Liban : au cœur du Hezbollah

 En juin 1982, sous l’impulsion de son ministre de la Défense Ariel Sharon, Israël envahit le sud du Liban dans le but de liquider Yasser Arafat, réfugié à Beyrouth, et l’OLP. Pour lutter contre l’offensive de Tsahal, un petit groupe de guérilla se constitue dans la clandestinité en fusionnant différentes formations chiites. Formé et soutenu par la République islamique d’Iran de l’ayatollah Khomeiny, il se déclare officiellement en 1985 sous le nom de Hezbollah : le « parti de Dieu ».

Quarante ans plus tard, le petit groupe est devenu l’une des principales forces, armée et politique, du Moyen-Orient. Mouvement de résistance légitime et populaire pour les uns, groupe terroriste pour les autres, le Hezbollah, autant admiré que redouté, traverse pourtant une épreuve déterminante. Alors que le Liban est plongé dans une crise politique et économique majeure, une partie de sa population accuse ses dirigeants de corruption et de faillite. Le Hezbollah n’échappe pas aux critiques.

Ouvertement remis en cause, le parti se retrouve à l’heure des choix : demeurer le pion stratégique de l’Iran dans la région ou s’affranchir de cette tutelle pour se mettre entièrement au service des intérêts du Liban et de sa population.

Culte du secret

Cultivant le culte du secret sur son organisation, le « parti de Dieu » s’est toujours montré rétif à tout regard extérieur, a fortiori journalistique. François-Xavier Trégan (Yémen, le chaos et le silence, Ashbal – Les lionceaux du califat) parvient pourtant à recueillir la parole de ses combattants et partisans d’hier et d’aujourd’hui. Les membres du parti n’esquivent aucune question, quitte à remettre en cause les choix du passé, conférant ainsi un caractère exceptionnel à leur témoignage. À Beyrouth, dans la vallée de la Bekaa et dans le sud du Liban, les voix du Hezbollah évoquent ses décennies d’évolution et son avenir incertain, suspendu en permanence entre effondrement et reconstruction.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Il est bizarre de mettre en demeure le Hezbollah de prendre ses distances avec l’Iran. Ce serait comme demander à Israël de faire de même avec les États Unis. Sans l’aide de leur mentor respectif, ces deux entités s’effondreraient.

    1. Vous avez tout dit. Plus rien à rajouter sauf souhaiter mes meilleurs et sincères vœux pour 2023 à ce formidable peuple Libanais toutes confessions confondues.
      From Algiers.

  2. comme toujours ceux qui ont le pouvoir deviennent FOUS mais LUI FAIT CE QU’IL VEUT
    alors un peu d’humilité et pensez a ceux qui souffrent pa r la guerre
    je n’entends pas trop long mais je me souviens que c’est le SHAH D’IRAN QUI A ETE CHASSE MAIS COMME TOUJOUR LE POUVOIR MONTE A LA TETE
    PARTI MAIS LUI N’a pas de PARTI IL AIME SA CREATION VOYEZ COMME IL garde toute sa création !!!
    même les cheveaux de terre n’ont pas rendu l’empereur de Chine immortels !! nous avons TOUS la fin de notre pélerinage sur TERRE un peu de sagesse !!!
    ARTE CHAINE NOUS FAISANT VOIR DE BEAUX DOCUMENTAIRES MAIS S’EGARE QUAND ELLE DECIDE DES ESPECES EN VOIES DE DISPARITON !!!

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS