Ile de Sark, une île anglo-normande au nom bien mystérieux

L’île de Sark est l’une des seigneuries du bailliage de Guernesey, confetti dépendant de la Couronne britannique qui entretient un voisinage au sud de presqu’île de Little Sark avec un autre îlot rocheux, L’Etac de Sark.  Mais Sark n’est pas seulement présente sur les cartes de la Manche.

Cutty Sark désigne un célèbre voilier historique et le plus rapide de son temps, devenu une attraction touristique primée sur une cale emblématique de Greenwich, berceau des sciences maritimes et de l’océanographie à Londres.

Que signifie « Cutty Sark » ? « Cutty Sark » est un nom écossais archaïque pour une chemise de nuit courte. «Cutty» signifie court ou trapu, et «Sark» signifie chemise de nuit ou chemise. Pourquoi le navire s’appelle-t-il Cutty Sark ? Le nom de Cutty Sark vient du célèbre poème Tam O’Shanter de Robert Burns. Il s’agit d’un fermier appelé Tam qui est poursuivi par une sorcière légèrement vêtue appelée Nannie, vêtue uniquement d’un « cutty sark ». Jock Willis, le propriétaire initial du navire, a choisi le nom de Cutty Sark, qui lui aurait été suggéré par le concepteur du navire, Hercules Linton. C’est un choix de nom assez particulier pour un navire, car dans la légende – et en fait dans le poème de Burns – les sorcières sont incapables de traverser l’eau.

Nous ne savons pas définitivement pourquoi Jock a choisi ce nom. Cela pourrait refléter son patriotisme, en choisissant un nom inspiré du poète le plus célèbre d’Écosse. Un autre navire de sa flotte s’appelait Halloween, qui est aussi le nom d’un poème de Burns. Mme Moodie – l’épouse du premier capitaine du navire, George Moodie – a officiellement nommé le navire lors de son lancement à Dumbarton le 22 novembre 1869.

Pourquoi le nom de Cutty Sark a-t-il été changé ? Le navire s’appelait Cutty Sark entre 1869 et 1895, tout au long de sa période enregistré comme navire britannique. Son nom a changé pour Ferreira quand, en 1895, elle a été vendue à une entreprise portugaise. Bien qu’officiellement enregistrée sous le nom de Ferreira, son équipage portugais l’appelait souvent « pequina camisola », qui se traduit par « nuisette courte » – le même sens que « cutty sark ». Elle est revendue en 1922 à une autre société portugaise et rebaptisée Maria do Amparo. Cependant, elle n’a pas conservé ce nom longtemps car plus tard cette année-là, le capitaine Dowman de Falmouth a acheté le navire et l’a à nouveau nommé Cutty Sark.

De quel poème vient le nom de Cutty Sark ? Le poème de Robert Burns Tam O’Shanter est à la base du nom Cutty Sark. Le poème est basé sur une légende écossaise à propos d’un fermier du même nom. Après avoir bu dans un pub un soir, Tam commence son voyage de retour sur son fidèle vieux cheval Meg. Mais sur son chemin, il est transpercé par la vue de sorcières et de sorciers dansant autour d’un feu de joie dans un cimetière. Une sorcière en particulier, Nannie, attire son attention. Elle est jeune et belle et ne porte qu’un sark cutty. Effrayé mais incapable de se traîner, Tam se perd et crie: «Weel done cutty sark» en remerciement de sa danse.

Alertées de sa présence, les sorcières poursuivent Tam, avec Nannie en tête. Sachant que les sorcières ne peuvent pas traverser l’eau, Tam et Meg se dirigent vers la rivière Doon. Juste au moment où ils sont sur le point de traverser, Nannie tend la main et attrape la queue de Meg, qui se détache mystérieusement dans la main de Nannie, sauvant la vie de Tam.

Des fées, lutins et sorcières dans les îles anglo-normandes ?

Saint-Brélade est la seconde plus grande paroisse de Jersey. Le nom de Saint-Brélade vient d’un saint celtique ou gallois « errant » du VIe siècle nommé Saint Branwallader (également Branwalder, Broladre, Brelodre, Brélade) qui aurait été le fils de Kenen, roi de Cornouailles. Il aurait également été un disciple de saint Samson avec lequel il aurait travaillé à répandre l’évangélisation en Cornouailles et dans les îles Anglo-Normandes. La légende affirme que l’emplacement de l’église paroissiale remonte à l’origine où les Saint-Bréladais avaient prévu de construire l’église beaucoup plus près des habitations, à l’intérieur des terres. Cependant, troublés par la construction des fondations, les p’tits faîtchieaux (les lutins), dont le temple se situait dans un dolmen voisin, défaisaient chaque nuit les travaux de construction et transportaient magiquement tous les outils et les matériaux vers le bas du rivage à tel point que les humains auraient fini par renoncer à leurs plans originels pour construire l’église à l’endroit indiqué par les fées. La Cotte (ou « Lé Creux ès Fées ») est un site moustérien (paléolithique) situé le long de la côte de Saint Brélade sur l’île de Jersey.

Kevin Lognoné

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. D’après Monsieur Wikipédia : « le nom de l’île est attesté sous les formes Silia au 3e- 4e siècle après J.C., puis Serc, Serch, Sercum, Sercam au 11e – 12e siècle ». En tout état de cause, pourquoi appeler « Sark » l’île de Sercq ? De même, on n’appelle pas « Alderney » l’île d’Aurigny.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS