Législatives en Suède : percée historique des Démocrates suédois, la droite obtiendrait la majorité absolue

En Suède, selon les résultats partiels des élections législatives, dimanche 11 septembre, portant sur près de 95 % des bureaux de vote, le bloc de droite mené par le chef du Parti modéré de rassemblement (parti conservateur), Ulf Kristersson, appuyée par les Démocrates de Suède emporterait une majorité absolue de 175 à 176 sièges, contre 173 à 174 sièges pour le bloc de gauche de la première ministre sortante sociale-démocrate Magdalena Andersson.

L’autorité électorale du pays scandinave a prévenu que le verdict du scrutin devrait attendre mercredi 14 novembre, tant les scores sont serrés. S’ils se confirmaient, la gauche quitterait le pouvoir après huit ans aux manettes durant lesquels a été constatée l’explosion des viols, de la violence, de l’insécurité dans le pays scandinave.

En Suède, le poste de premier ministre revient traditionnellement au premier parti de l’alliance victorieuse. Un total de 349 sièges sont attribués à la proportionnelle aux partis réalisant au moins 4 %. Pour être investi, un premier ministre ne doit pas avoir 175 voix ou plus contre lui, mais pas nécessairement une majorité absolue en sa faveur.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. En Suède comme partout en Europe, l’imposture antiraciste servant à balayer d’un revers de main tout débat sur les problèmes réels d’une immigration de peuplement de populations porteuses (pas nécessairement au niveau de tous les individus, mais dans leur globalité) d’une civilisation antidémocratique, antihumaniste, hostile à toute liberté de conscience, de religion et d’expression sous peine de mort, en outre misogyne, raciste, antisémite et homophobe a poussé la gauche dite progressiste à nouer une alliance de fait avec cette véritable ultra-droite régressiste à tous points de vue.

    Une pêche aux voix des plus sordides que les islamistes, entre autres, ont accepté pour de simples raisons tactiques… Maintenant que certains seuils ont été dépassés, les islamistes se sentent assez forts pour voler électoralement de leurs propres ailes, en jetant aux oubliettes une gauche débile avec laquelle ils ne partagent rien d’autre que l’entente sur l’immigration de peuplement…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS