Un expatrié, au sujet de la France : « 250 ans de jacobinisme proto communiste ont complètement détruit ce qui fait un peuple » [Interview]

Charles L est né à Nice où il a grandi et où il est devenu militant de la cause Européenne au milieu des années 90.

« C’était la France de Chirac, qui pour certains, peut sembler plus apaisée que la France de Macron, mais la situation était déjà alarmante, j’en suis parti en 2005 pour l’Irlande » nous confie celui qui vient de quitter l’île verte pour la Serbie, où il a ouvert un local appartenant à la communauté alternative Zentropa.

Nous l’avons interrogé, pour mieux connaitre les motivations qui l’ont poussé à quitter la France, mais aussi son regard actuel sur le pays, et sur les raisons qui l’ont amené aujourd’hui, en Serbie après avoir quitté l’Irlande.

Breizh-info.com : Après avoir quitté la France pour l’Irlande, vous voici désormais en Serbie. L’âme du voyageur ou l’envie de quitter des terres de plus en plus hostiles aux autochtones ?

Charles L : Les deux mon capitaine, une explication est pourtant nécessaire.

J’ai voyagé en France et dans le reste de l’Europe très jeune et j’ai toujours aimé me retrouver avec d’autres Européens et voir l’Europe depuis d’autres contrées. Ce qui a motivé mon déménagement en Irlande alors que Chirac était encore président, c’est que très tôt, à Nice, nous voyions le chaos ethnico-culturel sous nos yeux.

J’écoutais mes parents me raconter Nice avant la fin de la guerre d’Algérie, et force était de constater que la ville n’était plus faite du même peuple.  N’ayant jamais été attiré par le jacobinisme, cette idée française absurde et destructrice, j’avais déjà mal vécu, bien que très jeune, les célébrations du bicentenaire de la révolution organisées par Jack Lang et toute une clique de pseudo élites mondialistes. Puis est arrivée la coupe du monde de football en 98, où toute la population a été zombifiée et s’est mise à célébrer la fameuse France « Black, Blanc, Beur ».

Toute cette propagande métisseuse me rendait étranger à ma propre terre qui préférait les immigrés et les « français de papier » à ses légitimes enfants. La graine de l’exil était plantée en moi. 7 ans plus tard, je partais avec un sac de voyage pour l’Irlande où je voulais vivre avec des gens qui me ressemblaient. Après 16 ans passés en Irlande, l’opération Covid est arrivée, et l’Irlande qu’on croyait avoir un caractère rebelle, s’est couchée comme les Gaulois soi-disant réfractaires ; il était donc temps de me retrouver avec des Européens qui n’étaient pas castrés, j’ai repris mon sac de voyage et suis parti pour Belgrade au milieu des miens.

Breizh-info.com : Vous venez d’ouvrir un local affilié à l’organisation Zentropa, à Belgrade. Pouvez-vous nous parler de cette appellation, de cette organisation non conventionnelle, mais aussi des raisons de son implantation, à Belgrade ?

Charles L : Il faut tout d’abord expliquer clairement que Zentropa n’est pas une organisation mais une communauté d’hommes qui se sont retrouvés autour de principes fondamentaux alors qu’ils étaient physiquement séparés par les mers et les océans. Il existait une petite communauté de Zentropistes à Belgrade quand j’y suis arrivé et nous avons décidé d’ouvrir un bar qui fonctionne sur les principes Zentropistes, l’amitié, la camaraderie, la foi dans le combat et la victoire. Un oasis de liberté où nous pouvons nous retrouver et accueillir des camarades de combats de tous pays Européens.

Breizh-info.com : Quelle est la situation du nationalisme en Serbie aujourd’hui ? Les dernières images lors des manifestations contre la Gay Pride semblaient témoigner d’une volonté toujours aussi forte de résistance aux lubies occidentales ?

Charles L : Ce que j’ai pu voir depuis mon arrivée me porte à penser que la génération des jeunes qui voit la vérité occidentale via les réseaux sociaux et les médias sur internet se sent tout à fait étrangère au biotope occidental, le mode de vie américanisé, les valeurs du féminisme hystérique et de la propagande LGBT.

Le système occidental n’abandonne pourtant pas le combat contre les sociétés homogènes, via ses ONG, comme l’a démontré l’organisation de la gay pride, soutenue par toute une camarilla de diplomates, souvent homosexuels militants eux-mêmes. La guerre que l’OTAN mène sur le sol de l’Europe a évidemment contribué à renforcer le sentiment que c’est aussi une guerre contre les valeurs Serbes.

Breizh-info.com : Il est question aussi, de nouveau, de tensions avec le Kosovo. Quelle est la situation sur place ? La guerre peut-elle de nouveau éclater dans la région, à une heure où le monde entier semble prêt à se mettre en guerre contre son voisin ?

Charles L : Concernant le Kosovo, la situation est toujours tendue.  En raison du manque d’informations, les gens dans d’autres pays pensent qu’il s’agit d’une sorte de nouvelle escalade, mais en réalité, les Serbes vivant au Kosovo sont quotidiennement terrorisés par les Albanais.  La répression contre les Serbes du Kosovo est à tous les niveaux possibles.  L’Occident essaie de créer une image de son nouveau projet multiculturel comme un grand succès, en vérité, il a créé un régime d’apartheid similaire à celui d’Israël.  Israël est vraiment une bonne comparaison.

Le Kosovo a fait face à des vagues d’immigration albanaise depuis les 18e et 19e siècles pendant l’occupation ottomane.  Les Ottomans ont permis cela parce que les Albanais étaient leurs fidèles serviteurs et les Serbes étant le contraire – des gens perpétuellement rebelles.  Peu à peu, les Albanais sont devenus majoritaires au Kosovo.  Aujourd’hui, soutenus par les grandes puissances mondialistes, les Albanais veulent unifier le Kosovo à l’Albanie qui poursuit la politique étrangère de l’Etat albanais d’étendre leur territoire vers l’extérieur.  La Serbie n’en est pas la seule victime, mais aussi la Macédoine, le Monténégro et la Grèce.

Le gouvernement actuel du Kosovo avec son chef Albin Kurti, représente l’option la plus radicale sur le Kosovo.  Même si le mouvement de Kurti, le mouvement d’autodétermination, est dans son essence de gauche et social-démocrate, il est très nationaliste dans le sens où Kurti et ses pairs non seulement ne veulent pas s’asseoir à table et parler, mais ils annulent également les accords antérieurs qui ont été conclus.  La situation reste très tendue, les provocations dont nous avons été témoins ces derniers mois se sont déjà produites mais généralement cela ne nous a pas vraiment inquiétés puisque la plupart de tout cela n’était qu’un spectacle.  Cette fois, c’est très grave puisque même la Russie et la Chine ont commencé à exprimer un nouveau type d’opinion politique pro-serbe dans laquelle elles ont mentionné l’envoi de toute l’aide nécessaire.  Cela nous indique qu’une nouvelle guerre du Kosovo se profile.  On ne peut pas dire qu’elle commencera aujourd’hui, ni demain, mais on peut certainement le prévoir dans les années à venir.  Après tout, nous n’avons jamais abandonné le Kosovo et nous n’oublierons jamais que nos terres ancestrales sont occupées par des envahisseurs étrangers.

Breizh-info.com : Votre local a ouvert à Belgrade. Si historiquement, le nationalisme et les mouvements identitaires ont toujours rassemblé notamment des fans et ultras de football, la situation n’est-elle pas un peu plus complexe dans une ville déchirée, segmentée entre les fans du Partizan d’un côté, de l’Etoile rouge de l’autre, deux institutions, de influences importantes dans la ville ? Comment est-ce que l’on gère une telle situation ?

Charles L : Franchement nous n’avons jamais eu de problème de ce côté-là, étant ouvert à tous les nationalistes sans distinction d’âge, de classe etc., le football ne fait pas partie des critères qui déterminent l’accès au club. Certains des membres s’intéressent au football et à certaines équipes mais ce n’ait pas un sujet de tension entre nous.

Breizh-info.com : Vu d’Europe centrale, quel regard portez-vous aujourd’hui sur l’Occident ? Pensez-vous que nos contrées soient encore sauvables, ou bien, pensez-vous que la survie de ce qu’il reste de notre civilisation passe par l’expatriation dans des berceaux encore préservés ?

Charles L : Personnellement, je distingue l’Europe de l’Occident, en Serbie je vis en Europe mais sûrement pas en Occident.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui peut être sauvé ?

Charles L : Je ne pense pas que la France puisse l’être, je pense que 250 ans de jacobinisme proto communiste ont complètement détruit ce qui fait un peuple. D’autres pays je pense peuvent être encore préservés, les pays à forte conscience ethnique, l’Autriche, la Hongrie, le danger pour ces pays ce sont justement les expatriés qui sont en général des groupes qui adhèrent totalement à la doxa occidentaliste et qui souhaitent que leur pays se transforme radicalement pour embrasser le modèle mortifère de « l’ouest ».

Pour en rester à la France, à moins de se faire moine et de ne jamais sortir de son monastère, je ne vois pas comment un Européen peut vivre au milieu de cet enfer multi-ethnique. Concernant l’expatriation, il s’agit d’une solution mais qui demande une certaine force intérieure, si l’on n’est pas prêt à se passer de camembert ou de bleu d’Auvergne pour vivre dans un environnement plus conforme à ses aspirations culturelles et politiques, mieux veut ne pas tenter l’expérience.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

17 réponses

  1.  » je pense que 250 ans de jacobinisme proto communiste a détruit ce qui fait un peuple.  »

    Exact.
    La Patrie révolutionnaire a tué la Patrie traditionmelle – titre du livre de l’historien Jean de Viguerie.

  2. Je ne suis pas certain que ce soit systématiquement en quittant son pays ou sa province d’origine pour des raisons politiques ou culturelles que l’on fait preuve de courage en refusant d’affronter ceux qui sont hostiles à ses idées, notamment les jacobins et les mondialistes qu’il a cependant raison de dénoncer.

    1. SURTOUT en rejoignant le nationalisme serbe, qui est une annexe des services moscovites, services qui ont empoisonné l’Occident depuis 1917 au moins (premières libertés homosexuelles en octobre 1917), et qui veulent sa destruction en vue de le conquérir. Ils veulent quoi, faire tuer ou/et partir tous les non-français de souche ? Détruire les USA, qui les a sauvés par deux fois, si ce n’est par trois ? Il oublie de mentionner ce qu’ont fait les serbes à tous leurs voisins, pour qu’ils soient bombardés. Et pas une fois, mais depuis belle lurette. Qu’il demande leur avis aux non-serbes des frontières, pour voir un peu ce qu’ils pensent de la gentillesse serbe.
      C’est du pur délire, son truc, manquent plus que le drapeau communiste et le brassard nazi. OIn parle souvent des ukrainiens nazis, hé bah les serbes c’est puissance dix.
      Je pensais trouver des choses intéressantes, mais je n’y lis que des aberrations moscovites, du venin anti-occidental de première main.
      Bon courage pour détruire l’Occident.

    2. Que font ceux qui « ont le courage de rester en France « ? A t’on vu des foules de protestataires à l’arrivée de l’océan viking, par exemple ? Même les Gilets Jaunes ont renoncé ; et ceux qui acceptent passivement la lecture du coran dans un bus…et qui ont re-élu la mafia mondialiste? La France est morte, une majorité de Français l’ont tuée et puisqu’on en arrive là, mieux vaut abandonner le navire naufragé et sauver sa peau , quand c’est possible. Sauve qui peut. Tt

  3. Inquiétante analyse de ce M. Charles L. L’ennuie c’est que souvent les regards extérieurs s’avèrent bien plus pertinents que les nôtres. J’ai un ami suisse qui connait la France depuis tout petit et qui tire à peu près les mèmes conclusions sur le devenir de ce pays. Le cancer mondialiste se propage à toute vitesse.

  4. 10 ans pour juger les violeurs d’une adolescente !!! Imaginez le sort des parents.
    Aux EUA ce serait jugé depuis 9 ans et demi.

    https://www.fdesouche.com/2022/11/20/sainte-genevieve-des-bois-91-12-accuses-ages-de-23-a-27-ans-membres-dune-bande-de-la-cite-juges-pour-le-viol-collectif-dune-adolescente-dans-un-parc/

    J’excêcre ce régime politique dit de république démocratique. Notre frère serbe à raison, maintenant il faut partir pour sauver sa peau ou bien prendre les armes car ces massacres ne cesseront pas

  5. Intéressant. Je me rappelle de la sauce méchant serbes continuellement déblatéré par les merdias à l’époque de la guerre de l’ex-Yougoslavie.

  6. Attention à ne pas alimenter la doxa mondialiste en voulant la combattre. Non l’apartheid n’est pas la politique pratiquée par Israël: soys ce terme afrikaans, plus jeune langue du monde, se cache une tentative de développement multinational menée par les représentants du peuple afrikaner à leur arrivée au pouvoir en Afrique du Sud en 1948. Le penseur de l’apartheid, Hendrick VERWOERD, était lui-même un immigré d’origine batave qui avait parfaitement anticipé que l’avenir de la jeune nation boer était compromis si elle n’établissait pas des frontières claires entre la terre de ses ancêtres et celles des peuples bantous, eux-mêmes immigrés dans la région en même temps que les premiers arrivants européens. Si aujourd’hui il faut redouter ailleurs dans le monde l’application de l’apartheid c’est qu’il signifierait que nous serions face à un processus de submersion tel qu’il faudrait concéder des terres aux envahisseurs pour espérer sauver un peu des traditions, de l’histoire et de la liberté du peuple concerné. La réalité historique en Afrique du Sud expliquait l’élaboration d’un corpus politico-philosophique spécifique: son application en dehors de ce concept très spécifique nécessiterait un travail de refondation que les anathèmes de la doxa rendent vain.

    1. L’apartheid est vital pour les civilisations. En laissant rentrer toute la lie, il n’y a plus de civilisation. La preuve, l’Afrique du Sud, par le procédé habituel moscovite, a été transformée en poubelle socialiste.

  7. Sans un traitement de choc, impossible à imaginer par nos gouvernants tiédes et pratiquant le  » en même temps  » pour se dégager de leurs responsabilités, l’UE et la France en particulier ont déjà perdu le match de l’immigration sans barrières et de l’intégration raisonnée et intelligente ! Notre culture est attaquée de partout par les  » Wokistes  » irresponsables, remplacée par une nouvelle religion en attendant notre envahissement total par l’ Afrique et autres pays ….aux armes citoyens ?

  8. Je vis au U.S et pas besoin de vous le dire, le cancer mondialiste est arrivé de toute force, c’est devenu un pays de fous , dégénère. Le gouvernement Américain est devenu totalitaire, obsédé de faire une guerre. On envoie des billions a notre Puppet Zelensky et on a des millions qui vivent dans les rues.

  9. « N’ayant jamais été attiré par le jacobinisme, cette idée française absurde et destructrice … Toute cette propagande métisseuse me rendait étranger à ma propre terre … »
    Que pourrais-je dire de mieux ?
    Je suis en complète syntonie avec M. Charles L et j’ai d’ailleurs suivi, il y a trois ans, un peu le même parcours.
    La seule chose que je tiens à préciser ici c’est qu’il faut rester dans une logique de retour aux sources, de réenracinèrent et pas dans une logique opposée qui serait celle d’une fuite et d’un déracinement.
    Fuir les grandes villes qui sont à présent culturellement et ethniquement des territoires perdu c’est très bien, mais rien empêche pour un Breton ou un Auvergnat par exemple de se trouver un petit coin sympa sans trop s’éloigner de son pays, et à tout le moins de sa culture originelle, et ensuite d’y cultiver sa culture (en apprenant et pratiquant la langue du pays par exemple si l’on est Breton, Flamand, Corse, …) dans un esprit de reconquête.
    Ce fût mon cas et j’ai enfin pu fuir les périphéries lyonnaises pour une vallée alpine perdue d’Italie du nord encore (mais pour combien de temps ?) assez bien préservée ; car bien qu’à demi Franc-Comtois du côté maternelle et comme mon patronyme l’indique je suis aussi issus d’une antique famille bergamasque ( j’ai surement des ancêtres qui ont participé aux 1ère et seconde Ligues lombardes des XII et XIIIème siècles) et je réalise aujourd’hui à la fois un vieux projet de retour vers des origines sises en Gaule Cisalpine / Lombardie et … la fuite d’un des territoires perdus de la Gaule Transalpine (la France) qui m’était devenu non seulement complètement étranger mais aussi définitivement invivable.

  10. Mon fils vit en Irlande depuis six ans et n’a pas du tout envie de revenir en France.
    Je mets un bémol au commentaire « l’opération Covid est arrivée, et l’Irlande qu’on croyait avoir un caractère rebelle, s’est couchée comme les Gaulois soi-disant réfractaires ». Il y a eu confinement en Iralnde aussi, mais sans le flicage microno-castanéresque, sans le flico-papier obligatoire, sans les 135 € d’amende flicarde. C’est en fait resté très souple, et la police a été d’une rare discrétion. Rien à voir avec le délire français.

  11. Cette interview promettait de donner un point de vue d’expatrié intéressant, mais se révèle être celui d’un (futur ?) (déjà ?) néo-national nazillon qui s’ignore (ou pas).

    Certaines caractéristiques du discours habituel sont au rendez-vous :

    – le vilain juif dissimulateur et décadent avec Israël,

    – le « lobby » (??!…) LGBT, ce fantasme de la Manif pour Tous, décidément hantée et empêchée de dormir la nuit par une simple poignée d’homosexuels, lesquels font partie du panorama ee l’Humanité depuis l’ère du chasseur-cueilleur.

    Décidément, il s’entendrait bien avec la majorité de l’immigration extra-européenne venant du « bled », obsédée elle-même par les mêmes épouvantails, et confite dans sa haine.

    Quand on dit que les extrêmes convergent.

    1. Il est intéressant de constater que Breizh info est un espace de liberté d’expression (enfin presque certains sujets tombant sous le coup de certaines lois liberticides …).
      Seule la vérité rendant libre selon moi, et aussi selon la Bible (Nouveau Testament uniquement), vous êtes quelqu’un qui est tombé dans l’aveuglement qui mène tout droit à l’esclavage mental (aussi dit politiquement correct).
      Merci pour votre contribution Gauloise Brune :)
      Et en prime je vous souhaite un bon retour en Israël …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS