont devenus un (trop) grand nombre d’entre nous ( clercs compris en nombre « respectable »), ils ne l’auront pas volé…Quant aux autres, ils peuvent numéroter leurs abattis..

  12. Le professeur en question est protestant. L’école est dirigee spirituellement non pas par l’église catholique mais par l’église d’Irlande qui est anglicane, donc protestante. Precisions et corrections importantes, je le pense

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS