Immigration. En Méditerranée, après avoir « repêché » plus de 500 clandestins, des ONG demandent à l’UE d’ouvrir ses portes

Méditteranée

Plusieurs centaines de clandestins ont d’ores et déjà été « repêchés » en Méditerranée par les navires des ONG pro-migrants depuis le week-end dernier. Des navires réclamant désormais la possibilité de débarquer ces migrants dans un port de l’UE. Un manège interminable dénoncé par l’agence Frontex elle-même.

Les navires des ONG pro-migrants à quelques encablures de la Libye

En mer Méditerranée, les navires des ONG pro-migrants naviguent de nouveau devant les côtes africaines afin de « porter secours » aux clandestins tentant de gagner illégalement l’Europe par voie maritime.

Toutefois, après le débarquement inédit de 230 migrants au port militaire de Toulon le 11 novembre dernier par l’Ocean Viking, un navire affrété par l’ONG SOS Méditerranée, la rotation de ces bateaux attirent désormais davantage l’attention.

À ce titre, le lanceur d’alerte Damien Rieu relevait sur Twitter le 5 décembre que ces navires, qu’il a nommé « bateaux-taxis des ONG d’extrême-gauche », étaient positionnés à quelques kilomètres seulement des côtes libyennes.

Méditerranée
Source : capture Twitter Damien Rieu

Si une navigation aussi proche du littoral maghrébin pose donc des interrogations sur les intentions de ces navires, sur Breizh-Info, nous évoquions déjà au mois de mai dernier une audience préliminaire en Sicile faisant suite à l’ouverture d’une enquête il y a cinq ans portant sur les suspicions de collusion entre des trafiquants d’êtres humains et des ONG pro-migrants ayant affrété des navires visant à repêcher des clandestins au large des côtes africaines pour les débarquer par la suite en Europe.

Bientôt quelques centaines de clandestins supplémentaires en Europe ?

Sans surprise, après avoir navigué à moins de 50 milles nautiques des côtes libyennes, le Louise Michel, navire affrété par l’artiste Banksy, indiquait le 7 décembre avoir à son bord 33 migrants, « repêchés » au cours de cinq opérations de sauvetage menées en l’espace de 48 heures.

Usant de l’habituel chantage émotionnel, le commandement du navire a demandé sur Twitter que lui soit octroyé un « port sûr » afin d’y débarquer la trentaine de clandestins. Une argumentation qui a jusqu’à présent fait ses preuves puisqu’un ou plusieurs États membres de l’UE bordant la Méditerranée ont toujours fini par ouvrir leurs portes suite aux pressions médiatiques…

Dans le même temps, un autre navire, le Humanity 1, affrété quant à lui par l’ONG SOS Humanity, annonçait également le 7 décembre qu’il avait « repêché » un peu plus de 260 clandestins. Comme son homologue, le navire demande lui aussi, désormais, l’attribution d’un « lieu sûr » pour débarquer ces migrants.

Enfin, le Geo Barrents, navire affrété par Médecins Sans Frontières, avait à son bord 254 clandestins en date du 6 décembre.

Même Frontex dénonce le rôle des navires des ONG

En définitive, rien ne semble vouloir venir endiguer le manège de ces navires entre les côtes africaines et l’Union européenne. Après l’épisode de l’Ocean Viking, marquant le durcissement de ton des autorités italiennes sur le plan migratoire suite à l’arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni, reste à savoir quels seront les ports européens qui ouvriront leurs portes aux navires précédemment évoqués au cours des prochains jours.

Enfin, notons que le rôle de ces navires a récemment été pointé du doigt par Frontex. Une source de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes a en effet confié au site d’information Euractiv à la fin du mois de novembre dernier que la présence de ces bateaux à proximité du littoral maghrébin constituait une « attraction » pour les migrants cherchant à gagner l’Europe par la voie maritime de la Méditerranée centrale.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. comme avait dit un député : « qu’ils retournent en Afrique ».
    Michel Rocard avait expliqué en son temps que « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ».

  2. Comment oser dire  » repêchés  » des clandestins qui sont sur un pneumatique attendant que le bateau low cost les prennent à bord , repêchés c’est être à l’eau avoir chaviré .

  3. Après les croisières Costa, les croisières ONG ! Sous prétextes humanitaires, ces associations favorisent le trafic humain et enrichissent les passeurs qui continuent leur business sans jamais être inquiétés et encore moins arrêtés….c’est l’année  » portes ouvertes  » sur l’Europe, profitez des derniers jours avant fermeture pour cause de faillite !

  4. tout le monde sait le jeu des ONG ! je ne comprends pas pourquoi on ne fait pas mettre à quai tous ces bateaux !! on se moque du monde !! Md la Hyene faudra t’il que l’on vienne vous chercher à Bruxelles !!!
    RAS la Casquette !!!

  5. Faire une demande d’accueil aux pays arabes du Moyen-Orient.
    La politique actuelle est de toute évidence subventionnée par des puissances autres que les peuples d’Europe, mais par des individus ne pensant qu’à leur intérêt personnel non avoué.

  6. On peut prédire que l’Ocean Viking ne va pas tarder à reprendre la mer pour assurer la relève sur zone des navires en route vers l’Italie et Chypre après avoir fait le plein. La permanence opérationnelle est assurée, c’est facile avec les moyens de communication modernes.
    Sûrs de leur impunité les navires impliqués dans le trafic affichent clairement leur identification. Chacun peut constater leur proximité des côtes africaines.

  7. il existe une loi maritime qui impose de débarquer les naufragés dans le port le plus proche.
    que l’on fasse appliquer cette loi à la lettre, un point c’est tout.
    tous ceux qui enfreignent cette loi doivent être considérés comme des criminels pratiquant la traite commerciale d’êtres humains.
    ils doivent être arrêtés et jugés pour ce crime et leur navires détruits.
    cela sera bénéficiaire pour les  » immigrés  » qui vu leur nombre grandissant nous envahissent et risquent de devenir des cibles ou du gibier.

  8. Il faut empêcher ces bateaux de rentrer dans les eaux nationales, en cas de refus ramener les migrants la où ils ont embarqué et confisquer les bateaux

    1. C’est exactement ce qu’il faut faire, et on a les moyens pour le faire. si on ne le fait pas on est complices.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS