Racket du contribuable et redistribution aux migrants : Le gouvernement va octroyer 6000 euros par “jeune” pour les départements accueillant plus de “mineurs” isolés étrangers

Prendre dans les poches des contribuables français, pour mettre l’argent dans les poches de migrants rentrés illégalement sur le territoire français et mentant fréquemment sur leur âge. Tel est le credo du gouvernement français, qui vient de débloquer un « financement exceptionnel » d’environ trois millions d’euros pour aider les départements qui ont accueilli en 2021 davantage de mineurs isolés étrangers que l’année précédente, selon un arrêté publié ce mardi au journal officiel.

« Les départements ayant accueilli un nombre supplémentaire de mineurs non accompagnés (MNA) au 31 décembre 2021 par rapport au 31 décembre 2020 se voient attribuer un financement exceptionnel de l’État », peut-on lire dans l’arrêté du 21 novembre

Au total, 6000€ par jeune, pour des jeunes qui coûtent déjà des millions à la collectivité et donc aux contribuables. Un racket organisé, en haut lieu, et qui ne suscite aucune réprobation dans l’échelle des collectivités locales et territoriales.

« Selon les statistiques du ministère de la Justice, 11 315 MNA ont été confiés à des départements par décisions judiciaires du 1er janvier au 31 décembre 2021, contre 9 524 en 2020 et 16 760 en 2019. Il s’agissait, selon le rapport annuel du ministère, de garçons (à 94,8 %) essentiellement originaires d’Afrique : Mali, Guinée, Côte d’Ivoire, Algérie et Tunisie pour les cinq premiers pays d’origine recensés » indique le journal Le Parisien.

Pour la région Bretagne, si l’on se fie à Légifrance, pas d’aide supplémentaire pour les Départements : il est vrai que dans notre région, le contribuable est déjà largement racketté pour financer l’accueil de ces mineurs isolés, mais aussi les associations qui favorisent au quotidien l’immigration.

Question annexe : quel serait le coût de la réunion de tout ce beau monde dans plusieurs avions, direction le pays d’origine, en s’asseyant allègrement, au nom de la volonté d’une majorité de citoyens qui ne veulent plus d’immigration, sur les traités internationaux d’un autre temps ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. tous les elus islamos gauchistes vont recevoir 6 000 euros, mais une fois qu’ils seront là, les aides du departement seront plus du double !! sans compter la region ! ouvrez, les portes, soyez genereux avec l’argens de vos con tribuables !!

    1. Entièrement d’accord avec vous, car pendant ce temps là on expulse des sdf d’un batiment affecté aux mineurs dit isolés qui sont dans la tranche d’âge 18-25 ans. Il s’agit de ça car non seulement ce sont des clandestins mais qui ont le DROIT de refuser les tests osseux afin de déterminer leur âge. Cherchez l’erreur??!!??

  2. Le comportement de nos  »gouvernants », vis-à-vis des soi-disant  »migrants », encourage les islamistes à nous envahir! Normalement des  »migrants » sont des étrangers que l’on a  »fait venir » ,dans son pays, pour qu’ils effectuent des travaux, parce qu’on n’a pas suffisamment d’autochtones pour les faire…ces étrangers (surtout des hommes) REPARTENT chez eux, leur travail terminé: ainsi fait le Qatar! Nos  »migrants » (comme les appellent nos merdias) sont, en réalité, des  »clandestins » qu’il faut EXPULSER hors de nos frontières! Ils augmentent l’insécurité et les impôts des contribuables français…ceux-ci préfèrent que l’argent, que l’Etat leur pique, soit mieux employé!

  3. Pas d’argent pour les français, Macron en trouve toujours pour ses migrants chéris. A Bercy, les fonctionnaires endettent la France irrémédiablement. Un jour tout ça va se terminer par un gros coup de massue sur la tête des français.

  4. Six mille euros, c’est à peu près 10 % du coût annuel d’un mineur étranger non accompagné pour un département. L’aide de l’Etat aux départements… du moins, l’aide des contribuables nationaux aux contribuables départementaux, est une aumône ! De plus, toutes les parlotes et toutes les démarches autour de cette mesure (à combien revient la publication d’un décret, discuté en amont par maints fonctionnaires ?) sont aussi à la charge des contribuables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS