Hydrogène et éco-aviation peuvent-ils relancer la ville aux 5 ports, dans le sillage d’Air Lorient ?

Les opportunités de l’Eco-aviation, un modèle nouveau de mobilité pourrait-il relancer l’aéroport de Lorient en s’appuyant sur le pétrole du Morbihan : l’hydrogène. Un projet mis au point en partenariat avec une équipe de jeunes chercheurs nord-américains va dans ce sens : https://www.flyupav.com/

Pour réussir cette odyssée connectée entre ciel et terre, la Bretagne doit ouvrir un débat qui accompagne de nouvelles pistes en matière de financements innovants. Les temps pionniers de l’aviation sont nés dans des hangars à bateaux, avec les premiers hydravions en bois et en tissu.

A l’image de la ferme solaire développée à l’aéroport de Montpellier, l’offre de transport aérien durement impactée par les mesures liées au Covid 19, présente un potentiel pour de nouveaux entrepreneurs pour développer l’éco-aviation.

La compagnie Air Lorient, dont la base opérationnelle se trouvait sur l’aéroport de Lorient, s’était spécialisée dans les vols à la demande pour le transport de passagers au départ de l’aéroport et le ravitaillement des chalutiers en campagne de pêche. Le siège de la SARL Air Lorient était établi sur le port de pêche de Keroman.

Demain, il faudra relancer des investissements d’avenir pour continuer à accompagner le désenclavement de la péninsule bretonne.

Plusieurs think tanks bretons y réfléchissent déjà. Ami du pays du Redon, Alain Madelin a développé de nombreux travaux et ouvrages sur ce thème. En s’inspirant des mécanismes mis en place à l’étranger, il est possible de financer des travaux considérables en matière d’efficacité énergétique à condition de donner une valeur sûre aux économies d’énergie réalisées . Il existe en effet dans de nombreux pays des sociétés de services énergétiques qui se rémunèrent sur l’économie réalisée (autrefois les Sofergies en France), à l’instar de ce qui se pratique dans plusieurs États des États Unis. Il faut animer des réseaux de veille, y compris de l’autre côté de l’Atlantique. Hydrogène, batteries électriques etc… Restons optimistes.

Transformer de l’urine de porc en hydrogène renouvelable, c’est possible et c’est l’objet du projet Green Pig développé en Bretagne. Toutes ces expérimentations peuvent faire de la Bretagne une Silicon Valley de l’économie circulaire.

Kevin Lognoné

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. On ne nous a toujours pas expliqué par quel tour de magie l’hydrogène fais tourner les réacteurs d’avions ni comment stocker à bord les très lourds réservoirs pressurisés. Pour ce qui est de sa ferme solaire, l’aéroport de Montpellier est situé à 43° et 34 minutes nord alors que Lorient est à 47° 45mn, soit plus de 4° au nord. C’est beaucoup 4° au niveau de l’ensoleillement et des photons. On peut toujours rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !